Lachapelle-sous-Rougemont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lachapelle-sous-Rougemont
Lachapelle-sous-Rougemont
La mairie-école.
Blason de Lachapelle-sous-Rougemont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Belfort
Canton Giromagny
Intercommunalité Communauté de communes des Vosges du Sud
Maire
Mandat
Éric Parrot
2014-2020
Code postal 90360
Code commune 90058
Démographie
Gentilé Chapelons
Population
municipale
588 hab. (2016 en augmentation de 2,8 % par rapport à 2011)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 39″ nord, 7° 00′ 40″ est
Altitude Min. 372 m
Max. 403 m
Superficie 4,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte administrative du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Lachapelle-sous-Rougemont

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

Voir sur la carte topographique du Territoire de Belfort
City locator 14.svg
Lachapelle-sous-Rougemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lachapelle-sous-Rougemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lachapelle-sous-Rougemont

Lachapelle-sous-Rougemont est une commune française située dans le département du Territoire de Belfort en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Chapelons.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la route de Belfort à Colmar, la RN 83, à quelques kilomètres au sud du massif des Vosges.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Petitefontaine Mortzwiller
(Haut-Rhin)
Rose des vents
Felon N Soppe-le-Haut
(Haut-Rhin)
O    Lachapelle-sous-Rougemont    E
S
Angeot Eteimbes
(Haut-Rhin)

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Capella (1214), Ecclesiam de villa que Capella nuncupatur (1234), A la Chapelle vers Roigemont (1295), Capel (1576), Capplen (1579).
  • En allemand : Welschen Kappelen[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Plaque publicitaire de la bière de Lachapelle.

Le nom du village Capella est mentionné dès la fin du XIe siècle. Il faisait alors partie de la seigneurie de Rougemont.

Du fait de sa situation à 15 km de Belfort, Lachapelle a constitué un relais de poste et un gîte d'étape fréquenté. À l'époque de la Restauration, en 1818 un petit séminaire est créé qui fonctionna jusqu'à la guerre de 1870. Devenu collège libre en 1873, il accueillait en 1882 environ 300 élèves alsaciens qui venait y étudier en français pour échapper à la germanisation de leur province. À cette époque, le village comptait 1001 habitants et faisait partie du canton de Fontaine. C'est sans doute la consommation de bière par les voyageurs dans les nombreuses auberges de la localité qui poussa la famille Grisez à construire en 1835 une brasserie à l'entrée du village en venant de Belfort. Cette brasserie réputée cessa son activité en 1962, victime de la concentration industrielle. De 1893 à 1961 un atelier de forgeage, les Établissements Woerlin, fabriquaient des pointes de navettes pour les métiers à tisser.

En 1914, Lachapelle fut reliée à Belfort par une branche du chemin de fer local à voie métrique passant par Les Errues. Dès le début de la guerre, la ligne fut prolongée par le génie militaire jusqu'au village alsacien de Sentheim. Elle fut utilisée de façon intensive pendant toute la durée du conflit pour transporter matériel, troupes, ravitaillement, munitions... les trains étant tractés par des locomotives électriques, plus discrètes que les machines à vapeur qui auraient été immédiatement repérées par l'ennemi tout proche.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Lachapelle-sous-Rougemont

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

de gueules au clocher d'or posé sur une terrasse rocheuse de sinople, chapé cousu d'azur chargé de deux étoiles de six rais aussi d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1828   Guillaumé    
1884 1888 Eugène Grisez    
1888 1896 Joseph Grisez    
1896 1909 Eugène Grisez    
1909 1919 Jean-Baptiste Tacquard    
1919 1932 Paul Tacquard    
1932 1935 Pierre Tacquard    
1935 1944 Armand Hanauer    
1944 1945 Pierre Crave    
1945 1959 Xavier Finck    
1959 1983 Pierre Antoine    
1983 1995 André Beaudroit    
1995 mars 2014 Jean-Louis Buchwalter    
mars 2014 En cours Éric Parrot    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 588 habitants[Note 1], en augmentation de 2,8 % par rapport à 2011 (Territoire de Belfort : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
394281450614714725694778850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7587958556271 001740810578554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
558565539507501440406375463
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
496441409403404460503509583
2016 - - - - - - - -
588--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Vincent.
Côté sud.
Côté ouest.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Association Lachapelloise : organisation d'un marché aux fleurs le 1er week-end de mai ; décoration et mise en valeur du village pour les fêtes de Noël.

Économie[modifier | modifier le code]

Patrimoine et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Grisey
    Chapelle à la sortie est du village.
    Orgue Callinet, dans l'église.
    Ancienne Brasserie Grisez
  • Maison Vauban
  • Chapelle
  • Orgue Calinet (église)
  • Lac de la Seigneurie (camping)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.