Erching

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Erching
L'église de Guiderkirch vers 1920.
L'église de Guiderkirch vers 1920.
Blason de Erching
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Volmunster
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Maire
Mandat
Emmanuel Breways
2014-2020
Code postal 57720
Code commune 57196
Démographie
Population
municipale
424 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 43″ N 7° 15′ 50″ E / 49.1119, 7.2639 ()49° 06′ 43″ Nord 7° 15′ 50″ Est / 49.1119, 7.2639 ()  
Altitude Min. 268 m – Max. 392 m
Superficie 6,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Erching

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Erching

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Erching

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Erching

Erching est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine. Le village fait partie du Pays de Bitche, du Parc naturel régional des Vosges du Nord et du bassin de vie de la Moselle-est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village d'Erching et son écart de Guiderkirch sont situés à la frontière allemande, établis sur la Bickenalb.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Erichingen (1333), Orching et Orchingen (1594), Erchind (1751), Erchingen (1755), Eching (1793-1794), Erthingen (carte de Cassini), Erchingen (carte de l'état-major), Erchingen (1871-1918).
  • Erschinge en francique lorrain[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village et l'écart sont occupés dès l'époque gallo-romaine, comme en témoignent les cinq sites découverts sur le ban communal. Mentionné en 1333 sous la forme Erichingen, du nom d'homme germanique Eriko, la localité est, du point de vue spirituel, une annexe de la paroisse de Guiderkirch, érigée en 1804, après être passée de l'archiprêtré de Hornbach à celui de Volmunster en 1802.

La commune dépend du canton de Volmunster depuis 1790.

Erching a été détruit lors des furieux combats de l'hiver 1944-45 (Opération Nordwind), particulièrement lors d'un bombardement aérien américain, le 23 février 1945, qui fit 70 victimes parmi la population civile. Près de la moitié des habitations ont été détruites, ce qui explique l'absence quasi totale de patrimoine, si l'on excepte la chapelle Sainte-Anne et quelques croix de chemin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2001 Stanislas Behr    
mars 2001 mars 2008 Gilles Weck    
mars 2008 actuel Emmanuel Breways    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 424 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
404 425 551 465 618 667 565 562 495
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
489 426 426 430 395 392 396 410 403
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
390 384 381 278 306 382 346 369 428
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
425 473 444 436 424 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population a peu varié, passant de 565 habitants en 1817 à 667 en 1844. En 1982, elle comptait encore 428 habitants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains.
  • ferme: Mertzenwalderhof.
  • Moulin lieu-dit: Schiffersmühle, construit en 1710 aux frais des époux Bastian et Catharina Oster, reconstruit vers 1880. Seul vestige du premier moulin, un linteau de fenêtre daté 1710 et portant l'inscription : BASTIAN OSTER VND CATHARINA

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Paroissiale Saint Maurice reconstruite en 1777 portail XIXe siècle endommagée pendant la guerre de 1939, 1945 reconstruite après 1950.
  • Chapelle Sainte-Anne à Guiderkirch, construite en 1619 ; reconstruite en 1829

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les moulins et scieries du Pays de Bitche, Joël Beck, 1999.
  • Le Pays de Bitche 1900-1939, Joël Beck, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011