Eguenigue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eguenigue
Eguenigue
Photo de la mairie d'Eguenigue de couleur rose avec un toit en tuile rouge.
Blason de Eguenigue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Arrondissement de Belfort
Canton Grandvillars
Intercommunalité Grand Belfort
Maire
Mandat
Michel Merlet
2014-2020
Code postal 90150
Code commune 90036
Démographie
Gentilé Eguenignons
Population
municipale
281 hab. (2015 en augmentation de 6,44 % par rapport à 2010)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 15″ nord, 6° 56′ 03″ est
Altitude Min. 351 m
Max. 461 m
Superficie 2,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Eguenigue

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Eguenigue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eguenigue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eguenigue

Eguenigue est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est administrativement rattachée au canton de Fontaine et fait partie du Grand Belfort. Ses habitants sont appelés les Eguenignons.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé entre Roppe et Menoncourt à 7 km de Belfort, à une altitude d'environ 360 mètres. Le territoire de la commune, qui s'étend sur 248 hectares, est traversé par la route nationale N 83 qui relie Belfort à Mulhouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Anjoutey Rose des vents
Roppe N Menoncourt
O    Eguenigue    E
S
Phaffans

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Egelo suivi du suffixe -ingen[1] francisé en -ingue puis -igue.
  • Egelinga (1136), Aguelingues (1303), Egelingen (1347), Enguelnigues (1472), Eguenigue (1655).
  • En allemand : Egelingen[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

La première mention certaine du nom du village dans les écrits date de 1307 sous la forme Hagueligues. En 1755, le nom s'écrivait Egueningen[3]. Du XVe et XIXe siècles, des mines permettent l'extraction d'un minerai de fer en grains qui est traité dans les fourneaux de Masevaux et de Châtenois[4].

De 1913 à 1948 la ligne Belfort-Lachapelle-sous-Rougemont du Chemin de fer d'intérêt local du Territoire de Belfort traversait le village.

Eguenigue possède une chapelle du XVIIe siècle dédiée à sainte Brigitte et saint Roch. Elle dépend de la paroisse de Phaffans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Eguenigue

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur au portail d'église d'argent ouvert et ajouré d'un oculus de sable, sommé d'un clocher aussi d'argent couvert de gueules et croisé de sable, ajouré de trois fenêtres du même rangées en fasce, accostée, en chef à dextre, d'un cœur croisé d'or et, à senestre, d'une coquille aussi d'argent, posée sur une champagne aussi d'or chargée de dix tourteaux aussi de sable ordonnés 5, 4 et 1.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Yves Barthez    
mars 2001 2014 Jacques Reuillard    
2014 en cours Michel Merlet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2015, la commune comptait 281 habitants[Note 1], en augmentation de 6,44 % par rapport à 2010 (Territoire de Belfort : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
217201251283299265269296334
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
280269253231227224210197192
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
204187185156129129119117132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
129142208229292283270269267
2013 2015 - - - - - - -
285281-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Sainte-Brigitte-et-Saint-Roch.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France: Tome 2, Formations non-romanes - Ernest Nègre.
  2. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  3. http://www.archives.cg90.fr/?id=viewer&doc=accounts%2Fmnesys_ad90%2Fdatas%2Fir%2Farchives%2Fc%2FFRAD090_1c%20JCT.xml&page_ref=3169&lot_num=1&img_num=1
  4. « L'exploitation du fer », sur phaffans.com.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.