Thulay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thulay
Thulay
Mairie de Thulay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Maîche
Intercommunalité Pays de Montbéliard Agglomération
Maire
Mandat
Philippe Boiteux
2014-2020
Code postal 25310
Code commune 25562
Démographie
Population
municipale
219 hab. (2016 en diminution de 1,79 % par rapport à 2011)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 30″ nord, 6° 51′ 44″ est
Altitude Min. 394 m
Max. 541 m
Superficie 2,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Thulay

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Thulay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thulay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thulay

Thulay est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Les habitants de Thulay sont appelés les Renards.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Seloncourt Rose des vents
Bondeval N Hérimoncourt
O    Thulay    E
S
Roches-lès-Blamont

Histoire[modifier | modifier le code]

Turlay en 1170 ; Turlaie en 1182 ; Tollar en 1196 ; La Grange de Turlay, Theulay au XVe siècle ; Tulay en 1765 ; Tulay en 1840[1].

Nommé aussi Tulay, Turlay ou Tollar, ce village est cité pour la première fois en 1170 dans une charte par laquelle Valner, chevalier de Damjustin, donne sa terre à l'abbaye Notre-Dame de Belchamp : "terram suam quam habuit apud Turlay". Dix ans plus tard ce village est désigné sous le nom de "colonge" (exploitation sur laquelle un colon a été établi par le propriétaire du lieu) dans une bulle du pape Lucius III. Dans le courant du XIIIe siècle il est la propriété d'Elvis de Thulay épouse de Thibaud Ier de Vergy, seigneur de Belvoir. De là, la "grange de Thulay", comme elle est à nouveau nommée, passe dans la maison de Neuchâtel et est rattachée à la châtellenie de Blamont. Celle-ci est acquise par Ulrich VI de Wurtemberg, comte de Montbéliard, en 1506. En 1524 Ulrich donne la jouissance du lieu à Jean-Henri et Nicolas Mégnin ainsi qu'à Jean Monnier, tous trois d'Hérimoncourt. En 1587 le hameau est incendié. En 1660 Jeanne Vuillin, accusée de sorcellerie, est décapitée et immolée. En 1693 les héritiers des frères Mégnin vendent leurs droits à Adam Mégnin et à Jacques Cousandier. Dans le même temps le duc de Montbéliard donnait en fief le territoire à Jean-Rodolphe de Sponeck. En 1750 la communauté de Thulay se compose de neuf familles réparties dans cinq maisons[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Thulay.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Parti : au 1) d’or aux trois demi ramures de cerf de sable posées en fasce et rangées en pal, au 2) de gueules aux deux bars adossés d’or ; sur le tout, au chef de sinople chargé d’un loup courant d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Rémi Lapprand[3]    
mars 2014 En cours Philippe Boiteux DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 219 habitants[Note 1], en diminution de 1,79 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
655861528492868975
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
837980879185102124112
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1051171339810693776572
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9395105119140172204208226
2016 - - - - - - - -
219--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les villages ruinés du comté de Montbéliard, avec quelques autres d'origine moderne, Charles Duvernoy, 1847, p.  46 à 48. Google livres

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE,
  2. Les villages ruinés du comté de Montbéliard
  3. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :