Spoutnik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spoutnik (homonymie).
Une réplique de Spoutnik 1, le premier satellite artificiel de la Terre.

Spoutnik (du russe спутник signifiant « compagnon de route » ou « satellite ») est une famille de satellites lancés par l'URSS. Spoutnik 1, lancé le 4 octobre 1957, est le premier engin placé en orbite autour de la Terre et marque le début de l'ère spatiale.

Spoutnik 1[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Spoutnik 1.

Spoutnik 1 a été le premier satellite artificiel de la Terre. Lancé par l'URSS et mis sur orbite le , par la fusée R-7, conçue par l'ingénieur Sergueï Korolev : pour des raisons de secret et de sécurité, son nom n'est pas dévoilé. Le KGB présente à la presse occidentale Leonid Sedov, physicien membre de l'Académie des sciences de Russie, comme « le père du Spoutnik ».

Il s'agissait d'une sphère de 58 cm de diamètre, pesant 83,6 kg. Satellisé sur une orbite elliptique à une altitude comprise entre 230 et 950 km, il tournait autour de la Terre en environ 96 minutes.

Sa seule fonctionnalité a été l'émission d'un « bip-bip » sur les fréquences radio de 20,005 et 40,002 MHz[1].

Le signal de Spoutnik

Ce lancement fut vécu comme un véritable traumatisme par les États-Unis, plusieurs journaux comparèrent cet événement à un « Pearl Harbor » technologique. Il prouvait, selon eux, que les Soviétiques possédaient la technologie pour envoyer un missile nucléaire sur le continent américain. Si le lancement de Spoutnik 1 apparut comme un simple événement, il a marqué le début de la course entre les États-Unis et l'URSS pour la conquête de l'espace. Cet événement symbolise donc le début de la course à l'espace, qui prendra un nouvel essor avec le premier pas de Neil Armstrong sur la Lune.

La désintégration dans l'atmosphère de Spoutnik 1 eut lieu le [2].

Une représentation conforme de cet objet se trouve à la Cité de l'espace à Toulouse.

Spoutnik 2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Spoutnik 2.

Lancé le , ce satellite a emmené dans l'espace le premier être vivant, la chienne Laïka. Il transportait aussi des instruments destinés à étudier en particulier les rayons cosmiques.

La désintégration dans l'atmosphère de Spoutnik 2 eut lieu le .

C'est durant le vol de Spoutnik 2 que les États-Unis lancèrent leur premier satellite : Explorer 1.

Spoutnik 3[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Spoutnik 3.

Lancé le depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, c'était un satellite de recherche. Ses douze instruments scientifiques ont permis d'étudier la haute atmosphère terrestre.

Spoutnik 4[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Spoutnik 4.

Lancé le , Spoutnik 4 était un vol test pour le programme Vostok et les vols habités.

Spoutnik 5[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Spoutnik 5.

Lancé le , c'est le second vol test pour le programme Vostok.

Cet engin transportait deux chiens, Belka et Strelka, quarante souris, deux rats et plusieurs espèces de plantes. Ils furent tous récupérés sains et saufs le jour suivant. C'était le premier vol spatial qui ramenait ses occupants vivants pour l'union soviétique.

Spoutnik 6[modifier | modifier le code]

Lancé le 1er décembre 1960, c'est le troisième vol test pour le programme Vostok.

Cet engin transportait deux chiens, Ptchelka et Mouchka. Il rata sa rentrée atmosphérique, entrant sous un mauvais angle, et fut détruit, tuant du même coup les deux animaux.

Spoutnik 7 et Spoutnik-8[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Spoutnik 7 et Venera 1.

Ces missions furent en fait des lancements de sonde vers Vénus. La première fut un échec, mais la seconde envoya le la sonde Venera-1.

Spoutnik 9[modifier | modifier le code]

Lancé le , c'est le quatrième vol test pour le programme Vostok.

Cet engin transportait un mannequin et la chienne Tchernouchka. Le retour fut un succès.

Spoutnik 10[modifier | modifier le code]

Lancé le depuis Baïkonour, c'est le cinquième et dernier vol test pour le programme Vostok.

Cet engin transportait un mannequin et la chienne Zvezdochka. Le retour, après 101 minutes de vol et une révolution orbitale, fut un succès.

Références[modifier | modifier le code]

  • The Vernov Radiation Belt (Almost), Science, 23 novembre 1984.
  1. (en) William J. Jorden, Soviet Fires Earth Satellite Into Space; It Is Circling the Globe at 18,000 M.P.H.; Sphere Tracked in 4 Crossings Over U.S., The New York Times.
  2. « La conquête spatiale en Union Soviétique », sur boutique.ina.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]