Nouvelle-Zemble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nouvelle-Zemble
Новая Земля (ru)
Carte de la Nouvelle-Zemble.
Carte de la Nouvelle-Zemble.
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Localisation Océan Arctique
Coordonnées 74° N 56° E / 74, 56 ()74° N 56° E / 74, 56 ()  
Superficie 90 650 km2
Île(s) principale(s) Serverny, Ioujny
Point culminant 1 070 m
Administration
District fédéral Nord-Ouest
Sujet fédéral Oblast d'Arkhangelsk
Démographie
Population 2 429 hab. (2011)
Densité 0,03 hab./km2
Plus grande ville Belouchia Gouba
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+4

Géolocalisation sur la carte : océan Arctique

(Voir situation sur carte : océan Arctique)
Nouvelle-Zemble
Nouvelle-Zemble

Géolocalisation sur la carte : Oblast d'Arkhangelsk

(Voir situation sur carte : Oblast d'Arkhangelsk)
Nouvelle-Zemble
Nouvelle-Zemble

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Nouvelle-Zemble
Nouvelle-Zemble
Archipels de Russie

La Nouvelle-Zemble (en russe : Но́вая Земля́, Novaïa Zemlia signifiant « Nouvelle Terre ») est un archipel de l’océan Arctique russe au-delà du 60e parallèle, composé de deux îles principales et d’un certain nombre d’autres plus petites.

Blason de la Nouvelle-Zemble.

Géographie[modifier | modifier le code]

L’archipel de Nouvelle-Zemble est composé principalement des îles Severny (au nord) et Ioujny (au sud), séparées par le détroit de Matotchkine, très étroit. Au sud se trouve l'Île Mejdoucharski. L’archipel est séparé de l'île côtière Vaïgatch par le détroit de Kara. Il est bordé à l’ouest par la mer de Barents et à l’est par la mer de Kara. Sa superficie totale est d’environ 90 650 km2, l'équivalent du territoire métropolitain du Portugal.

Les îles sont très montagneuses, la Nouvelle-Zemble étant une prolongation de l’Oural, et culminent à 1 070 m d’altitude. Severny est recouverte de nombreux glaciers tandis que Ioujny offre un paysage de toundra.

L’archipel possède de nombreuses réserves de cuivre, de plomb et de zinc. D’un point de vue administratif, il constitue une subdivision de l’oblast d’Arkhangelsk dont la capitale est Belouchia Gouba[1].

Des gens vivent par exemple à Malié Karmakouly où des relevés météo sont faits depuis longtemps.

Climat[modifier | modifier le code]

Malié Karmakouly a un climat de type ET (polaire de toundra) avec comme record de chaleur 29 °C le 24/7/1977 et comme record de froid -39 °C le 9/2/1979, le 12/2/1979 et le 1/3/1979. La température moyenne annuelle est de -5,1 °C.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −18,4 −18 −15 −13,5 −6,3 0,3 5,2 4,7 1,9 −4,7 −10,4 −14,3 −7,4
Température moyenne (°C) −15,6 −15,3 −12,3 −10,6 −4,1 2,2 7,5 6,7 3,5 −2,9 −8,2 −12 −5,1
Température maximale moyenne (°C) −12,7 −12,5 −9,6 −7,6 −1,9 4,1 9,7 8,7 5,1 −1,1 −6,1 −9,5 −2,8
Record de froid (°C) −36,1 −39 −39 −30 −25,8 −10 −3,9 −2 −10 −21,1 −28,9 −36 −39
Record de chaleur (°C) 2,3 5 2,3 10,3 17,6 21,8 29 23,9 17,3 10 3,4 2,8 29
Précipitations (mm) 41,2 30 28,5 22,3 21 24,7 36,1 35,4 45,8 38,3 27,8 36,5 386,7
Source : Le climat à Malié Karmakouly (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1948)[1]


Histoire[modifier | modifier le code]

Les Nénètses forment la population d’origine de l’archipel de Nouvelle-Zemble. Les îles sont connues depuis les XIe ou XIIe siècles par les Russes, lorsque des marchands de Novgorod visitèrent la région. La recherche du passage du Nord-Est par les Européens conduisit à son exploration au XVIe siècle par Hugh Willoughby en 1553, puis en 1596 par Willem Barents qui contourna la pointe nord de Serverny, passa l’hiver sur la côte est et cartographia la côte ouest de l’archipel.

Les sites d'essais
Les rivages de Nouvelle-Zemble dans l'océan Arctique sont l'une des zones où les déchets nucléaires de l'ère soviétique ont été envoyés par le fond :
1: 2 réacteurs sans combustible nucléaire consommé
2: 2 réacteurs sans combustible nucléaire consommé et 60 % de combustible nucléaire du brise-glace Lénine en conteneurs
3: 6 réacteurs nucléaires à l'uranium, 10 sans combustible nucléaire, 11 000 conteneurs de déchets radioactifs
4: Sous-marin K-27 avec deux réacteurs
5: 3 réacteurs avec et 3 sans combustible nucléaire

La Nouvelle-Zemble a été vidée de sa population en 1955 pour accueillir les expérimentations nucléaires soviétiques. Trois sites d'essais furent construits :

  • le « site A », dans la baie Tchernaïa (70,7° N — 54,6° E) qui fut utilisé essentiellement de 1955 à 1962 ;
  • le « site B », dans le détroit de Matotchkine (73,4° N — 54,9° E) qui accueillit des essais souterrains entre 1964 et 1990 ;
  • le « site C », Soukhoï Nos (73,7° N — 54,0° E) qui servit de 1957 à 1962 et fut le théâtre le 30 octobre 1961 de l’explosion aérienne (à 3 500 m d'altitude) d’une bombe de 50 mégatonnes, Tsar Bomba, la plus forte explosion nucléaire jamais réalisée.

D’autres essais furent conduits à d’autres endroits de l’archipel, la moitié de sa surface étant officiellement cataloguée comme « zone d'essais ». À partir de 1989, le processus de glasnost a conduit à rendre les activités nucléaires plus transparentes. Peu d'essais ont été entrepris pendant les années 1990. En 2004, seules quelques recherches sont encore conduites au détroit de Matotchkine.

« Les 91 essais atmosphériques de Nouvelle-Zemble représentent une puissance totale de 239,6 mégatonnes, soit 97 % de la puissance des essais atmosphériques soviétiques et près de 55 % de la puissance dégagée par la totalité des essais atmosphériques mondiaux (440 Mt) » note un rapport du Sénat et de l'Assemblée nationale français[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la population de Nouvelle-Zemble était estimée à 2 429[3], dont 1 972 vivent dans la capitale. La population décroît : elle s'élevait à 2 716 individus en 2002.

La population indigène (nénètse) avoisine 100 personnes, subsistant essentiellement de pêche et de chasse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :