Dambenois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dambenois
Dambenois
La mairie.
Blason de Dambenois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Pays de Montbéliard Agglomération
Maire
Mandat
Philippe Pourchet
2020-2026
Code postal 25600
Code commune 25188
Démographie
Gentilé Dambenoisiens, Dambenoisienness [1]
Population
municipale
738 hab. (2021 en augmentation de 0,27 % par rapport à 2015)
Densité 225 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 42″ nord, 6° 52′ 07″ est
Altitude Min. 324 m
Max. 427 m
Superficie 3,28 km2
Unité urbaine Châtenois-les-Forges
(banlieue)
Aire d'attraction Montbéliard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bethoncourt
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Dambenois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Dambenois
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
Dambenois
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Dambenois

Dambenois est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Les habitants de la commune sont les Dambenoisiens et Dambenoisiennes[2]. On les surnomme en patois Lai manôs (les Moineaux).

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dambenay en 1150 ; Dambenoi en 1367 ; Dompnobenigno à la fin du XIVe siècle ; Dampbenoit au XVe siècle ; Dambenoy en 1494 ; Dampbenoy en 1530 - En patois : Dampbenai[3].

Accès[modifier | modifier le code]

Ferroviaire : Les gares les plus proches sont celles de Montbéliard et de Belfort-Montbéliard TGV.

Routier : Il se fait par la sortie Sortie 10 de l'A36.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Trévenans
(Territoire de Belfort)
Bourogne
(Territoire de Belfort)
Rose des vents
Nommay N Allenjoie
O    Dambenois    E
S
Brognard

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Vosges, caractérisée par une pluviométrie très élevée (1 500 à 2 000 mm/an) en toutes saisons et un hiver rude (moins de °C)[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 237 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 10,7 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dorans », sur la commune de Dorans à 5 km à vol d'oiseau[6], est de 10,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 974,0 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,1 °C, atteinte le ; la température minimale est de −16 °C, atteinte le [Note 1],[7],[8].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[9]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dambenois est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[11],[12],[13]. Elle appartient à l'unité urbaine de Châtenois-les-Forges, une agglomération inter-départementale regroupant 3 communes[14] et 4 752 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (51,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (29 %), terres arables (20,2 %), forêts (19,7 %), zones urbanisées (15,4 %), eaux continentales[Note 4] (13,5 %), zones agricoles hétérogènes (2,2 %)[19]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

La toute première citation du nom Dambenois remonte à 1162 avec l'utilisation du mot Dambenay.

Au départ Les communes de Brognard, Nommay et Dambenois n'auraient formées qu'une seule est même commune. En effet, les bois entourant ces villages étaient communs, ce qui induisait l’appartenance à un même village.

Dambenois fit partie du comté de Montbéliard jusqu'en 1793, date à laquelle, la Franche comté dont faisait partie le comté de Montbéliard fut rattaché à la France par Louis XIV. Dambenois et Brognard (entre autres) furent accordés en tant que franchises à la Comtesse Henriette d'orbe de Montfaucon (ou Henriette de Montbéliard) à ses sujets. Les autres habitants furent rattachés au fief de Nommay jusqu'en 1771.

Lors de la réforme Luthérienne de 1541, la paroisse de Dambenois, qui était catholique, fut supprimée puis réunie à celle d'Allenjoie. Ainsi, l'église se trouvant dans le village devint un temple et la cure fue vendue avec les terres qui y étaient rattachées.

Le 20 décembre 1645, le fief de Dambenois fut concédé au baron Christophe de Forstner, (1598-1667) de la maison Forstner par le Prince de Montbéliard, Léopold-Frédéric de Wurtemberg, pour bons et loyaux services rendus. Le baron et les membres de sa famille sont inhumés dans un caveau situé sous l'autel actuel du temple.

Cette branche aînée de la Maison des Forstner s'éteignit à Montbéliard au cours du XIXe siècle sans héritier. Cependant, une branche cadette demeure encore aujourd'hui en Allemagne, celle des Forstner von Dambenoy.

Dambenois fut principalement un village agricole et une laiterie appelée" la Diachotte" (laiterie Faivre) fonctionnera jusqu'en 1964. Le dernier agriculteur fut Marcel Graber qui décida en 2009 d'arrêter son exploitation agricole.

De nos jours, Dambenois fait partie de Pays de Montbéliard Agglomération. Les communes de Allenjoie, Brognard et Dambenois sont intégrés dans un regroupement pédagogique intercommunal avec pour projet la construction d'une école commune.

Une cérémonie commémorant et remerciant les libérateurs du corps franc d'Indre-et-Loire venus libérer Dambenois le 23 novembre 1944 a lieu chaque année. De nombreuses tranchées sont encore visibles dans les forêts environnantes[20],[21].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dambenois Blason
Écartelé: au 1er de gueules, à deux barres d'argent, au 2e d'or au bûcheron, issant du coupé par les genoux, habillé d'une chemise d'argent au baudrier de gueules, d'un haut-de-chausses de sable, coiffé d'un chapeau du même, tenant une hache levée de sable, et posé devant un tronc d'arbre de gueules, d’où pousse une branche feuillée de sinople, à senestre, au 3e de sable au bûcheron issant par les genoux de la pointe, habillé d'une chemise d'argent au baudrier de gueules, d'un haut-de-chausses d'or, coiffé d'un chapeau du même, tenant une hache levée d'or et posé devant un tronc d'arbre de gueules, d’où pousse une branche feuillée de sinople, à dextre, au 4e de sable, à deux barres d'or.
Devise
« dominus benignus »
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Daniel Girard    
mars 2008 avril 2017 Luc Sommer[22] DVG Fonctionnaire
avril 2017 mai 2020 Bernard Nussbaumer   Titulaire PMA
mai 2020 En cours Philippe Pourchet [23]    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[25].

En 2021, la commune comptait 738 habitants[Note 5], en augmentation de 0,27 % par rapport à 2015 (Doubs : +1,89 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
144144139185191212217227235
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
220216202163168166151123115
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
101110134112124138145154156
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
187202242325607629700704768
2015 2020 2021 - - - - - -
736748738------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche est l'hôpital Nord Franche-Comté situé dans la commune voisine de Trévenans[28],[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fontaine-lavoir-abreuvoir.

Avec la Réforme, l'église devint un temple. Un nouveau temple fut reconstruit autour de 1750 avec un clocher-porche ancien daté de 1685. Il contient des objets liturgiques et des pierres tombales de la famille des Forstner, "les seigneurs de Dambenois". Le tombeau du baron Christophe de Forstner est toujours en place dans le temple.

Temple luthérien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 25 - Doubs - Habitants », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. « Le nom des habitants du 25 - Doubs - Habitants », sur habitants.fr (consulté le ).
  3. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, BESANÇON, CÊTRE, .
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  6. « Orthodromie entre Dambenois et Dorans », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Dorans », sur la commune de Dorans - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Dorans », sur la commune de Dorans - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  9. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Unité urbaine 2020 de Châtenois-les-Forges », sur insee.fr (consulté le ).
  15. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  20. « Histoire », sur dambenois.fr (consulté le ).
  21. « Site internet mairie Dambenois, section histoire », sur dambenois.fr, (consulté le ).
  22. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  23. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  28. Hôpital Nord Franche-Comté sur le site de la commune de Trévenans.
  29. Site officiel de l'HNFC.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]