Buc (Territoire de Belfort)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Buc (Yvelines).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buc.

Buc
Buc (Territoire de Belfort)
Le village et l'église.
Blason de Buc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Arrondissement de Belfort
Canton Canton de Châtenois-les-Forges
Intercommunalité Grand Belfort
Maire
Mandat
Didier Sacksteder
2014-2020
Code postal 90800
Code commune 90020
Démographie
Gentilé Bucains
Population
municipale
294 hab. (2015 en diminution de 3,92 % par rapport à 2010])
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 55″ nord, 6° 47′ 08″ est
Altitude Min. 364 m
Max. 461 m
Superficie 2,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Buc

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Buc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buc

Buc est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Bucains.

La commune dépend du canton de Châtenois-les-Forges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village, situé à l'écart de tout chemin fréquenté a eu une vocation agricole jusque vers les années 1970, jusqu'à ce que le développement de l'automobile permette à des citadins travaillant à Belfort de s'y faire construire une maison individuelle dans un cadre particulièrement agréable.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Châlonvillars (Haute-Saône) Essert Rose des vents
Mandrevillars
(Haute-Saône)
N Urcerey
O    Buc    E
S
Échenans-sous-Mont-Vaudois (Haute-Saône)

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Birr (1347), Das maygertum Befelier vnd Bur (1394), et meigerthum Bur (1427), Birck (1644), Buc (1655).

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

On rencontre le nom de Bures dans les archives à partir de la fin du XIIe siècle. (1196). Plus tard, la commune porta différents noms : Bus en 1229, Birr ou But en 1347, ou encore en 1427. Le nom actuel apparaît déjà dans des actes de 1462 et 1533.

En 1349, Buc est une mairie qui fait partie de la seigneurie de Belfort. À la même époque, la marquise de Bade Adélaïde, qui a reçu le village à la mort de sa mère, affranchit les habitants.

La paroisse de Buc est très ancienne, elle englobait en 1306 Mandrevillars et Echenans.

L'église actuelle date de 1718, elle est dédiée à la Nativité-de-la-Sainte-Vierge et abrite un autel et un retable du XVIIIe siècle, une Vierge à l'Enfant du XVIIIe siècle classée Monument Historique et une cloche de 1523 également Monument Historique.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Buc

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

de gueules aux trois croissants d'argent, au chef cousu de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
vers 1521 1581 Simon Richard    
1550 1565 Girard Chavanel    
1565 1581 Jacques Petit    
vers 1636   Perin Chavanel    
1734   Jean-François Donze    
mai 1892 décembre 1906 Augustin Pequignot    
décembre 1906 décembre 1919 Victor Félix Pequignot    
décembre 1919 1937 Charles-François Signe    
1937 1945 Henri-François Signe    
1945   Léon Signe    
1955   Louis péquignot    
1969   Georges Signe    
1975   Gaston Petey    
1989   Georgette Quatreville    
mars 2001 mars 2008 Frédéric Crestini    
mars 2008 2014 Bernadette Prestoz    
2014 en cours Didier Sacksteder    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2015, la commune comptait 294 habitants[Note 1], en diminution de 3,92 % par rapport à 2010 (Territoire de Belfort : +1,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
11498140133139136157164167
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
150156164162171167193187191
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
188197199173173181176166179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
213219230273284312310308294
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

TOURNIER Marie Louis Marie Joseph Constantin. Né à Buc le 1er septembre 1887. À 12 ans, il est envoyé au petit séminaire de Luxeuil. Après sa rhétorique, il entre au séminaire des Missions Étrangères et étudie la philosophie à Bièvres. Ordonné prêtre le 2 mars 1912. Sacré évêque de Coïmbatore -Inde- en 1932. Décédé le 18 mai 1938 l'hôpital Sainte-Marthe de Bengalore -Inde- et enterré dans le chœur de la cathédrale Saint-Michel de Coïmbatore.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]