Longevelle-sur-Doubs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Longevelle-sur-Doubs
Longevelle-sur-Doubs
La mairie
Blason de Longevelle-sur-Doubs
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité CA Pays de Montbéliard Agglomération
Maire
Mandat
Pierre-Aimé Girardot
2020-2026
Code postal 25260
Code commune 25345
Démographie
Population
municipale
675 hab. (2018 en diminution de 0,59 % par rapport à 2013)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 12″ nord, 6° 39′ 07″ est
Altitude Min. 295 m
Max. 432 m
Superficie 8,31 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montbéliard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bavans
Législatives 3e circonscription du Doubs
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Longevelle-sur-Doubs
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Longevelle-sur-Doubs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longevelle-sur-Doubs
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longevelle-sur-Doubs
Liens
Site web http://www.longevelle-sur-doubs.fr/

Longevelle-sur-Doubs est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont nommés les Longevellois et Longevelloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Le village vu du pont.

Longevelle-sur-Doubs est un village périurbain de la vallée du Doubs situé à 13 km au sud-ouest de Montbéliard, 53 km au nord-est de Besançon et 72 km à l'ouest de Bâle, à 25 km de la frontière franco-suisse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est limité au sud par le Doubs (rivière), un sous-affluent du Rhône par la Saône.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Longevelle-sur-Doubs est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Longevilla en 1134 ; Longeveule en 1413 ; Longeville-sur-Doubs depuis 1943[5].

En patois : Londgevelle.

A l'époque gallo-romaine : Longavilla (grande maison).

Le sobriquet des habitants en patois étaient: Lai Berbis nars (les brebis noires). Tous les villages du pays de Montbéliard avaient des surnoms sarcastiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Longevelle est occupé depuis la période préhistorique où des trouvailles archéologiques jalonnent ces établissements. À la suite de travaux routiers effectués en 1972-1973, des découvertes datant du Paléolithique et Épipaléolithique ont été trouvées sur les sites de la Roche aux Gours.

Les découvertes les plus exceptionnelles ont été faites en 1827 lorsqu'un paysan qui labourait en face du moulin découvrit des fragments de maçonnerie et une fouille révéla une superbe mosaïque géométrique à décors blanc, noir et rouge de rosaces sur 4,75 m x 9,11 m[6]. Des fragments furent déposés au musée de Besançon. D'autres vestiges ont été découverts au lieu-dit Les Bussières lors de travaux d'élargissement de voirie[7]

Parmi les trouvailles, il faut ajouter une base de colonne d'ordre toscan et une monnaie à l'effigie de Jules César, ce qui confirme l'existence d'une villa gallo-romaine du Ier siècle. De plus, des sépultures burgondes ont été découvertes vers 1880.

À ses origines, Longevelle faisait partie du comté de Montbéliard mais en 1282, le village entre sous la formation de la seigneurie du Châtelot sous la suzeraineté des sires de Neufchâtel en Bourgogne (aujourd'hui Neuchâtel-Urtière). Cette situation dure jusqu'en 1789 mais avec des seigneurs différents : les Neufchâtel, les Furstemberg et les Ortembourg.

Durant cette période, plusieurs actes mentionnent une famille noble de Longevelle : Humbert de Longevelle. La famille de Longevelle disparait vers le milieu du XIVe siècle. Elle portait les armoiries "de gueules à une bande d'or au premier canton d'un point d'échiquier".

Comme les autres villages du comté de Montbéliard, les habitants de Longevelle ont eu beaucoup à souffrir des guerres, des meurtres, de la famine et épidémies dans les XIVe et XVe siècles.

Longevelle pendant la guerre de Trente Ans est dévasté tour à tour par les troupes lorraines et autrichiennes entre 1633 et 1637. À la guerre se joignirent la peste et la famine. La population, comme ailleurs, fut pratiquement anéantie et les terres sans cultures.

Le prince de Montbéliard-Wurtemberg, en sa qualité de seigneur du Châtelot, pert tous ses droits seigneuriaux en 1789 au début de la Révolution française. La seigneurie est supprimée en 1790 par suite des nouvelles divisions du territoire français, départements et cantons. La commune de Longevelle intègre le canton d'Onans (district de Baume-les-Dames) et le département du Doubs puis passe dans le canton de L'Isle-sur-le-Doubs par arrêté du 19/10/1801.

La Guerre franco-prussienne de 1870 est encore fatale au village de Longevelle qui est réquisitionné pour la bataille entre les soldats français et allemands.

Enfin, pendant la Seconde Guerre mondiale, en , Longevelle se trouve pratiquement deux mois sur le front. Le à 11h20, les troupes du 5e Régiment de Tirailleurs Marocains et la 2e Division d'Infanterie Coloniale, en compagnie du régiment du Lomont (F.F.I), lancent l'attaque contre les soldats allemands retranchés au cimetière dans le Bois du Chânois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jean-Paul Charrier   Conseiller général de L'Isle-sur-le-Doubs (1994 → 2001)
mars 2008 En cours
(au 9 décembre 2014)
Pierre-Aimé Girardot DVD Cadre
Vice-président de la CA Pays de Montbéliard Agglomération (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 675 habitants[Note 3], en diminution de 0,59 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320317329372369370399433442
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
407446441407395387352372368
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
362341322291305334323318408
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
412448493493657604628632635
2013 2018 - - - - - - -
679675-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église protestante luthérienne de Longevelle-sur-Doubs

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Anciennes fontaines

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Anciens linteaux de portes et fenêtres gravés

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Longevelle-sur-Doubs.svg

Description: De gueules à bande d'or et au canton d'azur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  5. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre,
  6. H. Stern, Recueil général des mosaïques de la Gaule, I, 3, 1963, no 316-317
  7. J.-P. Morel, « Circonscription de Franche-Comté », Gallia, t. 32, no 2,‎ , p. 401-426, notamment 407 (ISSN 2109-9588, lire en ligne, consulté le 31 janvier 2021), sur Persée.
  8. « Un 3e  mandat pour Pierre Aimé Girardot », L'Est Républicain,‎ 24 mai 2020 mis à jour le 02 juin 2020 (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2021).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.