Laire (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laire
Laire (Doubs)
Monument aux morts à Laire.
Blason de Laire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Héricourt
Maire
Mandat
André-Marie Dépoutot
2020-2026
Code postal 25550
Code commune 25322
Démographie
Population
municipale
406 hab. (2019 en augmentation de 4,1 % par rapport à 2013)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 33′ 05″ nord, 6° 44′ 00″ est
Altitude Min. 356 m
Max. 452 m
Superficie 3,17 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Montbéliard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bavans
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Laire
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Laire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laire
Liens
Site web laire-doubs.fr

Laire est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont surnommés en patois Lai niods ou Lai nionets. Niods pour les nœuds de chanvre grossier non peignés, ancienne production du pays ? - Nionets, en patois : niais. De toute façon il y a un jeu de mots sur niods-niais-nionets[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Layr en 1231 ; Lay 1318 ; Layre en 1446 ; Laire depuis 1520[1].

Le village se situe à 10 km au nord-ouest de la ville de Montbéliard, entre les communes d'Issans, de Trémoins et de Tavey, ces deux dernières dans la Haute-Saône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Trémoins
(Haute-Saône)
Verlans (Haute-Saône) Héricourt
(Haute-Saône)
Rose des vents
N Vyans-le-Val
(Haute-Saône)
O    Laire    E
S
Aibre Raynans, Montbéliard

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Laire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (46,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (46,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (46,1 %), terres arables (34,2 %), zones urbanisées (15,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (4 %), zones agricoles hétérogènes (0,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune apparaît pour la première fois en 1231 dans une charte de Thierry III, Comte de Montbéliard, et s'orthographiait alors Layr.

Laire a appartenu au comté de Montbéliard jusqu'en 1793, date de son rattachement à la France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1995 ? Jean-Paul Croissant    
mars 2001 mai 2008 Alain Billotte    
mai 2008 En cours
(au 31 mai 2020)
André-Marie Dépoutot[9],[10]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2019, la commune comptait 406 habitants[Note 3], en augmentation de 4,1 % par rapport à 2013 (Doubs : +2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
213141143145194202201210212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
214196190174170153146152124
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
10911310592859010595109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
106119175271243314364375386
2015 2019 - - - - - - -
395406-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison commune : datant de 1828, elle est construite en grès ;
  • Poids public : construit aux XIXe et XXe siècles, il est en fonte et en laiton, et se trouve place de la Fontaine ;
  • Ancien puits : en grès et en fonte, il date de 1850 ; visible depuis la Grande-Rue ;
  • Ferme : de 1870, cette magnifique bâtisse est construite en pierre et en grès des Vosges. Elle est très caractéristique du Pays de Montbéliard. (Qui est maintenant un bâtiment accueillant un théâtre)

La commune a la particularité de ne pas avoir d'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Laire Blason
Parti d’argent et de gueules, à deux branches de sinople, passées en sautoir et mouvant chacune d’un angle de la pointe, brochant sur le parti, celle en bande de chêne fruitée de trois pièces d’or, les cupules de gueules, celle en barre d’alisier torminal fleurie de trois pièces d’argent, boutonnées d’or, le tout accompagné en chef de deux bars adossés de l’un en l’autre et en pointe du clocheton de la mairie du lieu sommé de son coq, le tout d’azur, mouvant de la pointe et brochant sur le parti, ajouré d’or, le cadran d’horloge du même[15].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1939-1945
Devise
Aut concordia, aut robore (Soit par un bon accord, soit par la résistance)'
Détails
Le parti évoque le partage du village entre deux seigneuries : le gueules et l'argent sont empruntés aux armes des seigneurs d'Héricourt et les bars à celles des comtes de Montbéliard. Le chêne, symbole de résistance et l'alisier, symbole de concorde sont aussi évoqués dans la devise.

Création de Nicolas Vernot adoptée par la municipalité le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre, .
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. « Laire (Doubs) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).
  • Le Patrimoine des Communes du Doubs, éditions Flohic, Tome II.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]