Les Éparres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Éparres
Les Éparres
L'église, la mairie et le monument aux morts au début du XXe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Bourgoin-Jallieu
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Bernard Marmonier
2014-2020
Code postal 38300
Code commune 38156
Démographie
Population
municipale
987 hab. (2015 en augmentation de 9,54 % par rapport à 2010)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 03″ nord, 5° 17′ 37″ est
Altitude 428 m
Min. 319 m
Max. 501 m
Superficie 7,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Les Éparres

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Les Éparres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Éparres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Éparres

Les Éparres est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle appartient à l'unité urbaine de Bourgoin-Jallieu, troisième agglomération du département avec plus de 57 000 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La section de Vermelle est distraite de la commune par la « loi qui distrait les sections de Vermelle et de Nivolas, des communes des Eparres et de Serezin (Isère) pour en former une commune distincte qui prendra le nom de Nivolas-Vermelle », du 7 août 1882, promulguée au J.O. le 8 août 1882, qui stipule dans son article 1 : Les sections de Vermelle et de Nivolas sont distraites, la première de la commune des Eparres, (canton de Bourgoin, arrondissement de la Tour-du-Pin, département de l'Isère), la seconde de la commune de Sérézin (même canton) et formeront à l'avenir une commune distincte dont le chef-lieu sera fixé à Nivolas et qui prendra le nom de Nivolas-Vermelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Marquis Joseph
de Rivoire de la Bâtie
(1785-1879)
   
mars 2001 mars 2008 Alain Duchêne    
mars 2008 avril 2014 Raymond Boussard    
avril 2014 en cours Bernard Marmonier SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2015, la commune comptait 987 habitants[Note 1], en augmentation de 9,54 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0571 1421 6211 4801 6751 6541 5001 5871 568
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5321 0741 0261 0151 001784767827842
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
905857821718727684570572596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
618731752707860916928921965
2015 - - - - - - - -
987--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les Éparres sont le berceau de la famille Couturier, village où l'ancêtre, Thomas-Joseph, était notaire royal au début du XVIIIe siècle. Né aux Éparres en 1758, le fils de ce dernier, Jean-Baptiste, est médecin à Vienne. Le fils de Jean-Baptiste, Thomas, avocat et maire de Vienne, sera député de l'Isère sous la Monarchie de Juillet, et le fils de Thomas, Henri, médecin et philanthrope, conseiller général, deviendra à son tour député, puis sénateur de l'Isère sous la Troisième République. L'une de ses quatre filles épousera Antonin Dubost, maire de La Tour-du-Pin, président du conseil général de l'Isère, sénateur et ministre de la Justice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]