Aller au contenu

Andelnans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Andelnans
Andelnans
La mairie.
Blason de Andelnans
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
(Belfort)
Arrondissement Belfort
Intercommunalité Grand Belfort
Maire
Mandat
Bernard Mauffrey
2020-2026
Code postal 90400
Code commune 90001
Démographie
Gentilé Andelnanais
Population
municipale
1 153 hab. (2021 en diminution de 5,8 % par rapport à 2015)
Densité 276 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 11″ nord, 6° 52′ 10″ est
Altitude Min. 340 m
Max. 407 m
Superficie 4,17 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Belfort
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châtenois-les-Forges
Législatives Deuxième circonscription du Territoire de Belfort
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Andelnans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Andelnans
Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort
Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
Andelnans
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Andelnans

Andelnans est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort, la région culturelle et historique de Franche-Comté et la région administrative Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Andelnans : la rivière la Savoureuse.
Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap.
Carte topographique.
Carte avec les communes environnantes.

Le village est situé sur la rive gauche de la Savoureuse, rivière prenant sa source au Ballon d'Alsace. Il a été de tous temps un lieu de passage et de communication, d'abord avec une voie romaine reliant Danjoutin et Sévenans puis la route de Belfort à Montbéliard, la ligne SNCF Belfort - Delle, la voie du chemin de fer à voie étroite entre 1913 et 1948, le canal de Montbéliard à la Haute-Saône et, depuis la fin des années 1970, l'autoroute A36. Depuis cette époque, le territoire de la commune situé entre l'autoroute et la Savoureuse a été aménagé en une vaste zone commerciale et artisanale. Plusieurs lotissements, dont le hameau résidentiel de Froideval, situés dans le cadre agréable d'une clairière du Grand Bois ont permis l'augmentation de la population du village qui est passée de 397 habitants en 1962 à 1 203 en 1999.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Vosges, caractérisée par une pluviométrie très élevée (1 500 à 2 000 mm/an) en toutes saisons et un hiver rude (moins de °C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 182 mm, avec 13,3 jours de précipitations en janvier et 10,7 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Dorans », sur la commune de Dorans à 3 km à vol d'oiseau[3], est de 10,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 974,0 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,1 °C, atteinte le ; la température minimale est de −16 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Andelnans est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Belfort, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[9]. Cette aire, qui regroupe 91 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (36,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (38,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (33 %), terres arables (24,3 %), zones urbanisées (16,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,9 %), zones agricoles hétérogènes (6,4 %), prairies (6,2 %), eaux continentales[Note 3] (1,6 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Le nom d'Andelnans est cité pour la première fois dans un acte de 1302. Le village faisait alors partie de la mairie de l'Assise-sur-l'Eau et du comté de Montbéliard.
  • Adelans (1302), Andelnach (1394), Andellenains (1644), Andelenans (1655).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1333, Andelnans subit le sort de Belfort et revient à Jeanne de Montbéliard, héritière de Renaud de Bourgogne. Au partage de la succession de Jeanne en 1347, le domaine d'Andelnans échoit à la maison d'Autriche, le nom du village se germanise en Andelnach. Au XVIIIe siècle, on extrayait encore du minerai de fer en grain destiné à être traité dans les fourneaux de Belfort et de Châtenois-les-Forges.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Michel More    
1947 1953 Marcel Lauber    
1953 1970 Michel More    
1970 1977 Jean Legris    
1977 1983 Roland Vetter    
1983 1989 Jean-Bernard Walliang    
1989 1995 Roland Vetter    
1995 2008 Sylvianne Fleury PS Conseillère générale (1998-2011)
2008 En cours Bernard Mauffrey[13] DVD Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont nommés les Andelnanais[14].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2021, la commune comptait 1 153 habitants[Note 4], en diminution de 5,8 % par rapport à 2015 (Territoire de Belfort : −3,34 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260139277319331319295319326
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
314280259226294241250248284
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
269326401295285300303313358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
4087456601 4851 3241 2031 2541 2681 228
2018 2021 - - - - - - -
1 1861 153-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d’Andelnans et le quartier de Froideval dépendent du collège W. A. Mozart de Danjoutin et des lycées Condorcet/Follereau pour le second degré.

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche est l'hôpital Nord Franche-Comté situé dans le sud du département, à Trévenans[19],[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Andelnans

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

d'argent au tau d'azur, à la bordure de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Andelnans et Dorans », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Dorans », sur la commune de Dorans - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Dorans », sur la commune de Dorans - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Belfort », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. réélu en mai 2020 selon l'Est Républicain du 28 mai 2020.
  14. Gentilé, Territoire de Belfort, habitants.fr
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  19. Hôpital Nord Franche-Comté sur le site de la commune de Trévenans.
  20. Site officiel de l'HNFC.
  21. « Recherches sur critères », Clochers de France.