Couthenans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couthenans
Vue générale.
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Héricourt-2
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Héricourt
Maire
Mandat
Jean-Denis Perret-Gentil
2014-2020
Code postal 70400
Code commune 70184
Démographie
Population
municipale
755 hab. (2014)
Densité 460 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 29″ nord, 6° 43′ 34″ est
Altitude Min. 331 m – Max. 480 m
Superficie 1,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Couthenans

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Couthenans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Couthenans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Couthenans

Couthenans est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Luze Rose des vents
Coisevaux N Luze
O    Couthenans    E
S
Héricourt

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le bassin houiller keupérien de Haute-Saône[1] et le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Couthenans vient de la colline qui domine le village et du ruisseau « Le Nans » qui le traverse. Il s'écrivait « Cotenans » ou « Cothenans » et ce apparemment jusqu’à l'an 1300[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Couthenans appartenait au principauté de Montbéliard.

Durant le siège de Belfort en 1654, le maréchal de La Ferté réduisit en cendres le village ; la tradition veut que cette fois, il ne resta intacte qu’une petite maison[3].

Après le rattachement de la principauté de Montbéliard en 1793, la commune changea plusieurs fois de département :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays d'Héricourt.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle était historiquement rattachée depuis 1801 au canton d'Héricourt. Celui-ci a été scindé en 1985 et la commune rattachée au canton de Héricourt-Ouest[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du Canton d'Héricourt-2

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays d'Héricourt, intercommunalité créée au

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008 Jacques Bernadin PCF  
mars 2008 mars 2014[6] Nasser Diffalah PCF  
2014[7],[8] en cours
(au 27 octobre 2016)
Jean-Denis Perret-Gentil   Cadre administration pénitentiaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 755 habitants, en diminution de -3,08 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
119 160 189 268 216 256 267 308 299
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
281 275 244 239 287 373 331 301 299
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
353 342 349 329 331 328 317 312 342
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
350 387 680 677 710 717 793 779 755
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

L'association Cyclo Club de Couthenans organise chaque année une randonnée cyclotourisme, dont la 25e édition a eu lieu le 18 septembre 2016[12].

Économie[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Temple protestant des XVIIe et XIXe siècles.
  • Filature de coton du XVIIIe siècle dit Moulin de la Chèvre ou Chevret, grand bâtiment à architecture remarquable démoli et reconstruit au début du XIXe siècle, rue de Chevret, rénové en appartements en 2013[13].
  • Moulin de Couthenans sur le Réchal (ruisseau de l'étang), reconstruit en 1799, sans activité depuis la Seconde Guerre mondiale[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maxence Prévot, gardien de but, formé au F.C. Sochaux Montbéliard.
  • Pierre Jacques Dormoy (1825-1892), ingénieur, inventeur, chef d'industrie, créateur des fonderies Dormoy.
  • Serge Godot (né en 1936), coéquipier de Raymond Poulidor dans l'équipe Mercier. A fini 32e du Tour de France 1965.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] R. Dormois et J.Ricours, Houille triasique sur le versant N.O. du Jura, BRGM, (lire en ligne), p. 5.
  2. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  3. https://sites.google.com/site/couthenans/ [réf. insuffisante]
  4. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Les maires de Couthenans », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 1er novembre 2016).
  6. « Nasser Diffalah ne se représente pas », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « En ce qui concerne les élections municipales de mars, après 19 ans de présence comme conseiller municipal, adjoint puis maire, j’ai décidé de ne pas me représenter ».
  7. « Jean-Denis Perret-Gentil candidat aux municipales », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Jean-Denis Perret-Gentil a décidé de mener une liste pour les prochaines élections municipales à Couthenans. Il a déjà été élu en 2008 comme conseiller municipal et s’est occupé des affaires scolaires, du contentieux communal tout en assistant aux réunions de la CCPH (communauté de communes).
    De 1992 à 1994, il s’est fortement investi dans l’action des parents d’élèves puis dans le périscolaire »
    .
  8. « Jean-Denis Perret-Gentil élu maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Randonnée cyclotouriste », L'Est républicain, édition de Belfort-Héricourt-Montbelliard,‎ (lire en ligne).
  13. « Le moulin à farine, puis usine textile Méquillet-Noblot et Cie dite usine de Chevret, actuellement immeuble à logements et magasin de commerce », notice no IA70000087, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « moulin à farine et à huile », notice no IA70000086, base Mérimée, ministère français de la Culture