Ponthurin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
le Ponthurin
(Ponturin)
(Nant de Peisey)
Vallée supérieure du Ponthurin, le lac de la Plagne se trouve derrière la cascade au fond de la vallée.
Vallée supérieure du Ponthurin, le lac de la Plagne se trouve derrière la cascade au fond de la vallée.
Caractéristiques
Longueur 19,1 km
Bassin 44 km2
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 1,44 m3/s (Pont des Lanches)
Régime nival
Cours
Confluence l'Isère
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Savoie
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE

Le Ponthurin, également orthographié Ponturin, appelé aussi Nant de Peisey[1], est un torrent français coulant dans les Alpes de Savoie, depuis le massif de la Vanoise, puis dans la vallée de la Tarentaise.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 19,1 km[2].

Le Ponthurin démarre dans le Parc National de la Vanoise, depuis le Lac de la Plagne (altitude 2 144 mètres), en tant que "déversoir"[3], situé pour les randonneurs, à mi-chemin entre le fond de vallée de Rosuel et le Col du Palet (2 652 mètres)[4].

Après quelques chutes légèrement tumultueuses, le début de son parcours est relativement paisible et sinueux, les troupeaux de vaches pouvant s'y abreuver. Puis il traverse subitement des gorges très escarpées et impressionnantes, sous forme proche d'une cascade.

Une partie de ses eaux est ensuite captée pour alimenter le lac du Chevril du barrage de Tignes.

Il continue dans la vallée de Rosuel (1 556 mètres)(point de départ et d'arrivée des randonneurs)[3], la Gurraz, puis les Lanches. Les torrents-ruisseaux plus petits, bien que pouvant être aussi tumultueux en cas de fortes pluies, du Nant-Bénin et du Nant-Fesson, se déversent dans le Ponthurin[5].

De manière tumultueuse et d'un fort courant au printemps lors de la fonte des neiges, et même l'été, il traverse l'impressionnante et escarpée forêt de sapins de la Crase de la Teppe d'Aval (dont la route forestière mène vers les Esserts et les Bauches), proche des localités de Nancroix (1 425 mètres), puis de Peisey-Nancroix en passant par Moulin situé en contrebas. Ce nom est l'origine du "moulin à Rosat", l'un des deux moulins pour fabriquer le pain dans la région. Le torrent était dérivé en amont par un canal qui amenait l’eau sur le moulin, la forge et la scierie fonctionnant tous avec l’énergie du Ponthurin[6].

Le Ponthurin continue dans la vallée en pleine forêt en se dirigeant sur Landry (altitude 724 mètres), dont il traverse la localité juste avant de se jeter en rive gauche dans l'Isère (plus large et de fort courant aussi)[1], entre Bourg-Saint-Maurice et Moûtiers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]