Sérézin-de-la-Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sérézin-de-la-Tour
La mairie en 1908.
La mairie en 1908.
Blason de Sérézin-de-la-Tour
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Bourgoin-Jallieu
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Olivier Chanel
2014-2020
Code postal 38300
Code commune 38481
Démographie
Population
municipale
988 hab. (2014 en augmentation de 18,47 % par rapport à 2009)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 30″ nord, 5° 20′ 42″ est
Altitude Min. 266 m
Max. 466 m
Superficie 9,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Sérézin-de-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Sérézin-de-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sérézin-de-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sérézin-de-la-Tour
Liens
Site web www.serezindelatour.fr

Sérézin-de-la-Tour est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1882, Nivolas est distraite de la commune de Sérézin pour former une nouvelle commune distincte, dont le chef-lieu est fixé à Nivolas, appelée Nivolas-Vermelle[1].Jusqu'à la révolution la paroisse portait de nom de Cirizin[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 M. Gérard Neury    
mars 2014 en cours M. Olivier Chanel SE Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2014, la commune comptait 988 habitants[Note 1], en augmentation de 18,47 % par rapport à 2009 (Isère : +3,89 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 504 1 142 1 077 1 208 1 371 1 432 1 360 1 372 1 355
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 392 1 416 1 245 1 302 1 343 569 615 616 596
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
543 525 506 451 447 441 442 405 394
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
391 386 389 482 529 611 776 800 925
2014 - - - - - - - -
988 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Quinsonnas
  • Maison forte de Sérezin

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Sérézin-de-la-Tour

Les armes de Sérézin-de-la-Tour se blasonnent ainsi : De sable à la croix d'argent remplie gironnée de gueules et d'or, au sautoir d'argent remplie de gueules brochant sur le tout.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les Frères Bozicas : ayant grandi dans cette commune, la réussite de ces deux frères est une grande fierté pour ses habitants qui ont fait de ces deux personnalités leurs héros locaux. Entre magie et courses folles à vélo, la commune se souviendra à jamais d'eux, en espérant les revoir un jour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Loi qui distrait les Sections de Vermelle et de Nivolas, des communes des Eparres et de Serezin (Isère) pour en former une Commune distincte qui prendra le nom de Nivolas-Vermelle », du 7 août 1882, promulguée au J.O. le 8 août 1882.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :