Courtelevant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courtelevant
La commune de Courtelevant.
La commune de Courtelevant.
Blason de Courtelevant
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Canton Delle
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Territoire
Maire
Mandat
Daniel Frery
2014-2020
Code postal 90100
Code commune 90028
Démographie
Gentilé Courtelevanais
Population
municipale
419 hab. (2014)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 58″ nord, 7° 04′ 52″ est
Altitude Min. 385 m – Max. 454 m
Superficie 5,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Courtelevant

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Courtelevant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courtelevant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courtelevant

Courtelevant est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie du canton de Delle. Ses habitants sont appelés les Courtelevanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Il est situé à 7 km de Delle et 27 km de Belfort, le chef-lieu de département. La Vendline, une rivière qui prend sa source en Suisse près de Vendlincourt, l'arrose avant d'aller rejoindre la Coeuvatte, autre rivière d'origine suisse, à Florimont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Suarce Lepuix-Neuf Rose des vents
Florimont N Réchésy
O    Courtelevant    E
S
Courcelles

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Curati de Courteleuans (1294), Dom. Petri curati de Courteleuans (1295), Herbestorf (1303), Curteleuan (1313), Herpstorff (1576), Courtelvant (1793).
  • En allemand: Hebsdorf[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La voie romaine qui reliait Mandeure à Augst, près de Bâle, passait sur le territoire de Courtelevant. Le nom du village viendrait du latin curtis accolé au nom d'homme germanique "Hilbung". En 1262 Courtelevant possédait déjà une église. Pendant la période où Ferrette faisait partie des possessions autrichiennes, le village était connu sous son nom allemand de Herbsdorf (même étymologie que le nom français). Au cours de la guerre de Trente Ans la contrée fut ravagée par les Suédois et Courtelevant était sur leur chemin. Le traité de Westphalie de 1648 consacra le rattachement de la région à la France. L'église Saint-Étienne a été restaurée en 1812.

Le moulin de Courtelevant (à 4 niveaux) est un témoin d'une activité qui était très répandue jusqu'au XIXe siècle : l'utilisation de la force de l'eau à l’aide d’une roue à augets de 5 mètres de diamètre pour faire tourner les meules d'un moulin à farine. Construit dans les années 1600, il est détruit par un incendie en 1855 et arrête sa production en 1882. En 1988 l’association des « amis du moulin » est créée pour la restauration, l’entretien et l’animation du lieu. Il est maintenant aménagé en musée et présente au public différents aspects des techniques utilisées avant le grand développement industriel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Robert Reguillot    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 419 habitants, en diminution de -3,46 % par rapport à 2009 (Territoire de Belfort : 1,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
259 304 324 357 377 371 375 392 354
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
301 311 366 322 295 312 307 310 268
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
262 244 265 197 194 190 195 208 212
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
229 217 294 337 353 375 373 434 419
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
L'église Saint-Étienne
et son clocher en bâtière.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Moulin Marion », notice no PA00101159, base Mérimée, ministère français de la Culture.