Sevenans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sevenans
Sevenans
Blason de Sevenans
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Intercommunalité Grand Belfort
Maire
Mandat
Maryline Morallet
2020-2026
Code postal 90400
Code commune 90094
Démographie
Gentilé Sevenanais
Population
municipale
702 hab. (2019 en augmentation de 0,29 % par rapport à 2013)
Densité 348 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 10″ nord, 6° 51′ 58″ est
Altitude Min. 337 m
Max. 372 m
Superficie 2,02 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Belfort
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châtenois-les-Forges
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Sevenans
Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort
Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Sevenans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sevenans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sevenans

Sevenans [sɛvnɑ̃] est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Sevenanais[1].

Le nom officiel de la commune ne comporte pas d'accent aigu (code officiel géographique de l'Insee). Toutefois, Sévenans est une dénomination fréquente dans le langage courant.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sevenans, qui dépend du canton de Danjoutin, est située au carrefour de la route nationale 437 continuant vers Montbéliard et de la RN 19 reliant Belfort à Delle. À l'époque gallo-romaine, une voie longeant la rive gauche de la vallée de la Savoureuse traversait le territoire de Sevenans, venant de Trétudans et montant vers le nord, vers Andelnans.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Botans Andelnans Meroux Rose des vents
Dorans N
O    Sevenans    E
S
Bermont Trévenans Moval

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sevenans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belfort, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 91 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (28,1 %), terres arables (23,4 %), zones agricoles hétérogènes (19,9 %), prairies (13,1 %), forêts (11,8 %), eaux continentales[Note 3] (3,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Savera(n) + -ingos[9].
  • Severnens (1147), Vernans (1342), Vfernas (1394), Severnans/Seuernans et Sifernans (1427), Sevonäns (1644), Sevenans (1655).

Histoire[modifier | modifier le code]

Stèle des fusillés.

Le nom du village est mentionné pour la première fois en 1147, celui-ci est alors dépendant de la mairie de l'Assise-sur-l'Eau et de la prévôté de Belfort. Le hameau de Leupe, cité en 1347 dans le partage de la succession de Jeanne de Montbéliard fait partie de la commune de Sevenans.

Au XVIIIe siècle y était exploité du minerai de fer destiné aux fourneaux de Châtenois-les-Forges et de Belfort.

François-Bernardin Noblat (1714-1792) crée la seigneurie de Sevenans à la suite d'un échange en 1768[10] avec la duchesse de Mazarin. La seigneurie comprend les hameaux de Sevenans, Moval et Leuppe. Noblat fait construire le château[11], qui sera remanié au XIXe siècle par les Saglio puis rénové en 2003.

Sevenans est rattachée à la paroisse de Bermont.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Sevenans.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D’azur à trois jumelles d’or et à la bordure de gueules.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2008 Jean-Pierre Roth    
mars 2008 27 mai 2020 Didier Pornet   Professeur
27 mai 2020 En cours Maryline Morallet[12]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2019, la commune comptait 702 habitants[Note 4], en augmentation de 0,29 % par rapport à 2013 (Territoire de Belfort : −2,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
105100114109156136144138156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
122139136130142142151143133
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
130117135131149158140151163
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
194223194201575726794787718
2015 2019 - - - - - - -
688702-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Château Saglio, siège de la direction de l'UTBM.

L'Université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), école d'ingénieurs du nord de la Franche-Comté s'est développée dans les années 1980 autour du château Saglio, construit peu après 1768 pour les Noblat[17]. Les bâtiments de l'université ont été conçus par l'architecte Roland Castro.

L'UTBM étant issue du regroupement de l'Institut Polytechnique de Sevenans (IPSé) et de l'école nationale d'ingénieurs de Belfort (ÉNIBe), il reste sur le campus de Sevenans l'administration et deux départements :

  • le Tronc Commun (1er cycle)
  • la branche Génie Mécanique et Conception (2e cycle).

L'IRECI, bâtiment situé à proximité du campus de l'UTBM, accueille différentes entreprises.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie et la maison commune dite mairie bleue.
  • Sevenans possède une mairie particulière, aménagée dans l'ancienne chapelle Sainte-Amélie, dépendance du château Saglio.
  • Le château Saglio rénové en 2003 est occupé par la direction de l'UTBM.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, Territoire de Belfort, habitants.fr
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Belfort », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  10. Voir le site des archives départementales, à la page sur la seigneurie de Sevenans.
  11. Voir [PDF] le journal de la communauté de l'agglomération belfortaine n° 28, automne 2009, page 15.
  12. élue le 27 mai 2020 selon l'Est Républicain du 3 juin 2020
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. Voir [PDF] le journal de la communauté de l'agglomération belfortaine n° 28, automne 2009