Commanderie du Ruou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Commanderie du Ruou
Image illustrative de l’article Commanderie du Ruou
Ruines de la commanderie vues du sud
Présentation
Fondation Drapeau de l'Ordre du Temple Templiers 1155
Reprise Drapeau des chevaliers hospitaliers Hospitaliers 1312
Protection  Inscrit MH (1929)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Ville Villecroze
Coordonnées 43° 33′ 08″ nord, 6° 19′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : Var

(Voir situation sur carte : Var)
Commanderie du Ruou

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Commanderie du Ruou

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Commanderie du Ruou

La commanderie du Ruou est située dans le département du Var, sur la commune de Villecroze, près de Lorgues, à 7 km à l'est de Salernes et à 12 km à l'ouest de Draguignan.

Historique[modifier | modifier le code]

La première mention officielle de la commanderie du Ruou date de 1155. Il s'agit à l'époque de donations, principalement des terres, par des seigneurs locaux. Les Templiers ont le droit de prélever sur ces terres tout le bois, les pierres et l'eau dont ils auront besoin pour s'installer. Le premier commandeur Hugues Raymond s'installa dans la ville de Lorgues en 1170, en attendant que la commanderie du Ruou soit construite. Son successeur Pons de Rigaud pris possession de la commanderie en 1193.

La commanderie connaît un grand essor à partir de 1190 et à peu près jusqu'en 1250 (on ne dénombre que deux donations après cette date). À partir de cette date, le rayonnement du Ruou s'étend dans tout le département. Comme la commanderie de Saint-Maurice, elle fait partie des grosses maisons abritant une communauté moyenne d’une dizaine de frères tandis que les autres sites du Var n’en comptent pas plus de trois[1].

Au commencement, les frères du Temple ne possédaient que le domaine du Ruou puis petit à petit, ils s'étendirent vers les terres de Salgues et Salguettes. La commanderie tissant sa toile dans la région, l'Ordre commence à avoir des possessions vers le village de Lorgues où ils achèteront une maison en 1190 ainsi que des terres et leurs droits en 1193 et 1205.

Au milieu du XIIIe siècle, la commanderie a terminé son implantation dans la région du Var. Le territoire de la Commanderie, qui s'étendait de la vallée du Verdon à la Méditerranée est ainsi devenue la plus importante de Provence et une des trois principales de France.

Commandeurs templiers[modifier | modifier le code]

Nom du commandeur Dates Commentaires
Hugues Raimond
« de Villacrosa »
1170 [2]
Pons de Rigaud 1180[3] [Maître de province de l'ordre du Temple][N 1].
Maître de la baillie de Provence (1184-89), de Provence et parties des Espagnes (1189-95, 1202-06), de France (1197), d'Italie-Provence-et-Espagne (1200) et maître en deçà-mer (1196, 1198, 1202). Il se trouvait à Saint-Jean d'Acre en 1201.
Bertrand de Gardanne
et Bertrand Ugo
1195 Commandeurs conjoints du Ruou cette année-là[7].
Guilhem Jaufré ? - 1200 Juillet 1200: (la) « W. Jaufridus preceptor domus de Rua »[8]

Commandeur de Nice (1202)
Bermond 1200-1202 Il était commandeur de Richerenches en avril 1200[9], cité comme commandeur du Ruou en décembre de la même année[10],[11] et en 1202[12].
On le retrouve commandeur de Jalès en 1206 puis comme commandeur de Provence en 1210[13],[14].
Bernard Aimeric 1203 Ce templier était vice-commandeur du Ruou cette année-là, frère Bermond étant d'après monsieur Durbec toujours commandeur du Ruou[7].
G. Gralons 1205
Bernard de Claret 1206 - ? Commandeur de Gardeny (1190-95, 1199-1200, 1203-mars 1206, 1215-16)[15]
Commandeur d'Alfambra (1197)[15]
Commandeur de Novillas (1198-1199)[15]
Commandeur de Monzón (1201, 1215)[15]
Commandeur de Barbará (1202-1303, 1210-1214)[15]
Tenant lieu de maître de la province de Provence & partie des Espagnes (sept. 1216)[15]
Bermond 1211 Vraisemblablement le même individu que pour la période 1200-1202.
Plusieurs sources contradictoires, Laurent Dailliez indique que c'est en qualité de commandeur du Ruou qu'il figure lorsque l'évêque d'Antibes accorde aux templiers de Grasse le droit de construire une église (5 juillet 1211)[16]. Une autre source indique commandeur de « Brue »[17]. Il se peut que ce soit en tant que commandeur des maisons du Temple en Provence, fonction qu'il occupait en 1210[N 2].
Roger ? 1215
Rostang de Comps 1216
R. Laugier 1222
Rostang de Comps (1224) 1225-1229[18] (la): Rostangnus de Cumba[19]
R. Laugier 1229
Pons Vitrerius 1233
Rostang de Comps 1235/36[18]
Pierre de Bouyon[20] 1236-1238[21] (la): Petrus de Boisesono
(fr): Pierre de Boyeso, de Boysson
[N 3]
Ugues de Milmeranda 1241[22] (la): Hugo de Milmanda (Miramanda)
Rostang de Comps 1248/49[18]
Rostang de Buis
ou
Boisso
1252-1253[23],[24] (la): Rostagnus de Buxo

Commandeur de Saint-Gilles (1254-...)[23]
Guillaume de Mujoul 1255
Raymond l'Alaman 1256[23] (la): Raimundus Alamannus
Rostang de Buis
ou
Boisso
1260[23]
Boncarus 1265
Albert Blacas 1269
Pierre Geoffroi 1284
Albert Blacas de Baudinard 1298
Hugues de Rocafolio 1305
Bertrand de la Selve 1307 (la): Bertrandus de Silva
(fr): Bertrand de la Seauve
[N 4]

Reçu en 1280 à Montpellier par Roncelin de Fos, maître en Provence[25]
Commandeur de Brulhes (1288-1290), baillie de l'Agenais[26]
Commandeur du Puy-en-Velay (1291)[27]
Arrêté à Montpellier, emprisonné et interrogé à Alais (Alès)[N 5]
Jaufré de Pierrevert 1308[28] (la): Gaufridus de Petraviridi, Goffridus de Petra Viridis, Joffredus de Petra[viridi]
(en): Jeffrey of Petra Verde
(fr): Geoffroy de Pierrevert
(it): Goffredo di Pierrevert

Reçu à Castelo Branco, Portugal (pt), c.1275
[29],[N 6]
Maître de la province du Royaume de Sicile (1302)[30]
Tenant lieu de maître dans les Pouilles (1303)[31]

Commandeurs hospitaliers[modifier | modifier le code]

Possessions[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

À la fin de l'implantation et de l'essor économique de la commanderie, celle-ci tient la première place au rang des commanderies de Provence et développe la vie économique de la région de par ses possessions terriennes, en tout mille hectares de terres répartis comme suit[32], [33] :

  • environ six cents hectares de terres cultivables,
  • cent trente hectares de vignes,
  • trente-quatre hectares de prés à pâture.

La commanderie du Ruou possédait environ deux-cent-quarante tenures répartie entre[34]: (indiquées sur la carte)

Localisation des possessions, droits et juridictions de la commanderie dans le Var
À la fin du XIIIe siècle
Les autres commanderies du Var sont indiquées mais sans leurs possessions
Cliquez sur les liens bleus pour accéder aux articles détaillées
City locator 11.svg
Le Ruou
City locator 6.svg
Commanderies
City locator 15.svg
Maisons du Temple
Commanderie du Ruou
City locator 5.svg
Aiguines
City locator 5.svg
Ampus
City locator 5.svg
Aups
City locator 5.svg
Bargemon
City locator 5.svg
Cabasse
City locator 5.svg
Callas
City locator 5.svg
Carcès
City locator 5.svg
Carcès
City locator 5.svg
Cotignac
City locator 5.svg
Draguignan
City locator 5.svg
Entrecasteaux
City locator 5.svg
Figanières
City locator 5.svg
Flayosc
City locator 5.svg
La Roque-Esclapon
City locator 5.svg
Peyroules
City locator 5.svg
Salgues
City locator 5.svg
Salernes
City locator 5.svg
Vérignon
City locator 5.svg
Villecroze

Organisation[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Magister milicie Templi in Provincia » ⇒ Provence (1184-89)[4]. « Magister domorum milicie Templi in Provincia et partibus Hispanie » ⇒ Provence et parties des Espagnes dite également province Aragonaise (1189-95, 1202-06)[5]. « magister Francie » ⇒ France (1197)[6].
  2. Un certain frère Jordan occupe cette charge en 1212 (cf. Carraz 2005, p. 319), pas de document attestant d'un nom précis pour 1211. L'acte original dans lequel il est cité se trouve aux Archives et bibliothèque départementales Gaston Defferre, Marseille, cote 56H 5204.
  3. Boysson, tel que proposé sur le site internet de la commanderie, correspondrait à une origine dans le Quercy ou le Périgord, ce qui paraît peu plausible.
  4. Plutôt originaire de La Selve (Pyrénées-Orientales) vu qu'il a fait son entrée dans l'ordre à Montpellier et qu'on le voit y retourner à la fin de sa carrière après avoir quitté le Ruou. L'hypothèse qu'il soit originaire de La Séauve-sur-Semène ou de Ceyssac près de Le Puy-en-Velay , comme le propose Auguste Chassaing (Chassaing 1882, p. XIX) paraît moins probable.
  5. Les interrogatoires des templiers emprisonnés dans cette ville ont eu lieu en juin/juillet 1310 et ont été menés par le commissaire de l'évêque de Nîmes. Ils ont été publiés dans: Étienne Baluze, Procès des Templiers, vol. 396 (Recueil de pièces), BNF, coll. « Manuscrits de la collection Baluze » (présentation en ligne) et par Léon Ménard : (la) Léon Ménard, « Preuves de l'histoire de la ville de Nîmes », dans Histoire civile, ecclésiastique, et littéraire de la ville de Nismes, t. I, (lire en ligne), p. 186.
  6. Reçu dans l'ordre trente-trois ans environ avant son interrogatoire par fr. Ferrandus Alfonci (Ferrandum Alfoncii), commandeur de Castroalbo au Portugal (Finke 1907, p. 352).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph-Antoine Durbec, Les Templiers dans le diocèse de Fréjus, Toulon et Riez : maisons de Riou, Hyères, Saint-Maurice, Bras, Peirasson et autres, Provence historique, 1963.
  2. Noël Coulet, « Les Templiers de Bayle au XIIe siècle : un document inédit », Provence historique, vol. 54, no 215,‎ , p. 29-30. (ISSN 0033-1856) [lire en ligne]. Charte conservée à la bibliothèque Méjanes, ms RA 13 (3), « Chartes, diplômes et autres pièces concernant la Provence. 1125-1830 »
  3. Durbec 2001, p. 41, 183
  4. E.G Léonard, Introduction au Cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317), constitué par le marquis d'Albon et conservé à la Bibliothèque nationale suivie d'un tableau des maisons françaises du Temple et de leurs précepteurs, E. Champion, , xv-259 p., p. 16, 26
  5. (en) Alan J. Forey, « The careers of Templar and Hospitaller Office-Holders », dans Philippe Josserand,Luís F. Oliveira,Damien Carraz, Élites et ordres militaires au Moyen Âge : rencontres autour d'Alain Demurger, Casa de Velázquez, , 478 p. (ISBN 978-8-4156-3688-5, lire en ligne), p. 209 ; Carraz 2005, p. 318-319 (note 177)
  6. Amédée-Louis-Alexandre Trudon des Ormes, « Étude sur les possessions de l'ordre du Temple en Picardie », Mémoires de la société des Antiquaires de Picardie, 4e série, vol. 2,‎ , p. 290-292 (lire en ligne) ; (fr + la) Victor de Beauvillé, Histoire de la ville de Montdidier, vol. III, (lire en ligne), p. 354-355 (doc. 96)
  7. a et b Durbec 2001, p. 188
  8. (la) J. Rouquette et A. Villemagne, Cartulaire de Maguelone, t. I, (lire en ligne), p. 461 (doc. 257)
    Accord entre les religieux de Maguelone et les templiers de Provence réunis à Montpellier lors d'un chapitre provincial
  9. François de Ripert-Monclar, Le Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l’Ordre du Temple, Avignon – Paris, , p. 225-226, disponible sur Gallica
    Frère Déodat de Bruzac lui succède peu de temps après à Richerenches car on le voit commandeur de cette maison lors d'un chapitre provincial en juillet 1200 à Montpellier. Pas de frère Bermond mentionné pendant ce chapitre mais un Bremundus de Castrogaudio, commandeur du Roussillon, cf. Rouquette et Villemagne 1912, p. 461 (n°257).
  10. Jean Paul Boyer et Thierry Pécout, La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou (1246-1382), Université de Provence, , 213 p. (ISBN 978-2-8539-9761-4, présentation en ligne), p. 125
  11. Fernand Benoit, Recueil des actes des comtés de Provence appartenant à la Maison de Barcelone : Alphonse II et Raimond Béranger V (1196-1245)., vol. 2, (OCLC 492232553), Acte n°12
  12. Léonard 1930, p. chap. 7
  13. Carraz 2005, p. 319
  14. Léonard 1930, p. 84
  15. a b c d e et f (en) Alan John Forey, « Appendix II : Lists of Officials », dans The Templars in the Corona de Aragon, (lire en ligne), p. 420-421
  16. Laurent Dailliez, Les Templiers en Provence, Nice, Alpes-Méditerranée-Editions,
  17. Georges Doublet, Recueil des actes concernant les évêques d'Antibes, Imprimerie de Monaco, , 425 p. (OCLC 556302722, présentation en ligne), p. 178 (acte n° 139)
  18. a b et c Carraz 2005, p. 411 (note 298)
  19. (la) Benjamin Guérard, Cartulaire de l'abbaye Saint-Victor de Marseille (lire en ligne), p. 377 (doc. 947)
  20. (it) Carlo Battisti, « Ligure e Mediterranei », Rivista di studi liguri, Istituto internazionale di studi liguri, no 9,‎ , p. 82 (présentation en ligne)
  21. Durbec 2001, p. 184 ; (la) Henri Moris, Cartulaire de l'abbaye de Lérins : 2ème partie, Paris, , CX-296 p. (lire en ligne), p. 160 (n°95)
    17 mars 1238: « P. de Boisesono, preceptor domus Rue »
  22. Durbec 2001, p. 184
  23. a b c et d Léonard 1930, p. « Domus Templi in Provincia » (lire en ligne) sur templiers.org.free.fr
  24. Jean Raybaud, « Histoire de la province appelée de Provence qui était jadis de l'ordre du Temple », Mémoires de l'académie de Nîmes, t. XXVIII,‎ , p. 317, disponible sur Gallica
  25. Trudon des Ormes 1894, p. 578, disponible sur Gallica ; Baluze ms. 396, p. ? (pièces n°4, 19, 33) ; Procès à Alais/Nîmes (interrogatoire): Ménard 1750, p. 192,201-202,212, lire sur Google Livres
    Interrogé en 1310, reçu 30 ans auparavant
  26. Jacqueline Chaumie, « De quelques Commanderies de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem en Agenais: Sauvagnas et le Temple de Breuil et leurs dépendances (1235-1550) », Revue de l'Agenais, Société académique d'Agen., vol. 58,‎ , p. 284 (note 2), disponible sur Gallica
  27. (fr + la) Auguste Chassaing, Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay, (lire en ligne), p. 72-73 (n°44)
    12 mars 1291: « domino fratri Bertrando de Silva, preceptori domus milicie Templi Aniciensis »
  28. Carraz 2012, p. 791, 797 ; Carraz 2005, p. 306
  29. (it) Barbara Frale, « L'interrogatorio ai Templari nella Provincia di Bernardo Gui : un'ipotesi per il frammento del Registro Avignonese 305 », dans Dall'Archivio segreto vaticano : miscellanea di testi, saggi e inventari, vol. 1, Archivio segreto Vaticano, , 686 p. (ISBN 978-8-8850-4250-6, présentation en ligne), p. 256-257 ; (de) Heinrich Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, vol. 2, (lire en ligne), p. 352-353 (document n°75)
    Informations recueillies à partir de son interrogatoire pendant le procès de l'ordre du Temple.
  30. (it) Cristian Guzzo, « Milites Templi Hierosolimitani in Regno Siciliae. Vecchi documenti, nuove acquisizioni », dans I Templari nell'Italia centro-meridionale : storia ed architettura., Edizioni Penne & Papiri, (ISBN 978-8-8893-3635-9, lire en ligne), p. 87 (note 206, p. 125)
    19 sept. 1302: « pro parte [...] fratris Goffridi de Petra Viridis, magistri sacre domus milicie Templi in regno Sicilie »
  31. (en) Anne Gilmour-Bryson, The Trial of the Templars in Cyprus, Brill, , 502 p. (ISBN 978-9-0041-0080-0, lire en ligne), p. 152 ; (la + de) Konrad Schottmüller, Der untergang des Templer-Ordens : mit urkundlichen und kritischen beïtragen, vol. II, Ernst Siefried Mittler & Sohn, (lire en ligne), p. 217 (n°76)
    Interrogatoire du frère Simon de Racanato en mai 1310, reçu à Barletta il y a sept ans par Jaufré de Pierrevert, Tenant lieu de maître de l'ordre dans les Pouilles.
  32. Guy Désirat, Tourtour, Monographie et Vie quotidienne, Nice, Serre Éditeur, coll. « Les régionales », , 335 p. (ISBN 2-86410-269-2, ISSN 0248-353X, présentation en ligne)
    Fond de l’Ordre du Temple (série H), p. 196 ; L’ordre du Temple, pp. 254-255 : Un document aux archives départementales des Bouches-du-Rhône à Marseille donne les possession du Temple à Tourtour, possessions qui dépendaient de la commanderie de Ruou
  33. André et Nicole Cabau, Tourtour, Chroniques d'un village du Haut Var, Nice, Collectio Les Régionales - Éditions Serre, Volume XXIV, , 335 p. (ISBN 2-86410-125-4)
    pp. 325-326 : Templiers et ordre de St Jean dans la région de Tourtour
  34. Site internet de la commanderie
  35. Bernard Falque de Bezaure, Sur les traces des Templiers du Var, des Alpes-Maritimes, Domaine de l’Olympe, Les Milles (13290), Provençalement Vôtre, , 183 p. (ISBN 2-914438-05-2)
    Tourtour : p. 94-95

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Boyer et Thierry Pécout, La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou (1246-1382), Publications de l'Université de Provence, , 213 p. (ISBN 978-2-8539-9761-4, lire en ligne), p. 124-129
  • Damien Carraz (préf. Demurger), L'Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312) : Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Collection d'histoire et d'archéologie médiévales / 17 », (ISBN 978-2-7297-0781-1, lire en ligne)
  • Damien Carraz, « Les Templiers de la Provence à la Terre Sainte : mobilité et carrières (XIIe- Début XIVe siècle) », dans Isabel Cristina Ferreira Fernandes (Coord.), As Ordens Militares. Freires, Guerreiros,Cavaleiros. : Actas do VI Encontro sobre Ordens Militares, vol. 2, GEsOS, Câmara Municipal de Palmela, , 1119 p. (ISBN 978-9-7284-9756-9, lire en ligne), p. 779-797
  • Joseph-Antoine Durbec (préf. Jacques Juillet), Templiers et Hospitaliers en Provence et dans les Alpes-Maritimes, Grenoble, Le Mercure Dauphinois, , 430 p. (ISBN 978-2-9138-2613-7, présentation en ligne)
  • Joseph-Antoine Durbec, « Les maisons de la Basse-Provence (Vallées de l'Argens, du bas Verdon et zone cotière) », dans Les Templiers en Provence : Formation des commanderies et répartitions géographiques de leurs biens, , 132 p. (lire en ligne), p. 101-107
  • Joseph-Antoine Durbec, Les Templiers en Provence, Formation des communautés et répartition géographique de leurs biens, 1963
    in Provence Historique, T.IX, fascicules 35 et 37
  • Joseph-Antoine Durbec, Les Templiers dans le diocèse de Toulon, 1959
    maisons de Ruou, Hyères, Bras, Peirassons, in bulletin de la Société d'études d'histoires et archéologie de Draguignan, T.VIII
  • Pierre Grimaud, « A propos des Templiers dans le Var », Bulletin de la Société des sciences naturelles et d'archéologie de Toulon et du Var, La Revue, no 29,‎ (résumé)
  • Pierre-André Sigal, Une seigneurie ecclésiastique en Provence orientale au Moyen âge : la commanderie de Ruou,
  • Alain Marcel, Lorgues , Le Temps Retrouvé, éditions Equinoxe, 2017
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France du Moyen Âge en France, Strasbourg, éditions Publitotal, 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. p. 1228-1229 : Villecroze

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]