Voyska PVO

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Badge de la Voyska PVO

La Voyska PVO (Protivo-Vozdushnaya Oborona en forme longue) est la transcription phonétique de l'expression russe Войска ПВО qui signifie force de défense anti-aérienne, c’est-à-dire jusqu'en 1991 celle de l'Union soviétique, et depuis celle de la Fédération de Russie.

Elle devint une composante à part entière des Forces armées soviétiques (russes) en 1948 au même titre que la branche terrestre de l'Armée rouge, la marine soviétique, les Forces des fusées stratégiques et la Voénno Vozdouchnyé Sily, la force aérienne russe. Auparavant la Voyska PVO était placée sous le commandement de l'Armée Rouge.

Contrairement aux armées de l'air occidentales, la PVO était une arme indépendante, séparée de l'armée de l'air (VVS).

Durant toute la Guerre froide son rôle était de protéger l'espace aérien soviétique d'une éventuelle agression ennemie. C'est d'ailleurs la Voyska PVO qui a, en 1983, abattu le Boeing 747 du vol 007 des Korean Air Lines l'ayant pris pour un avion ennemi.

En 1991, ses effectifs sont de 475 000 personnels d'active et de 750 000 réservistes[1].

En 1992, suite à la chute de l'URSS c'est tout naturellement la Fédération de Russie qui prit le contrôle de la majeure partie de la Voyska PVO.

En 1998, la Voyska PVO fut intégrée à la Voénno Vozdouchnyé Sily créant ainsi une force aérienne unifiée regroupant attaque et défense.

Inventaire en 1987[modifier | modifier le code]

Un A-50 en 1988
1210 intercepteurs 
420 Mikoyan-Gurevich MiG-23 'Flogger'
305 Mikoyan-Gurevich MiG-25 'Foxbat'
240 Sukhoi Su-15 'Flagon'
5 Sukhoi Su-27 'Flanker'
80 Tupolev Tu-128 'Fiddler'
65 Yakovlev Yak-28 'Firebar'
95 Mikoyan MiG-31 'Foxhound'
avions radars 
7 Tupolev Tu-126 'Moss'
1 Beriev A-50 'Mainstay'
Milliers de batterie de missiles sol-air
Défense antimissile

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La force mécanisée du Pacte », Ligne de Front, no 3H,‎ janvier-février 2008, p. 47