Tsar Bomba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tsar Bomba (en russe : Царь-бомба) est une bombe à hydrogène développée par l’industrie nucléaire de l'Union soviétique. Avec 57 mégatonnes, c'est l'arme la plus puissante jamais utilisée dans l'histoire de l'humanité. Elle fut larguée par un bombardier Tupolev Tu-95, elle explosa le au-dessus de l'archipel de la Nouvelle-Zemble dans l'Arctique russe, anciennement soviétique. Elle représente aussi l'apogée de la course aux armements nucléaires qui, avec la crise des missiles de Cuba, aboutit à la Détente.

Description[modifier | modifier le code]

Réplique de la Tsar Bomba présentée dans le Musée de la bombe atomique à Sarov.

Le développement d'une bombe H dotée d'une telle puissance par les soviétiques prend source dans l'avancée américaine dans ce domaine : Castle Bravo explosa en 1954.

La Tsar Bomba était une bombe H conçue à l'origine comme une bombe à trois étages, dite FFF (fission-fusion-fission), mais finalement réduite en une bombe H (fission-fusion). D’une puissance d’environ 57 mégatonnes. Jusqu'à ce jour, elle est la plus puissante bombe à avoir explosé.

L'engin fut réalisé afin de pouvoir servir de base à des bombes de 100 mégatonnes[note 1], selon le souhait de Nikita Khrouchtchev qui déclarait déjà, dans ses discours, que l’URSS disposait d’une telle bombe[1].

Le 3e étage en uranium, destiné à atteindre 100 mégatonnes ne fut cependant pas utilisé pour le test, il fut remplacé par du plomb inerte afin de limiter sa puissance à 50 mégatonnes et selon le souhait d'Andreï Sakharov de réduire les effets des retombées radioactives[réf. nécessaire]. Cela aurait engendré une augmentation de 25 % des retombées radioactives mondiales depuis l’invention de la bombe nucléaire[2]. L’engin expérimental tirait son énergie à 97 % de la fusion thermonucléaire[1], ce qui indiquerait que l'étage primaire de fission était une bombe A de 1,7 mégatonne.

Elle fut conçue en moins de 4 mois à l’institut panrusse de recherche scientifique en physique expérimentale par une équipe de physiciens formée autour d’Igor Kourtchatov et comprenant notamment Andreï Sakharov. Elle avait une masse de 27 tonnes, une longueur de 8 m et un diamètre de 2 m.

Effets de l’explosion[modifier | modifier le code]

Localisation de l’explosion par rapport à la Russie actuelle.
Effet supposé de la bombe sur la région parisienne : le cercle rouge (rayon : 35 km) correspond à la zone de dégâts importants.

La bombe explosa à 11h32 (heure de Moscou), le , à une altitude de 4 000 m au-dessus de la cible (73° 32′ 40″ N 54° 42′ 21″ E / 73.5444, 54.70583 ()) et 4 200 m au-dessus du niveau de la mer, lors d’un test dans l’archipel de la Nouvelle-Zemble (océan Arctique). Elle fut larguée d’un bombardier Tu-95, piloté par Andreï E. Dournovtsev, de 13 000 m d’altitude. La bombe était équipée d’un parachute pour permettre au bombardier de s’éloigner à une distance de sécurité de la zone d’explosion. La détonation développa une boule de feu de 7 km de diamètre. L’éclair de l’explosion fut visible à plus de 1 000 km du point d’impact et le champignon atomique en résultant parvint à une altitude de 64 km avec un diamètre de 30 à 40 km.

Au niveau de l’explosion, tout était effacé, le sol avait été nivelé et faisait penser à une « patinoire ». Des maisons de bois furent détruites à des centaines de kilomètres, d’autres perdirent leur toit. La chaleur fut ressentie à 300 km. La Tsar Bomba pouvait infliger des brûlures au troisième degré à plus de 100 km de distance, alors que la zone de destruction complète se situait dans un rayon de 25 km, et la zone de dommages importants à un rayon de 35 km[3].

L’explosion a été estimée à 57 mégatonnes par les États-Unis. Plus tard, les scientifiques russes ont annoncé une puissance de 50 mégatonnes. Par comparaison, la bombe Little Boy avait une puissance de 13 à 16 kilotonnes (0,013 à 0,016 mégatonne) soit 3125 fois moins forte. Les Soviétiques auraient limité la puissance, prévue initialement à 100 mégatonnes, afin selon les mots de Khrouchtchev, « de ne pas briser tous les miroirs de Moscou ».

Actuellement, la plus puissante bombe nucléaire en service est une ogive de 18 à 25 mégatonnes montée sur les ICBM soviétiques puis russes SS-18 (Code OTAN : Satan). A également existé une bombe américaine de 25 mégatonnes, la B41, mais elle fut retirée du service en 1976[4].

L’essai américain le plus puissant en comparaison est un tir de 15 mégatonnes, nom de code Castle Bravo. D'une puissance initialement prévue de 5 mégatonnes, elle a causé un grave accident radiologique en comparaison de celle du Tsar, cette dernière bénéficiant de forts vents dans la haute atmosphère diluant les poussières radioactives et réduisant quelque peu les retombées[1].

Histoire du nom[modifier | modifier le code]

Le surnom de « Tsar Bomba » fut donné par les Américains, en comparaison avec la Tsar Kolokol, une cloche gigantesque, et du Tsar Pouchka, qui reste encore comme un des plus grands canons au monde. Les Soviétiques, qui ont renversé le gouvernement des tsars, utilisèrent le surnom « Ivan » durant la phase de développement de la bombe, non pas en référence à Ivan le Terrible, mais par souci de discrétion en donnant le nom le plus banal qui soit, comme les bombes américaines à qui on attribua les noms de : « Little Boy » et « Fat Man ».

L'expression « Tsar Bomba » comporte une certaine ambiguïté. Les traductions exactes de « Bombe du Tsar », « Bombe reine », et, « Reine des bombes » seraient respectivement Бомба царя, Царица бомба, Царица бомб. Le mot « bomba » (бомба) est féminin et appelle un autre féminin (tsaritsa/царица et non tsar/царь), mais c'est un calque évident du Tsar Kolokol ou du Tsar Pouchka qui ne pose aucun problème linguistique aux Russes eux-mêmes[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au-delà de 100 mégatonnes, l'explosion occupe toute l'épaisseur de l'atmosphère terrestre, les effets supplémentaires du champignon atomique partant dans l'espace.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]