Mouterhouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mouterhouse
Image illustrative de l'article Mouterhouse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Guy Hammer
2014-2020
Code postal 57620
Code commune 57489
Démographie
Population
municipale
287 hab. (2011)
Densité 6,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 03″ N 7° 26′ 45″ E / 48.9842, 7.4458 ()48° 59′ 03″ Nord 7° 26′ 45″ Est / 48.9842, 7.4458 ()  
Altitude Min. 212 m – Max. 423 m
Superficie 42,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Mouterhouse

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Mouterhouse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mouterhouse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mouterhouse

Mouterhouse est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche, du Parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au plus profond du pays couvert, le village de Mouterhouse, avec ses nombreux écarts égrenés le long des rivières, possède le plus vaste ban du Pays de Bitche, couvrant une superficie de plus de 4 200 hectares. Le village se situe au confluent de la Moderbach et du Breidenbach, dans la vallée de la Zinsel, à six kilomètres de la gare de Bannstein et à douze kilomètres de Bitche.

Des étangs artificiels se succèdent dans la vallée de la Zinsel et de son affluent le Moderbach. Créés pour l'industrie métallurgique, qui se développe dans le secteur dès le début du XVIIe siècle mais peut-être, plus anciennement, pour alimenter des viviers à poissons et faire tourner les moulins à grain, ils s'étirent comme des chapelets. Le grand étang, déjà décrit en 1785 dans l'Atlas topographique du Pays de Bitche, est le plus vaste d'entre eux puisqu'il mesure un kilomètre de long. Il est agrandi jusqu'aux ruines du château situées au Kapellenhof. L'étang est propriété de la famille de Dietrich jusqu'à une date récente.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les écarts sont nombreux, comprenant seulement quelques maisons :

Les origines des annexes Altschmelz, Jockelshof ou Jakobshof, Kleinhammer, Lindel, Neuschmelz et Schindelthal sont inconnues.

Dans le Hasselthal, entre Althorn et Mouterhouse, s'élevaient jadis de nombreuses baraques qui servaient très probablement de refuge aux malheureux habitants des villages détruits pendant la guerre de Trente Ans. Ces maisons n'existent plus en 1753. La ferme y est construite en 1860 et la maison forestière en 1856.

La ferme de l'annexe disparue de Peterphilippsgarten, construite après 1755, est démolie en 1882, la maison de l'annexe de Weisbach suit le même sort en 1877.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 1518: Munterhausen, 1592: Motterhausen, 1594: Moterhausen, 18e siècle: Moderhausen, 1751: Moutterhauzen, 1771: Moderhausen, 1793: Mouderhausen, 1801: Mutterhausen[1], XIXe siècle: Mouterhausen[2].
  • En francique lorrain: Muterhüse[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue du village et de la chapelle

Le village de Mouterhouse est mentionné en 1518 sous la forme Munterhausen, puis Moderhausen, de Moder ou Mutter, nom porté par la rivière et du vieil allemand Hus, Haus, la maison. Près du village passe alors la limite entre Médiomatriques et Triboques, connue comme frontière séparant encore de nos jours les diocèses de Metz et de Strasbourg et les départements de la Moselle et du Bas-Rhin.

La vallée, entourée de hauteurs boisées, fait partie de la seigneurie de Bitche. Deux châteaux de chasse, aujourd'hui disparus, appartenant aux comtes de Deux-Ponts-Bitche, se dressent, protecteurs de la localité, l'un au sommet du Hohe Weyersberg, l'autre au fond de la vallée. De ce dernier subsiste la chapelle castrale, construite en 1505 par le comte Reinhard de Deux-Ponts-Bitche, à qui le pape Léon X accorde des indulgences en 1518. Dans une île de l'étang en face de la chapelle, le dernier comte de Deux-Ponts-Bitche, Jacques, fait construire en 1550 un pavillon de chasse, en ruines depuis 1633. Là se forme par la suite le quartier de la chapelle. Un peu plus loin au sud-ouest, l'établissement de forges fera naître le village, au confluent des deux ruisseaux, le Breidenbach et le Moderbach qui forment la Zinselbach septentrionale, affluent de la Moder. C'est d'ailleurs le Moderbach qui donne son nom au village de Mouterhouse.

La première forge est établie en 1623 mais ruinée par les Suédois en 1633. Elle retrouve son activité en 1717 et appartient à la maison de Dietrich depuis 1843. Mais la Seconde Guerre mondiale lui est fatale : l'usine est complètement détruite fin décembre 1944 et plus jamais reconstruite. Cette importante sidérurgie est due au grès, contenant un horizon ferrugineux (jusqu'à 18 %). Ce minerai est extrait à flanc de coteau, la forêt fournissant l'énergie nécessaire sous forme de charbon de bois. L'activité sidérurgique est très importante jusqu'au milieu du XIXe siècle, où l'on compte plusieurs hauts fourneaux à Mouterhouse. Elle est ensuite concurrencée par la sidérurgie de la Lorraine centrale.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les habitants sont évacués de janvier à avril 1945 dans l'arrondissement de Pirmasens, en Allemagne. Le village est bombardé de décembre 1944 à avril 1945, et libéré le 19 mars 1945.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin1986 1999 Georges Zilliox    
1999   Guy Hammer   Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Cultes[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, le village est une annexe de la vaste paroisse de Schorbach-Bitche et, en 1764, le maître des forges obtient l'établissement d'un vicaire résidant. Mouterhouse est érigée en paroisse en 1802 mais devient annexe de la paroisse de Soucht en 1808 avec un vicaire résident et ce jusqu'en 1869, date à laquelle la paroisse est définitivement rétablie. Une nouvelle église est érigée en 1869, dédiée à saint Jacques le Majeur, fêté le 25 juillet.

Pour les familles protestantes alsaciennes venues s'installer près des forges, une paroisse est créée en 1850 et la famille de Dietrich, propriétaires des forges, fait construire le temple de Mouterhouse à ses frais dans les années 1856-1857 pour permettre aux ouvriers d'exercer leur culte.

Du point de vue administratif, le village a fait partie de 1790 à 1802 de l'éphémère canton de Lemberg, avant de passer dans celui de canton de Bitche, avec Althorn comme annexe de 1810 à 1837.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 287 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
419 458 568 937 1 066 596 850 973 1 009
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
1 057 1 089 982 878 886 821 811 833 606
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
500 473 463 304 372 326 326 351 318
1990 1999 2006 2011 - - - - -
310 305 293 287 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population augmente régulièrement jusqu'au début du XXe siècle, passant de 587 habitants en 1817 à 821 en 1900. Elle diminue depuis cette époque et ne compte plus que 318 habitants lors du recensement de 1982. La Seconde Guerre mondiale, anéantissant le village et l'usine de Dietrich à la fin de 1944 et dans les premiers mois de 1945, est le dernier coup porté à l'économie locale.

Entre 1810 et 1837 le village d'Althorn appartenait à la commune de Mouterhouse.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Relevé cadastral présentant la fonderie
  • Les ruines du château, construit en 1505.
  • Les ruines du Hohe Weyersberg, datant de 1560.
  • La forge, fondée en 1614.
  • Le château de Sonis, datant de 1830.
  • En bordure d'un chemin creux rejoignant la route forestière du Hochkopf, une croix rappelle le souvenir d'un assassinat commis ici quelques années auparavant.
  • Le rocher du Carlsfels (Lindel, alt. 355 m) : lieu très sauvage et isolé, classé en tant que réserve naturelle depuis 1996 (sentier d'accès balisé dévié à présent) ; accès aux risques et périls des visiteurs, mais visite intéressante ! Promontoire de grès isolé, dominant au bout d'une crête, le vallon du Lindel (ancienne ferme reconvertie en pavillon de chasse gardée : attention, danger ! ).
  • Le circuit des GROTTES DE LEMBERG (Hasslingerfels, Chorfels et enfin, Krippenfels). Promenade circulaire en partance du chalet du Club Vosgien de Lemberg (Beerenberg, alt. 423 m), d'une durée de 3 heures environ et entièrement ombragée. Forêts de résineux sombres et odorantes, progression silencieuse et très agréable, visites d'étangs en fond de vallée bucoliques, rochers intéressants (bons abris), etc.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armoiries de la commune sont mi-parti coup, au 1er d'argent au sapin de sinople, au 2e de gueules à la croix de Lorraine d'or, au 3e de sinople au grêlier d'or.

Le sapin rappelle les grandes forêts voisines et la croix symbolise l'appartenance à la Lorraine. Le grêlier est l'emblême de la famille de Dietrich, propriétaires des forges de Mouterhouse à partir du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Articls connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Bulletin des lois de la République Française
  3. Geoplatt
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011