Désandans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Désandans
Désandans
Le temple
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Vallées Vertes
Maire
Mandat
André Parrot
2020-2026
Code postal 25750
Code commune 25198
Démographie
Population
municipale
730 hab. (2018 en augmentation de 1,81 % par rapport à 2013)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 02″ nord, 6° 40′ 41″ est
Altitude Min. 359 m
Max. 514 m
Superficie 5,47 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montbéliard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bavans
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Désandans
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Désandans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Désandans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Désandans

Désandans est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté, situé à 12 kilomètres de Montbéliard et à 30 kilomètres de Belfort.

Les habitants de Désandans sont appelés les Désandanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Desandans en 1187 ; Diesendens en 1196 ; Esendens en 1275 ; Sandans, Dasendans au XVe siècle ; Désendans depuis le XVIIIe siècle[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chavanne
(Haute-Saône)
Le Vernoy Aibre Rose des vents
Villers-sur-Saulnot
(Haute-Saône)
N Semondans
O    Désandans    E
S
Arcey Échenans

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Désandans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Arcey, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 2 175 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (48 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (48,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43 %), zones agricoles hétérogènes (29,5 %), terres arables (18,5 %), zones urbanisées (9 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné dans 2 bulles pontificales, l'une du pape Grégoire VIII du , et la seconde du pape Célestin III du , sous le nom de Diesandens. Les possessions de l'abbaye de Lieu-Croissant, ainsi que celle de l'église collégiale Saint-Mainboeuf y sont confirmés. Le village relève du comté de Montbéliard, avec deux fiefs laïcs ruraux.

En 1431, les paysans sont affranchis par la comtesse Henriette, puis au XVIe siècle par le comte Frédéric, qui récupère une partie des fiefs.

Le village passe à la Réforme en 1541, avec l'arrivée du premier pasteur et la mise en place d'une école primaire paroissiale pour les garçons et les filles en 1580. La localité subit les destructions conduites par les Guise, la guerre de Trente Ans, ainsi que la peste et la famine qui suivent.

En 1793, la commune est rattachée à la France, et elle est promue chef-lieu de canton jusqu'en 1801. Les localités d'Allondans, d'Aibre de Lougres, de Présentevillers, de Raynans, de Saint-Julien, de Sainte-Marie, de Sainte-Suzanne, de Semondans, d'Echenans, de le Vernois et d'Issans sont alors placés sous son autorité. Le canton de Désandans, supprimé en 1802, est alors rattaché à celui de Montbéliard.

En 2012, l'école de Désandans ferme ses portes pour être transformée en appartements. L'école la plus proche est celle d'Arcey.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 En cours André Parrot UMP-LR Agriculteur
2001 2008 Serge Sarrand    
1977 2001 Michel Heitmann    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 730 habitants[Note 3], en augmentation de 1,81 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270316303390484489488480460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
443454416385396407386368342
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
309300282232230249220242268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
307344384390521586705714720
2018 - - - - - - - -
730--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Puits ancien

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre, .
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Arcey », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]