Saint-Alban-de-Roche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Alban-de-Roche
Saint-Alban-de-Roche
Le centre du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton L'Isle-d'Abeau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Michel Guérin
2014-2020
Code postal 38080
Code commune 38352
Démographie
Gentilé Saint-Albanais(e)
Population
municipale
1 982 hab. (2017 en augmentation de 7,72 % par rapport à 2012)
Densité 324 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 49″ nord, 5° 13′ 30″ est
Altitude Min. 230 m
Max. 474 m
Superficie 6,11 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Alban-de-Roche
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Alban-de-Roche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Alban-de-Roche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Alban-de-Roche
Liens
Site web www.saintalbanderoche.fr

Saint-Alban-de-Roche est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune qui comptait 1 908 habitants en 2016, appartient à l'unité urbaine de Bourgoin-Jallieu, troisième agglomération du département avec plus de 57 000 habitants en 2013, ainsi qu'à la communauté d'agglomération Porte de l'Isère, toutes les deux positionnées l'aire urbaine de Lyon.

La petite cité, autrefois située dans la province du Dauphiné, héberge un géosite d'intérêt paléontologique ainsi qu'une maison forte datant des XIVe et XVIe siècles.

Ses habitants sont appelés les Saint-Albanais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de la commune de Saint-Alban-de-Roche et des communes voisines

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Alban-de-Roche est situé dans la partie septentrionale du département de l'Isère, à l'ouest de la ville de Bourgoin-Jallieu, principale ville du secteur. Il est proche de l'ensemble des infrastructures de transports modernes, tels que l'autoroute A43, l'Aéroport et la gare TGV Lyon Saint-Exupéry.

Le centre-ville (bourg de Saint-Alban-de-Roche) se situe (par la route) à 38 km du centre de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à 72 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, ainsi qu'à 347 km de Marseille et 507 km de Paris[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents L'Isle d'Abeau Bourgoin-Jallieu Rose des vents
Four N Domarin
O    Saint-Alban-de-Roche    E
S
Chezeneuve

Géologie[modifier | modifier le code]

Saint-Alban-de-Roche se positionne entre la plaine de Lyon et la bordure occidentale du plateau du Bas-Dauphiné qui recouvre toute la partie iséroise où il n'y a pas de massifs montagneux. Le plateau se confond donc avec la micro-région du Nord-Isère, secteur essentiellement composée de collines de basse ou moyenne altitude et des longues vallées et plaines. L'ouest de ce secteur correspond à la plaine lyonnaise.

  • Site géologique remarquable
Les « gisements fossilifères des anciennes carrières de Saint-Alban-de-Roche » sont un site géologique remarquable de 4,96 hectares qui se trouve sur les communes de Saint-Alban-de-Roche et de L'Isle-d'Abeau, aux lieux-dits de La Grive-Saint-Alban et La Roche. En 2014, ce géosite d'intérêt paléontologique, est classé « une étoile à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[3].

Climat[modifier | modifier le code]

La région de Saint-Alban-de-Roche présente un climat de type semi-continental[4].

Les deux saisons de transition jouent bien leur rôle avec des matinées parfois fraîches, puis de belles après-midi. L'automne est connu pour être pluvieux alors que mai et juin sont connus pour leurs violents orages (la commune a connu plusieurs inondations dont en en 2007, nuit du 31 août au 1er septembre 2011). le 8 août 2017, la foudre s'est abattu sur le clocher de l'église[5].

Les hivers, à cause de l'éloignement relatif des façades maritimes, sont plutôt froids par rapport à ceux du reste de la France. Avec l'altitude (moyenne de la commune : 347 m), la durée du froid s'allonge et la température s'abaisse, mais surtout la neige et le vent s'intensifient : le 8 janvier 2010, après deux très importantes vagues de neige, le village se retrouve sous plus de 40 centimètres de neige et le 1er décembre 2010, c'est sous plus de 60 centimètres de neige. Depuis une dizaine d'années. Les forts épisodes se multiplient de plus en plus.

En hiver, les dix premiers jours de janvier sont les plus froids. La moitié sud-est du département, surtout les reliefs, est plus ensoleillée que le nord-Isère souvent soumis aux brouillards.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

À l'exception du modeste ruisseau du Loup et le passage de la Bourbre canalisée, non loin du territoire communal, aucun cours d'eau notable ne traverse le territoire communal[6]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est sillonnée par plusieurs routes d'importance secondaire, dont :

  • la RD 312 (ancien tracé de la RN 6) qui traverse la zone d'activité de la Maladière et qui relie la commune de L'Isle d'Abeau à celle de Bourgoin-Jallieu
  • la RD 124 et la RD 124a

Transports[modifier | modifier le code]

Autocar du réseau Ruban

Localement, l'agglomération de Bourgoin-Jallieu et la CAPI sont desservies par le réseau de bus dénommé « Ruban », réparti en huit lignes urbaines et sept lignes périurbaines, dont une dessert le territoire communal[7] :

  • Ligne 25 : Four ↔ Saint-Alban de Roche (le bourg) ↔ Domarin ↔ Bourgoin-Jallieu.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Saint-Alban-de-Roche, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[8].

  • la Grive
  • le David
  • la Roche
  • le Dalmais
  • Rousset
  • les Fardeaux
  • Grammont (château)
  • la Ladrière
  • Gattaz Fer
  • les Magnauds
  • la Combe
  • Combe Bugnon
  • le Pacolet
  • Choutier
  • Revollay (bois)
  • Ytras (bois)
  • le Bois
  • Meurnon
  • la Radière
  • le Fabre
  • Ozier (bois)
  • Montsire (bois)
  • Bois Couvert (bois)
  • Chesnes (bois)

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Saint-Alban-de-Roche est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[9].

Terminologie des zones sismiques[10]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église.

Historiquement, Saint-Alban-de-Roche s’est établi au bord d’une importante voie romaine, la via Agrippa qui, venant de Vienne se dirigeait vers Bourgoin avant de gagner l’Italie.
De 1030 à 1355, Saint-Alban-de-Roche fit partie d’une enclave savoyarde en terre dauphinoise et fut souvent le théâtre de conflits delphino-savoyards demeurés célèbres… Au Moyen Âge, le village s’est développé à l’intérieur de remparts, autour d’un château dépendant des seigneurs de Maubec et d’une église dédiée à Alban, martyr chrétien décapité en Angleterre en 303 et dont l’aspect actuel date de 1841. La maison-forte de Gramond et son pigeonnier couvert de lauzes (XVe siècle), celle de la Gavotière (XVIIe siècle) complètent un patrimoine de chemins, des lavoirs et des fontaines, ainsi que de belles demeures en pierre du pays.

Le village, de tradition agricole ancienne, accueillit longtemps des enfants citadins mis en nourrice chez l’habitant. L’élevage des vers à soie, les métiers à tisser le velours, implantés chez des particuliers qui se firent veloutiers, contribuèrent un temps au renom de l’industrie lyonnaise de la soie. Aujourd’hui, Saint-Alban-de-Roche est une bourgade de près de 2 000 habitants au cœur de la communauté d’agglomération Porte de l’Isère. Son petit village fait de ruelles étroites et de maisons en pierre du pays est un héritage des carrières qui étaient exploitées au XIXe et au début du XXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2019, le conseil municipal de Saint-Alban-de-Roche compte dix-sept membres, soit dix hommes et sept femmes (dix-neuf membres à l'origine) dont un maire, cinq adjoints au maire et onze conseillers municipaux « en exercice » et deux absents[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Michel Guérin (réélu en mars 2008[12]) MoDem Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2017, la commune comptait 1 982 habitants[Note 1], en augmentation de 7,72 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6016526688449081 1191 0501 1031 080
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1141 1911 1631 1001 1461 2161 3281 1571 127
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1491 1019978169291 004805821907
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
9419441 0701 2891 5451 7601 8371 8071 908
2017 - - - - - - - -
1 982--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-de-Roche, située dans l'académie de Grenoble, compte deux écoles[17] :

  • L'école maternelle qui présentait un effectif de 74 élèves à la rentrée 2019
  • L'école primaire qui présentait un effectif de 119 élèves à la rentrée 2019

Équipement culturel et sportif[modifier | modifier le code]

Le plateaux d'EPS compte un un terrain multi-sport (hand-ball). La commune heberge un terrain de football (stade du Rousset[18]). Il existe également un gymnase et un skate parc.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Presse écrite :
Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton, de la communauté de communes et quelques fois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique de la commune dépend de la paroisse Saint-François d'Assise qui recouvre vingt communes et vingt-trois églises. La paroisse est organisée en sept relais, celle de Saint-Alban-de-Roche porte le nom de Domarin‐St.Alban-Trois Vallons[19].

Autres cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur industriel et commercial[modifier | modifier le code]

Le siège social de la société MATISEC (Matériel industriel de sécurité) est situé sur le territoire de Saint-Alban-de-Roche (Zone d'activité de Ladrière)[20].

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le site paléontologique de La Grive-Saint-Alban[modifier | modifier le code]

Un fossile d'écureuil géant découvert sur ce site a reçu le nom de Lagrivea en raison du nom du hameau de la Grive-Saint-Alban.

La Maison forte (ou château) de Grammont[modifier | modifier le code]

L'édifice date des XIVe et XVIe siècles[21]. La maison forte est positionnée au sommet d'une colline qui domine la vallée de la Bourbre et cette partie de la plaine ou se situe le centre hospitalier Pierre Oudot et les zones d'activité commerciale.

L'ensemble des bâtiments est constitué de petits moellons de calcaire jaune. Cela comprend également un pigeonnier rond ayant conservé la plupart de ses aménagements dont une corniche, une toiture enlauzes récemment restaurée, des boulins mais aussi des jardins. le corps principal est ses aménagements intérieurs (dont une cheminée monumentale et une grande tour d'escalier), constitue un ensemble bien conservé[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Vincent Voiron, curé de Saint-Alban en 1789, défroqué et anti-clérical, auteur d'une parodie des Lettres persanes[réf. nécessaire].
  • Michel Bossy (1940-2016) né à St Alban-de-Roche[23], fut footballeur et joua à l'Olympique Lyonnais de 1959 à 1964 puis à Grenoble de 1964 à 1968. Ensuite, il devint entraîneur à Pont St Esprit, puis à Monceau les Mines et Dunkerque qu'il quitta en 1981 pour diriger un centre de formation de foot à St Denis de la Réunion. Durant sa carrière à l'OL, il a eu l'honneur de disputer un match contre Pelé.
  • Elisabeth Maxwell, née Meynard, (1921-2013), une historienne d'origine française et de nationalité britannique, est née dans le hameau de la Grive.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Alban-de-Roche Blason De gueules à la tour d'or maçonnée de sable; au chef d’argent chargé de quatre otelles d’azur adossées en sautoir.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 6 novembre 2019
  2. Site annuaire mairie, page des distances entre Saint-Alban-de-Roche et les plus grandes villes, consulté le 6 novembre 2019
  3. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  4. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016).
  5. P-E-B, « Saint-Alban-de-Roche : la foudre s’abat sur le clocher », sur ledauphine.com, (consulté le 7 novembre 2019).
  6. Site Géoportail de l'IGN
  7. Site rubantransport.com, page Les lignes périurbaines du Ruban, consulté le 7novembre 2019
  8. Site géoportail, page des cartes IGN
  9. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  10. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique
  11. Site de la commune de Saint-Alban-de-Roche, page sur le conseil municipal avec photo), consulté le 07 novembre 2019.
  12. Résultats officiels des élections municipales 2008 à Saint-Alban-de-Roche sur le site officiel du ministère de l'Intérieur
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. site journaldesfemmes.fr, page sur les écoles de Saint-Alban-de-Roche, consulté le 7 novembre 2019
  18. Site sportenfrance.fr, page sur le stade du Rousset, consulté le 7 novembre 2019
  19. Site de la paroisse Saint-François d'Assise, consulté le 7 novembre 2019
  20. Site societe.com, page sur la société MATISEC, consulté le 7 novembre 2019
  21. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 978-2-911148-66-8), p. 693
  22. Site chateau-fort-manoir-chateau.eu, page sur le château de Grammont, consulté le 7 novembre 2019
  23. site footballdatabase, page sur Michel Bossy, consulté le 7 novembre 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]