Vézelois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vézelois
Vézelois
Le village de Vezelois.
Blason de Vézelois
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Intercommunalité Grand Belfort
Maire
Mandat
Roland Henri Louis Jacquemin
2020-2026
Code postal 90400
Code commune 90104
Démographie
Gentilé Vézeloisiens / Vézeras
Population
municipale
986 hab. (2019 en augmentation de 6,02 % par rapport à 2013)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 27″ nord, 6° 55′ 00″ est
Altitude Min. 350 m
Max. 412 m
Superficie 9,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Belfort
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châtenois-les-Forges
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Vézelois
Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort
Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Vézelois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vézelois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vézelois
Liens
Site web vezelois.fr

Vézelois est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle dépend du canton de Danjoutin. Ses habitants sont appelés les Vézeloisiens ou Vézeras[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

La commune est située à 5,8 km à l'est de Belfort[2]. Son territoire est longé au nord par la voie ferrée Belfort-Mulhouse.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 943 hectares ; l'altitude varie entre 350 et 412 mètres[3]. L'altitude moyenne[Quoi ?] est de 370 m.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vézelois est traversé par une portion du ruisseau des neuf Fontaine qui continue à Chèvremont et du ruisseau les Breuleux avant de se jeter dans le Ruisseau du Trovaire à Chèvremont. D'autre part, le ruisseau de la Praille le traverse avant d'aller se jeter dans la Bourbeuse, à proximité d'Autrechêne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vézelois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belfort, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 91 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (56,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (36,7 %), terres arables (31 %), zones agricoles hétérogènes (20,3 %), zones urbanisées (7,5 %), prairies (2,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Veselois (1171), Vesiliaco (1185), Vazelois (1250), Wissewahlen et Vezelois (1295), wissewalhen (1394), Veseloix (1407), Wisewald (1427), Wiszwalden (1428), Wißwalt (1439), Wyßwald (1440), Vaizellay (1449), Vezelois (1655), Vezeloy (1687), Wieswald (1782).
En allemand : Wieswald[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, une voie d'importance secondaire, reliant Mandeure à Rougemont-le-Château traversait le territoire du village, venant de Meroux et poursuivant vers Chèvremont. Vesiliaco, terme latin utilisé pour désigner le village en 1185 possédait alors une église.

Au décès de Jeanne de Montbéliard, sa fille Ursule, comtesse de Montfort, hérita de Vézelois. Celle-ci vendit le village en 1350 à Albert II, archiduc d'Autriche et époux de sa sœur Jeannette de Ferrette. Vézelois et Meroux, en formant une nouvelle mairie dont Vézelois était chef-lieu, furent alors rattachés à la seigneurie du Rosemont déjà possession autrichienne depuis 1347.

Un des épisodes dramatiques de l'histoire du village s'est déroulé pendant la Guerre de Trente Ans, quand les troupes suédoises écrasèrent une troupe de 3 000 paysans armés qui s'étaient révoltés. Le massacre eut lieu dans un vallon situé entre Danjoutin, Pérouse et Vézelois. Une soixantaine de rescapés se réfugièrent dans la tour de l'église détruite d'où les soudards cherchèrent à les enfumer. La légende raconte qu'un des assiégés sortit comme un diable enragé et fit s'enfuir de peur les Suédois. Cette tour subsista jusqu'en 1877. La nef de l'église fut réparée après 1633 et reconstruite entièrement dans les années 1850. Leupe et Meroux firent partie de la paroisse de Vézelois jusqu'en 1803, date à laquelle Meroux fut érigé en paroisse autonome ; Moval resta attaché à Vézelois jusqu'en 1819 puis rejoint Meroux lui aussi.

Comme dans les villages environnants, le terrain jurassique du village recèle du minerai de fer en grains qui fut exploité jusqu'au XIXe siècle.

Le fort Ordener, du nom d'un général d'Empire, a été construit de 1883 à 1886 en tant que maillon important de la ceinture fortifiée entourant Belfort imaginée par Séré de Rivières. Il était prévu pour abriter une trentaine de canons à l'air libre chargés d'interdire l'approche du camp retranché de Belfort par la voie ferrée et les routes venant de l'est.

De 1913 jusque vers 1938, la ligne à voie métrique Belfort-Réchésy du chemin de fer d'intérêt local du Territoire de Belfort desservait Vézelois. La concurrence des lignes d'autobus l'a obligé à cesser toute activité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jacques Catterez    
    Pierre Louis Bourquard    
    Mathieu Bourquard    
1912   Laïly Alphonse    
mars 2001 mars 2008 Marie-Laure Besançon MDC rebaptisé MRC  
mars 2008 mars 2014 Christophe Berger UMP  
mars 2014 mars 2020 Jean-Pierre Cuenin Divers  
mars 2020 En cours Roland Jacquemin    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vézelois est jumelée avec Drapeau du Burkina Faso Gueswendé (Burkina Faso).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2019, la commune comptait 986 habitants[Note 3], en augmentation de 6,02 % par rapport à 2013 (Territoire de Belfort : −2,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
377381420421471493544520546
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
496492476413439464508623552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
576625539391383353354349351
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
373461588671664705782800928
2015 2019 - - - - - - -
946986-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement Primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, le village abritait un collège.

Il y a actuellement une école maternelle et une école élémentaire pour un total de 7 classes.

Santé[modifier | modifier le code]

  1. La commune dispose d'un cabinet infirmier
  2. la commune dispose d'un laboratoire dentaire.

Débits de boissons[modifier | modifier le code]

  1. Ce village contenait six anciens bars[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancien lavoir
    Ancienne entrée du fort Ordener
    Lavoir
  • Fort de Vézelois (Fort Ordener), construit entre 1883 et 1886.
  • Église Saint-Thiébaud 1853-1877, l'édifice est de style gothique, le clocher est surélevé en 1877. La façade principale est alors complètement refaite et les façades latérales sont rénovées depuis les toits des bas-côtés. En 1999, clocher, toits, façades, ainsi que les fonts baptismaux dégradés par des infiltrations furent rénovés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le fort a été baptisé du nom général d’Empire Michel Ordener.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Vézelois.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à trois pommes de pin d'or.


Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, Territoire de Belfort, habitants.fr
  2. Distance entre Vézelois et Belfort, sur le site Lion1906 de Lionel Delvarre consulté le 21 octobre 2013
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Belfort », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  12. « Conseil municipal de la Ville de Vezelois » (consulté le ).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.