Grosne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grosne
Grosne
La mairie de Grosne.
Blason de Grosne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Territoire
Maire
Mandat
Jean-Louis Hottlet
2020-2026
Code postal 90100
Code commune 90055
Démographie
Gentilé Grosnois
Population
municipale
335 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 30″ nord, 7° 00′ 10″ est
Altitude Min. 345 m
Max. 388 m
Superficie 3,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Belfort
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grandvillars
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Grosne
Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort
Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Grosne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grosne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grosne

Grosne est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie du canton de Grandvillars. Au dernier recensement de 2018, le village comptait 335 habitants alors qu'il en regroupait 309 en 1803. Il est situé à 15 km de Belfort, à l'écart des routes principales et à 360 m au-dessus du niveau de la mer. Ses habitants sont appelés les Grosnois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Grosne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belfort, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 91 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Grona (1105), Grune (1170), Grůna (1303), Gruone (1333), Welsch Gran (1576), Gronne et Groune (1655), Grůne (1394), Gronne (1793), Grosne (1801).
  • En allemand : Welschen Gruene[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de Grosne était traversé par une voie romaine d'importance secondaire qui reliait Vellescot et Recouvrance. En 1105, la mairie de Grosne et sa paroisse s'étendait sur les localités voisines de Boron, Vellescot, Recouvrance, Brebotte, Eschêne et le village disparu de Normanvillars. Petit-Croix n'était alors qu'une simple chapelle rattachée à Grosne. À cette date, Ermentrude, veuve de Thierry Ier comte de Montbéliard-Ferrette, donne le fief de Grosne au prieuré de Froidefontaine. En 1125, le comté est partagé entre Frédéric Ier comte de Ferrette et Thierry II, comte de Montbéliard. Froidefontaine et Grosne font alors partie du comté de Ferrette. En 1454, le fief passa dans les mains des seigneurs de Montjoie qui l'ont conservé jusqu'en 1630. Les revenus de l'église ont été perçus par le prieuré de Froidefontaine jusqu'en 1621, par les jésuites d'Ensisheim jusqu'en 1764 et enfin par le collège royal de Colmar jusqu'à la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Marie Ernewein UMP  
mars 2008 En cours Jean-Louis Hottlet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2018, la commune comptait 335 habitants[Note 3], en stagnation par rapport à 2013 (Territoire de Belfort : −1,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295277338301299308298303292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
226231230228239224224200175
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
17915514411712111510692106
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1079181187239242292329326
2018 - - - - - - - -
335--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Grosne (90).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Parti : au 1er d'azur à l'épée basse d'or, au 2e de gueules à la clé renversée d'argent.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Grosne
et son clocher en bâtière.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Belfort », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  6. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.