Étouvans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Étouvans
Étouvans
La mairie
Blason de Étouvans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité CA Pays de Montbéliard Agglomération
Maire
Mandat
Marielle Ballay
2022-2026
Code postal 25260
Code commune 25224
Démographie
Gentilé Étouvans
Population
municipale
828 hab. (2021 en augmentation de 2,35 % par rapport à 2015)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 54″ nord, 6° 43′ 13″ est
Altitude Min. 301 m
Max. 476 m
Superficie 6,56 km2
Aire d'attraction Montbéliard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bavans
Législatives 4e circonscription du Doubs
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Étouvans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Étouvans
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Étouvans
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Étouvans
Liens
Site web https://www.etouvans.fr/

Étouvans est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Étouvans et Étouvannes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Centre du village, vu de la rue de l'église.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Bavans, Écot, Lougres, Colombier-Fontaine, Dampierre-sur-le-Doubs et Villars-sous-Écot.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,3 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 353 mm, avec 13,5 jours de précipitations en janvier et 10,8 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Medière », sur la commune de Médière à 9 km à vol d'oiseau[4], est de 11,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 105,2 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 40,2 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17 °C, atteinte le [Note 1],[5],[6].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[7]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Étouvans est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[9],[I 1],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (49,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (49,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (49,3 %), terres arables (19,1 %), prairies (13,8 %), zones urbanisées (9,6 %), zones agricoles hétérogènes (7,2 %), eaux continentales[Note 4] (0,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,1 %)[11]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 384, alors qu'il était de 363 en 2013 et de 336 en 2008[I 4].

Parmi ces logements, 92,9 % étaient des résidences principales, 1,3 % des résidences secondaires et 5,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 5,2 % des appartements[I 4].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Étouvans en 2018 en comparaison avec celle du Doubs et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,3 %) inférieure à celle du département (4,3 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 91,6 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (91,2 % en 2013), contre 59,4 % pour le Doubs et 57,5 % pour la France entière[I 5].

Le logement à Étouvans en 2018.
Typologie Étouvans[I 4] Doubs[I 6] France entière[I 7]
Résidences principales (en %) 92,9 87,1 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,3 4,3 9,7
Logements vacants (en %) 5,8 8,5 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Estovans en 1182, 1248, 1354, 1386 ; Estouvans en 1584[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Étouvans appartenait au comté de Montbéliard qui est rattaché à la France en 1793.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montbéliard du département du l'Doubs.

Elle faisait partie de 1801 à 1982 du canton d'Audincourt, année où elle intègre le canton de Pont-de-Roide[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Bavans

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription du Doubs.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Étouvans était membre de la communauté de communes des Trois Cantons (Doubs), un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2001 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines le au sein de la communauté d'agglomération dénommée Pays de Montbéliard Agglomération, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Anne-Marie Hadiuk[14] UMP  
2014 septembre 2022 Nicolas Pacquot[15],[16] Horizons Ingénieur automobile
Député du Doubs (3e circ.) (2022[17] → )
Vice-président de Pays de Montbéliard Agglomération (2020 → 2021[18])
Démissionnaire à la suite de son élection comme député
septembre 2022[19] En cours
(au 8 juin 2023[20])
Marielle Ballay DVD Informaticienne

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2021, la commune comptait 828 habitants[Note 5], en augmentation de 2,35 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
235259236199220264303327309
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
323311400413451509523505487
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
489516538542575577574522536
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
563624746891760721762759822
2021 - - - - - - - -
828--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saints-Ferréol-et-Ferjeux[modifier | modifier le code]

Fontaines[modifier | modifier le code]

Linteaux de fenêtres[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Étouvans Blason
Écartelé : au 1er d'or à trois demi ramures de sable, posées en fasce et rangées en pal, au 2e d'azur semé de billettes d'or, au lion du même, au 3e de gueules à deux bars adossés d'or, au 4e de gueules à deux clés d'argent passées en sautoir et surmontées d'une fleur de lys d'or ; à la vergette de sable brochant sur la partition.
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1939-1945
Détails
Adopté par la municipalité le 10 décembre 2014.
Alias
Alias du blason de Étouvans
Alias du blason de Étouvans
Parti : au 1er de gueules à deux bars adossés d'argent, au 2e d'azur à deux clés d'or passées en sautoir et surmontées d'une fleur de lys d'argent ; à la vergette de sable brochant sur la partition.
Adopté par la municipalité en octobre 1999.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune urbaine - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod, « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. a b et c « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Étouvans - Section LOG T2 » (consulté le ).
  5. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à Étouvans - Section LOG T7 » (consulté le ).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans le Doubs - Section LOG T2 » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière - Section LOG T2 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 25 - Doubs - Habitants », sur www.habitants.fr (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre Étouvans et Médière », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Medière », sur la commune de Médière - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Medière », sur la commune de Médière - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur Observatoire des Territoires (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  12. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre, .
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  15. « Élections municipales 2020 à Etouvans : Nicolas Pacquot candidat », ToutMontbeliard.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Réélu pour le mandat 2020-2026: « Nicolas Pacquot élu maire pour un 2e  mandat », L'Est Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Louise-Adelaïde Boisnard, « Législatives 2022 : Nicolas Pacquot, ex-ingénieur automobile et désormais député Ensemble! dans le Doubs », France Bleu Belfort-Montbéliard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Thibault Quartier, « La destitution de Nadine Mercier et Nicolas Pacquot au cœur des fractures de Pays de Montbéliard Agglomération », Letrois.info,‎ 9/4/2021 mis à jour le 12/4/2021 (lire en ligne, consulté le ).
  19. Aude Lambert, « Étouvans : un nouveau maire élu dans un mouchoir de poche », L'Est républicain,‎ 6 /9/2022 mis à jour le 27/10/2022 (lire en ligne, consulté le ). « les voix en sa faveur, seulement 8 sur 15, faisant apparaître la naissance d’une opposition avec laquelle l’informaticienne de 56 ans, désignée par le député de la 3e circonscription Nicolas Pacquot pour lui succéder , doit désormais composer ».
  20. Françoise Jeanparis, « Démissions, divisions et bisbilles : dimanche, on vote à Etouvans dans un climat de vive tension », L'Est républicain,‎ 8/6/2023 mis à jour le 11/6/2023 (lire en ligne, consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.