Dasle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dasle
Dasle
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Pays de Montbéliard Agglomération
Maire
Mandat
Carole Thouesny
2020-2026
Code postal 25230
Code commune 25196
Démographie
Gentilé Daslois
Population
municipale
1 405 hab. (2018 en diminution de 1,26 % par rapport à 2013)
Densité 248 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 43″ nord, 6° 53′ 42″ est
Altitude Min. 360 m
Max. 461 m
Superficie 5,67 km2
Unité urbaine Beaucourt
(banlieue)
Aire d'attraction Montbéliard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Audincourt
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Dasle
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Dasle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dasle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dasle

Dasle est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dala en 1147, 1176 ; Aule en 1275 ; Dale en 1347 ; Daule en 1494 ; Daulle en 1515 ; Dalle au XVIe siècle ; Dale au XVIIIe siècle ; Dasle depuis le XIXe siècle[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dasle est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Beaucourt, une agglomération inter-départementale regroupant 4 communes[5] et 8 464 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dasle appartenait au comté de Montbéliard qui fut rattaché à la France en 1793. Depuis 1793, le nom de la commune s'écrivait "Dalle" mais en 1801 un changement s'opéra et elle devenue "Dasle".

Dalote ou Dalate, hameau situé au lieu-dit la Combotte entre Audincourt et Dasle. Il est chef-lieu d'une "mairie" en 1312. En 1411 sa population est de "sept maignies d'hommes taillables". La première mention du hameau est faite en 1223 lorsque Richard III de Montfaucon, comte de Montbéliard, donne à l'archevêque Gérard de Rougemont, "deux meix de terre provenant de son alleu à Mandeure en échange d'un chasement ou fief de l'église de Besançon situé à Dâlote". En 1301 il est fait mention de Perrin de Dâlote, maire de Montbéliard rudoyé par les habitants de cette ville. Dalote devait disparaître vers le milieu du XVe siècle, son territoire était réuni au domaine du comté de Montbéliard et plus tard, Ulrich VI de Wurtemberg le vendait aux "prud'hommes et habitants d'Audincourt"[10].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville de Dasle vient du mot en normand, vieux norrois dale qui signifie vallée. Cette graphie se retrouve d'ailleurs dans le nom de communes normandes comme Oudalle, Saint-Vaast-Dieppedalle, Canteleu-Dieppedalle (cf l'article sur la toponymie normande à ce sujet). Peut-être un parallèle est-il à faire avec le mot allemand tal qui a la même signification (avec des réserves car le normand n'a pas la même racine que les langues germaniques)[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Paul Gay PCF Magasinier, puis agent commercial chez Japy
Conseiller général du Canton de Hérimoncourt (1945-1951)
mars 2008 mai 2020 Marcel Beauseigneur[12] DVD Retraité
mai 2020 En cours Carole Thouesny [13]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2018, la commune comptait 1 405 habitants[Note 3], en diminution de 1,26 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
351345375420494500531577626
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6557578498979819639961 0491 022
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 044974954827801821708771922
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 3981 3571 3451 4391 4181 3431 3361 4191 420
2018 - - - - - - - -
1 405--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Salon de coiffure (une demande a été faite pour classer ce bâtiment au patrimoine régional).
  • Usine Lisi Automotives, qui comprenait 4 usines : Ouest, Est, Sud et Nord. Toutes ont été rachetées. Seule l'usine ouest est restée non rachetée. Elle est actuellement désaffectée.
  • Piste cyclable construite en lieu et place de la ligne de chemin de fer qui reliait Audincourt à Beaucourt et Delle.
  • Le temple protestant, situé au centre du village, possède une curiosité. En effet, il n'y avait pas de cadran d'horloge côté nord du clocher, afin de ne pas indiquer l'heure aux habitants de Vandoncourt, ennemis héréditaires des villageois.
  • Au lieu-dit le Piquet, sur la route menant à Vandoncourt, les gamins des deux villages avaient pour habitude de se livrer à une guerre des boutons.
Temple protestant.
Temple à l'intérieur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, Besançon, Cêtre, .
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Beaucourt », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  10. Les villages ruinés du comté de Montbéliard
  11. Dr Etienne Muston, Histoire d'un village. Beaucourt : De la préhistoire à la Révolution, vol. 1, Paris, Le Livre d'histoire, , 361 p. (ISBN 978-2-7586-0073-2)
  12. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  13. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les villages ruinés du comté de Montbéliard, avec quelques autres d'origine moderne, Charles Duvernoy, 1847, p.  17 à 18. Google livres

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]