Hanviller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hanviller
Le village.
Le village.
Blason de Hanviller
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Bernard Stecklé
2014-2020
Code postal 57230
Code commune 57294
Démographie
Population
municipale
236 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 18″ N 7° 27′ 36″ E / 49.105, 7.4649° 06′ 18″ Nord 7° 27′ 36″ Est / 49.105, 7.46  
Altitude Min. 262 m – Max. 399 m
Superficie 8,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Hanviller

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Hanviller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hanviller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hanviller

Hanviller est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche, du Parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe au bord de la Horn, dans le Pays de Bitche, au milieu des forêts largement entamées par les clairières de défrichement, en pays couvert.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 1493: Hanwylr, 1544: Hanweiller, 1594: Hanweiller, 1755: Hanwiller, 1793: Hanweiller, 1801: Hamveiller, XIXe siècle: Hanwiller, 1918: Hanviller-lès-Bitche.
  • Honnwiller[1] et Hawiller en francique lorrain, Hanweiler en allemand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné dès 1493 sous la forme Hanwylr, du nom d'homme germanique Hanno et du substantif vilare, weyler, le village. Il a fait partie de la seigneurie de Bitche et de la mairie de Schorbach à la fin du XVIe siècle.

Avait une verrerie en 1779, fondée par le marquis de l'Aubespin : "verrerie royale de Saint-Agricole".

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le village est évacué le 2 septembre 1939 à Bréville, dans le département de la Charente.

Cultes[modifier | modifier le code]

Du point de vue spirituel, le village est succursale de Schorbach, avant d'être érigé en paroisse de l'archiprêtré de Bitche en 1804. L'église paroissiale, construite dans les années 1786-1787 en remplacement d'une chapelle, est détruite en 1944 et reconstruite en 1960. Actuellement, la paroisse de Hanviller s'intègre dans une communauté de paroisses associant les villages de Schorbach, Bousseviller, Haspelschiedt, Liederschiedt, Roppeviller, Waldhouse et Walschbronn:la communauté de paroisse Saint Benoît.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 Charles Fontaine SE  
mars 2001 mars 2008 Geneviève Chudz SE  
mars 2008 en cours Bernard Stecklé SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Du point de vue administratif, le village fait partie depuis 1790 du canton de Bitche.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 236 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
391 376 457 480 607 563 462 466 446
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
419 373 348 333 345 389 395 358 358
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
340 310 322 95 207 202 173 187 187
1990 1999 2006 2007 2011 - - - -
201 217 247 251 236 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population a considérablement diminué, passant de 457 habitants en 1817 à 187 au recensement de 1982, après en avoir compté 563 en 1844.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Exaltation de la Sainte-Croix, construite en 1786, détruite en 1944, reconstruite et inaugurée en 1965. En 2005, le Conseil de Fabrique a organisé, lors du repas paroissial, une exposition photo retraçant les 40 années de l'église.

Vie du village[modifier | modifier le code]

Le village de Hanviller est un des plus jeunes de France et les clubs qui le composent s'en ressentent :

  • le Vélo Club L'éclair, qui depuis de nombreuses années fait vivre le village par ses sorties dominicales, sa passion pour les jeunes avec notamment son école cyclo, et la randonnée annuelle au mois d'avril.
  • le club de gymnastique qui se réunit hebdomadairement.
  • des offices religieuses exhaltées d'une chorale motivée : un repas paroissial est d'ailleurs reconduits d'année en année au mois de novembre par le Conseil de Fabrique.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armes du village

Les armoiries de la commune sont de sinople au massacre d'or surmonté d'une étoile de six rais de gueules, à la bordure d'or.

Le massacre de cerf et l'étoile sont les armes de la famille de Gentersberg, qui possédait un château sur le ban. Le sinople rappelle le nom de la localité (Hagen, le bois, la forêt). La bordure est empruntée aux armes du comté de Bitche.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011