Lockheed Martin F-35 Lightning II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lockheed F-35 Lightning II)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lightning.
Page d'aide sur les redirections « Joint Strike Fighter » redirige ici. Pour les autres significations, voir Joint Strike Fighter (jeu vidéo).
Lockheed Martin F-35 Lightning II (JSF)
{{#if:
Le démonstrateur volant du F-35, le X-35, en vol en 2001
Le démonstrateur volant du F-35, le X-35, en vol en 2001

Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed Martin
Rôle Avion multirôle
Statut En cours d'essai (US Navy)
Premier vol 11 juin 2008 (F-35B)
Mise en service 2015 (F-35A)
2016 (F-35B)
2019 (F-35C)
Investissement 396 milliards USD[1]
Coût unitaire 133 millions USD ; 155 millions USD avec les coûts de développement [2].
F-35B : 300 millions USD[3]
nouveau coût unitaire = au 30/08/2013


Coût début 2014

F-35A : 182 millions USD[4]

F-35B : 252 millions USD[4]

F-35C : 299 millions USD[4]


1er lot de production:
$221.2 m (f35A)

2e lot:
$161.7 m (F-35A) $160.7 m (F-35B)

3e lot:
$128.2 m (F-35A) $128 m(F-35B)

4e lot:
$111.6 m (F-35A) $109.4 m (F-35B) $142.9 m (F-35C)

5e lot:
$105. m (F-35A) $113 m (F-35B) $125 m (F-35C)

6e lot:
prévu en dessous de $100 million [5]

Nombre construits 100[6]
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney F135
Nombre 1
Type Turboréacteur avec postcombustion
Poussée unitaire 178 kN
Dimensions
Envergure F-35A : 10 40 m
F-35B : 10 40 m
F-35C : 13 10 m
Longueur 15 85 m
Hauteur 5 28 m
Surface alaire F-35A : 42 7 m2
F-35B : 42 7 m2
F-35C : 57 6 m2
Masses
À vide F-35A : 13 170 kg
F-35B : 14 580 kg
F-35C : 14 550 kg
Avec armement 19 000 kg
Maximale 25 600 kg
Performances
Vitesse maximale 1 930 km/h (Mach 1,6+)
Plafond 18 500 m
Rayon d'action F-35A : 1 080 km
F-35B : 869 km
F-35C : 1 138 km
Facteur de charge +7g / -?g
Armement
Interne 1 canon GAU-12 de 25 mm avec 180 obus (en pod externe ventral sur le F-35B)

2 soutes à armement ayant chacune 2 pylônes

Externe 6 800 kg d'armement sur 6 pylônes

Le F-35 Lightning II (également connu sous le nom de Joint Strike Fighter ou JSF) est un avion multirôle en développement depuis 1996 par le constructeur Lockheed Martin, avec comme principaux partenaires Northrop Grumman et BAE Systems, et qui doit entrer en service en avril 2016.

Initialement lancé pour équiper les trois composantes aériennes des forces armées américaines (US Air Force, US Navy et US Marine Corps), le programme du F-35 a rapidement été rejoint par une dizaine de pays qui participent à son financement et à sa réalisation. Cet avion devrait être produit à plus de 2 000 exemplaires et devrait être distribué aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni entre autres.

Le programme a depuis son lancement subi un retard important (7 ans) par rapport au calendrier initial [7] et un dépassement de budget chiffré à 68% au mois de juillet 2014[7]. Il n'est pas seulement controversé sur le plan national aux Etats-Unis, mais également dans un certain nombre de pays partenaires, dont les gouvernements ont été accusés par leurs oppositions d'avoir pris la décision de participer au programme d'acquisition sur la base de données incomplètes. C'est notamment le cas du Canada[8], dont l'exécutif est également accusé d'avoir sciemment occulté les coûts réels pour le pays[9] . En avril 2014, les fonds canadiens du F-35 ont été gelés et la possibilité d'avoir recours à un programme concurrent n'était plus écartée[10].

Conception[modifier | modifier le code]

Le programme JSF[modifier | modifier le code]

Le Boeing X-32, concurrent éliminé du F-35

Au début des années 1990, l'US Navy lance un programme A/F-X pour remplacer ses A-6 Intruder, l'US Air Force commence à réfléchir à un successeur du F-16, tandis que l'US Marine Corps recherche un avion de type aéronef à décollage et atterrissage verticaux (ADAV) plus performant que ses AV-8 Harrier II. Sous la pression du Pentagone et afin de réduire les coûts de développement, ces trois besoins furent regroupés dans un programme unique baptisé « Joint Advanced Strike Technology » (JAST).

Le JAST program office fut établi le 27 janvier 1994 et 24 contrats d'études préliminaires, avec le financement associé, signés en décembre de la même année[11]. Il était prévu de développer une cellule de base monoplace monoréacteur déclinée en trois variantes : une première basée au sol, une seconde embarquée à bord de porte-avions et une troisième à décollage court et atterrissage vertical (STOVL). À la fin de l'année 1995, le programme fut redésigné JSF (pour « Joint Strike Fighter ») et un accord de coopération signé avec le Royaume-Uni[12] qui avait les mêmes besoins que l'USMC et une grande expérience dans le domaine des ADAV.

Le cahier des charges final fut rédigé en mars 1996 et, en novembre de la même année, des contrats furent passés avec deux équipes industrielles dirigées respectivement par Boeing et Lockheed Martin pour couvrir la phase de démonstration (Concept Demonstration Phase). À ce titre, chacun des deux consortiums devait construire deux démonstrateurs : celui de Boeing fut désigné X-32 et celui de Lockheed Martin X-35.

L'avion expérimental X-35[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lockheed Martin X-35.

Le démonstrateur X-35A fit son vol inaugural le 24 octobre 2000 et réalisa 27 vols d'essais en un mois, comprenant notamment un ravitaillement en vol et un vol à vitesse supersonique. Pendant que ce démonstrateur était renvoyé en usine pour être transformé en X-35B (version STOVL), le démonstrateur X-35C de la version embarquée s'envola pour la première fois le 16 décembre 2000. Enfin, le 23 juin 2001, le X-35B commença ses vols d'essais en effectuant son premier atterrissage vertical.

En octobre 2001, le X-35 fut retenu pour développer le JSF, de préférence au Boeing X-32. Les officiels du Département de la Défense des États-Unis et le ministre britannique de la Défense William Bach ont en effet indiqué que le X-35 dépassait en tout point le X-32. Le choix serait dû à la supériorité de Lockheed Martin sur les avions furtifs (Lockheed est le développeur du F-22 Raptor).

Le F-35 Lightning II[modifier | modifier le code]

Le 7 juillet 2006, l'US Air Force a officiellement nommé le F-35 Lightning II, en l'honneur tant de l'avion américain de la Seconde Guerre mondiale Lockheed P-38 Lightning que de l'intercepteur à réaction anglais English Electric Lightning. Les autres noms proposés étaient Kestrel (qui renvoie aux origines du Harrier), Phoenix, Piasa, Black Mamba, et Spitfire II (qui renvoie au Supermarine Spitfire).

Le premier avion de présérie, désigné AA-1

Pas moins de 21 exemplaires de présérie doivent être construits (7 de chaque version) afin de mener à bien le processus d'essais et de validation avant les premières livraisons prévues en 2010-2011. Désigné AA-1, le premier F-35 de présérie a fait son vol inaugural le 15 décembre 2006. Il s'agit encore d'un prototype qui n'est pas tout à fait représentatif des avions définitifs. Sur les 21 avions de présérie, 14 doivent servir aux essais en vol et 7 aux différents essais statiques de mesure de la résistance structurelle, du vieillissement, etc. Après avoir été stoppés pendant sept mois pour un problème d'alimentation électrique, les essais en vol reprirent le 7 décembre 2007[13].

Les discussions sur le nombre d'appareils sont toujours en cours mais les estimations initiales, portant sur près de 3 000 F-35 rien que pour les États-Unis et le Royaume-Uni, ont été révisées à la baisse. Officiellement, ce chiffre a été ramené à un peu plus de 2 500 exemplaires en 2006, mais il semble que l'USAF réfléchisse à réduire à nouveau sa commande de 500 unités, ce qui ferait descendre le total à environ 2 000 F-35.

Le V-22 Osprey semblant créer quelques problèmes au revêtement du pont d'envol des porte-avions américains, à cause de la chaleur des moteurs dégagée en configuration verticale, le même problème risque de se produire avec le F-35, et sans doute en pire, vu la puissance de son réacteur.

Variantes[modifier | modifier le code]

Moteur du F-35B
Un F-35C en vol d'essai au-dessus de la baie de Chesapeake.

Le JSF est un avion multirôle et chasseur conçu pour remplacer tout autant le F-16 Fighting Falcon, le F/A-18 Hornet, le A-10 Thunderbolt II, et le AV-8B Harrier II. Il doit aussi être un complément du F-22 Raptor de l'USAF et du F/A-18E/F Super Hornet de US Navy. Afin de répondre à ces différents besoins, trois versions différentes sont prévues. Il n'y a pas de version biplace du F-35.

Le F-35A[modifier | modifier le code]

Le F-35A est un chasseur polyvalent optimisé pour l'attaque au sol. Il intégrera dans un premier temps l'USAF pour remplacer les F-16 et A-10, et pour épauler le F-22. Cette version a également été commandée par les Pays-Bas, l'Italie, l'Australie, le Canada et la Turquie. Elle emporte jusqu'à 8,38 tonnes de carburant en interne.

Le F-35B[modifier | modifier le code]

Le F-35B est une variante STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing ou décollage court et atterrissage vertical) ; cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes.

Cette variante du F-35 est celle qui sera livrée à l'US Marine Corps et dont l'achat est envisagé par la Marina militare. La Royal Air Force et la Fleet Air Arm britanniques, qui s'étaient engagées pour le F-35B en remplacement des différentes versions du AV-8B Harrier II en service actuellement, se tournent vers le F-35C fin 2010, peu de temps après les élections générales qui voient les conservateurs succéder aux travaillistes. Toutefois, en mai 2012, Philip Hammond, le ministre britannique de la Défense, choisit finalement le F-35B pour équiper le futur porte-avion Queen Elizabeth en dépit du choix annoncé en 2010 et qui consistait à préférer le F-35C en accord du principe d'interopérabilité franco-britannique et américaine[14].

Le F-35C[modifier | modifier le code]

C'est une version embarquée sur porte-avions destinée à l'US Navy. Cette version a une envergure supérieure aux F-35A et F-35B (ce qui lui permet de faire passer la capacité en carburant interne à 9,11 tonnes), une structure renforcée pour supporter les contraintes de l'appontage et du catapultage, et des extrémités de voilure repliables. La distance entre le train d’atterrissage principal et la crosse d'appontage est, début 2012, de 2 m 16 (7,1 pieds), bien plus courte que sur les autres avions navalisés en service[15].

En octobre 2010, la Royal Navy, face au retard et à l'augmentation du coût de la version F-35B, décide de rééquiper son futur porte-avions d'une catapulte et modifier sa commande pour des F-35C ; la marine revient finalement à son choix initial du F-35B au printemps 2012[14].

En 2011, à la suite de l'échec de la campagne de test simulant des appontages et après huit tentatives infructueuses pour accrocher le câble d'arrêt, il a été décidé de réétudier la crosse d'appontage du F-35C[16].

En janvier 2013, la Turquie commande officiellement 1 F-35C[17].

Partenariats industriels[modifier | modifier le code]

Trois niveaux de coopération différents[modifier | modifier le code]

Pays participant à la fabrication de l'appareil F-35

Plusieurs pays participent au programme du JSF selon trois niveaux de coopération liés à la fois aux montants investis dans le développement et aux transferts de technologie associés :

  • le Royaume-Uni (seul partenaire de premier niveau) :
    la société britannique BAE Systems est chargée de la conception et de la fabrication du fuselage arrière (y compris les dérives et ailerons) et d'une grande partie de l'électronique de bord; de son côté, Rolls-Royce fournit la soufflante du F-35B et travaille avec General Electric sur le réacteur F-136 (voir ci-dessous);
  • l'Italie et les Pays-Bas (deuxième niveau) :
    l'Italie devrait être chargée de l'assemblage de tous les F-35 destinés à des pays européens, dans une nouvelle usine, et la firme Alenia Aeronautica fournira à terme la moitié des voilures destinées à l'ensemble de la production;
  • la Turquie, l'Australie, la Norvège, le Danemark et le Canada (troisième niveau);
    Israël et Singapour sont aussi associés au programme.

Les appareils de première série seront équipés d'un réacteur Pratt & Whitney F-135, dérivé du P&W F-119 du F-22 Raptor. Cependant, General Electric et Rolls-Royce travaillent toujours sur le réacteur F-136 qui équipera certains lots[18], même si le Pentagone a officiellement annoncé son choix du F-135 de Pratt & Whitney.

Des retours limités, selon un rapport européen officiel[modifier | modifier le code]

Les règles établies pour ce programme JSF visent à éviter les dysfonctionnements rencontrés dans plusieurs programmes européens, dont Eurofighter. Mais elles sont alors complètement déséquilibrées en faveur des États-Unis.

Les retours très limités pour ces pays d’un programme américano-centré, à la fois au niveau du produit JSF F-35 (dépendant du F-22 qui ne sera pas exporté en Europe ni probablement ailleurs) et aux niveaux industriel et technologique.

Le rapport de l'UEO sur le programme européen d’acquisition de technologie (ETAP), présenté au nom de la Commission technique et aérospatiale, par M. Edward O’Hara, rapporteur (Royaume-Uni, Groupe socialiste), et adopté à l'unanimité en juin 2005 précise :

« Le « rêve américain » s’étend aux alliés européens. Coopérer avec les États-Unis, c’est bénéficier d’avancées technologiques et industrielles significatives et pouvoir accéder au marché américain de la défense de l’intérieur, de préférence sous le pilotage d’un grand partenaire local, tel que Boeing, Lockheed Martin ou Northrop Grumman. La réalité est malheureusement beaucoup plus nuancée et les mésententes et déceptions sont nombreuses.

[...]

Du côté européen, ce qui est frappant dans ce programme c’est le haut niveau d’investissement consenti par deux des principaux pays signataires de l’ETAP, le Royaume-Uni et l’Italie : 3 milliards d’euros (depuis 2001 et jusqu’à la livraison des premiers avions). Cet effort sera éventuellement réévalué selon l’évolution du programme et de son coût total. Ce qui est sûr, c’est qu’avec un tel engagement, les deux pays sont liés pour plus d’une décennie à un projet américain qui n’est pas bénéfique, en termes industriels et technologiques, à la base industrielle et technologique de défense européenne (BITDE).

[...]

Que ce soit en termes de contrats ou de transferts de technologie, les retours sont loin d’être satisfaisants et ont été la cause de mésententes qui ont aussi concerné le Canada, la Norvège et la Turquie. En matière de R&T, c’est une question importante qui est ainsi soulevée car les sommes investies dans le JSF feront inévitablement défaut à tout projet européen éventuel de « systèmes aériens de combat futurs », tels qu’ils sont envisagés dans l’accord ETAP (programme européen d’acquisition de technologie)[19]. »

Commandes[modifier | modifier le code]

En octobre 2008, les commandes s'élevaient à 3 110 appareils toutes versions confondues, réparties comme suit[1] mais les retards du programme et des coupes budgétaires font que ces chiffres et dates ne seront pas respectés :

Pays acquéreurs Nombre Type Année de commande
(ou de modification)
Entrée en
service prévue
Commentaire

Les Pays-Bas on reçu leur premier f-35 Lightning II le 18 décembre 2013

Drapeau de l'Australie Australie 100 F-35A 2014
Drapeau du Canada Canada 65[20] F-35A 2010 2016 Report de la commande de 65 exemplaires. Le F-35 devrait entrer en service en 2016. Pour environ 92 millions l'unité (sans compter les contrats de maintenance)[21],[22] Le CF-18 Hornet atteindra la fin de sa durée de vie utile en 2020[23].
Drapeau du Danemark Danemark F-35A 2009 2020 Report de la commande de 48 exemplaires[24].
Drapeau des États-Unis États-Unis
US Air Force
US Marine Corps
US Navy/USMC

1 763
340
340

F-35A
F-35B
F-35C

2013
2012
2015
Drapeau d’Israël Israël 20 F-35I 2010 2015-2017 [25] (50 en option au total)
Drapeau de l'Italie Italie
Aeronautica militare

Marina militare
30

15

F-35A


F-35B


2008
2012

2014


2014
Dans le cadre du plan de réduction des dépenses liés à la crise, l'Italie en 2014 prévoit de réduire sa commande de 90 à 45 unités.
Drapeau du Japon Japon 42[26] F-35 2016
Drapeau de la Norvège Norvège 48 F-35A 2015
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas F-35A 2009 2016 Report de la commande de 85 exemplaires[24].
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni ≅50[27] F-35B 2009 2015 Réduction de la commande de 138 à environ 50 exemplaires en octobre 2009. En octobre 2010, le gouvernement anglais décide de remplacer sa commande de F-35B par des F-35C avant, en mai 2012, de faire marche arrière et de confirmer ses F-35B[14].
Drapeau de la Turquie Turquie
Armée de l'air turque
Marine turque

100
35

F-35A
F-35C

2008
2012

2014

Partenaire niveau 1[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni avait prévu acquérir quelque 138 F-35B en décembre 2006 pour la Royal Air Force et la Royal Navy[28],[29].

À la suite des élections législatives de 2010, le gouvernement David Cameron décide de changer d'orientation en matière de défense, renonçant au F-35B au profit exclusif du F-35C, embarquable sur porte-avions et qui possède une plus grande portée et une charge utile beaucoup plus importante que les autres versions, tout en étant moins cher que le modèle STOVL[30],[31].

Finalement, en mai 2012, un nouveau revirement amène le gouvernement britannique à revenir sur sa décision de préférer le F-35C, et le ministère de la Défense britannique annonce retenir finalement la version à décollage court et atterrissage vertical du F-35[14].

Partenaire niveau 2[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

L'Italie est le deuxième partenaire en importance après le Royaume-Uni dans le programme du Joint Strike Fighter. En octobre 2008, l'Italie a présenté un besoin de quelque 131 F-35 pour la Aeronautica Militare et Marina Militare. L'Italie souhaite ainsi acquérir 69 F-35A et 62 F-35B [32]. La marine italienne recevra 22 F-35B tandis que la Force aérienne recevra 69 F-35A et 40 F-35B. La Marine prévoit utiliser le F-35B sur le nouveau porte-avions Cavour. Dans le cadre du plan de réduction des dépenses liés à la crise, l'Italie prévoit l'achat de 90 avions au lieu des 131 de départ [33]. Les 90 avions seront répartis comme suit : 60 F-35A et 30 F-35B; 60 F-35A et 15 F-35B pour l'Aeronautica Militare et 15 F-35B pour la Marina Militare.

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas envisagent acquérir 85 F-35A pour la Koninklijke Luchtmacht[34]. L'avion va remplacer une flotte vieillissante de F-16AM. Le gouvernement néerlandais prévoit que le coût de 5,5 milliards d'euros pour l'achat initial et de 9,1 milliards pour les 30 ans de service, ce qui revient à un coût à vie utile d'environ 215 millions de dollars par unité. Le 19 novembre 2007, le Secrétaire à la Défense a été interrogé sur le retard du Joint Strike Fighter concernant les problèmes techniques et l'augmentation des coûts[35]. Cependant, le 29 février 2008, le Conseil exécutif du gouvernement néerlandais a décidé d'aller de l'avant avec l'achat de deux avions d'essai, et un protocole d'entente a été signé[36].

Le 17 septembre 2013, les Pays-Bas annoncent leur intention d'achat de 37 avions de chasse F-35 Joint Strike Fighters (JSF) en vue de remplacer leur flotte vieillissante de F-16 à partir de 2019.

Partenaire niveau 3[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Une maquette de grandeur nature d'un CF-35 canadien

Le Canada a été impliqué dans le programme Joint Strike Fighter depuis ses débuts, en investissant 10 millions $ et en étant un partenaire « informateur » au cours du processus d'évaluation. Une fois que la société Lockheed Martin a été choisie comme entrepreneur principal pour le programme JSF, le Canada s'est fait participant de niveau 3, ainsi que la Norvège, le Danemark, la Turquie et l'Australie. Un montant supplémentaire de 100 millions de dollars du ministère de la Défense nationale (MDN) sur une période de plus de 10 ans et 50 millions de dollars d'Industrie Canada ont été déterminés en 2002, rendant le Canada l'un des premiers participants au programme JSF[37].

Le résultat de l'investissement du gouvernement du Canada dans le projet JSF, lui a permis d’acquérir quelque 144 contrats attribués à des entreprises canadiennes, des universités et des établissements gouvernementaux. Financièrement, les contrats sont évalués à 490 millions de dollars sur une période allant de 2002 à 2012, et à 1,1 milliard de dollars dans la période allant de 2013 et 2023, soit une valeur totale potentielle estimée à partir de $ 4,8 milliards à 6,8 milliards de dollars[20].

Le 16 juillet 2010, le gouvernement canadien a annoncé qu'il allait acheter 65 F-35 (pour accompagner les 80 CF-18 Hornet) pour 16 milliards de dollars, tous frais accessoires inclus, à partir de 2016. Plusieurs soumissionnaires avaient annoncé leur intention d'appel d'offres pour le futur chasseur des Forces canadiennes[38]. La compagnie Boeing avait présenté le F/A-18 Super Hornet comme une option peu coûteuse et encore capable de rivaliser avec des avions de combat modernes. La compagnie SAAB avait présenté son chasseur multirôle JAS 39 Gripen alors que la compagnie Eurofighter GmbH avait présenté son Eurofighter Typhoon[39],[40]. Dassault aviation a fait savoir par la voix de son directeur général qu'il a promis d'assembler le Rafale au Canada[41].

Les médias ont critiqué l'avion comme étant trop cher, avec un rayon d'action trop faible, et trop complexe pour les besoins du Canada. Malgré les critiques, l'ancien lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire, considère le F-35 comme un bon avion de combat et considère que les Forces canadiennes devraient avoir davantage de F-35. Toutefois, Roméo Dallaire est en désaccord avec le processus sans appel d'offres du plus gros contrat militaire de l'histoire du Canada[42]. Selon Cyberpresse, le F-35 permettra au Canada de participer à des missions de bombardement en coopération avec ses alliés[43].

Par ailleurs, l'ancien sous-ministre des acquisitions au ministère de la Défense, Alan Williams, estime que le gouvernement du Canada prend des risques à payer 20 % plus cher le F-35 sans appel d'offres et de ne pas obtenir un meilleur avion pour les Forces canadiennes[44].

Selon un rapport publié dernièrement par l'Institut Rideau et le Centre canadien de politiques alternatives, le F-35 n'est pas nécessaire pour défendre et contrôler l'espace aérien du Canada. Le rapport recommande de prolonger la durée de vie des chasseurs CF-18 Hornet. Le même rapport suggère aussi d'étudier la possibilité d'acheter des avions sans pilotes[45].

Selon un document obtenu par le quotidien Le Devoir, le gouvernement du Canada n'a jamais pris le temps de vérifier si d'autres constructeurs offraient un avion de combat qui répondait aux exigences des Forces canadiennes[46]. Le ministre de la Défense Peter MacKay avait expliqué sur la Colline parlementaire qu'aucun autre modèle d'avion ne répondait aux besoins de la défense du Canada comme avion de chasse. Selon le même document obtenu par Le Devoir, d'autres constructeurs tel que Boeing, Saab, Eurofighter GmbH et Dassault Aviation répondaient aux exigences du gouvernement[47].

Le gouvernement fédéral n'a reçu aucune garantie sur le prix du chasseur F-35 de la part des États-Unis. Le coût de 9 milliards de dollars annoncé précédemment par le gouvernement fédéral est une estimation, et les coûts pourraient gonfler selon un responsable du programme. Selon le colonel Dave Burt des Forces canadiennes, le gouvernement du Canada prévoit payer entre 70 et 75 millions de dollars par appareil entre 2016 à 2020, sans toutefois avoir une garantie sur le prix. Le gouvernement du Canada prévoit investir environ 4,8 milliards de dollars pour l’acquisition de 65 F-35 et plus de 5 milliards de dollars pour les armements, la formation des pilotes, les simulateurs de vol et le coût des infrastructures. L'entretien devrait coûter un autre 7 milliards de dollars sur une période de 20 ans[48].

Selon un document obtenu par Le Devoir, le F-35 est incapable d'atterrir dans le Nord canadien et incapable d'être ravitaillé avec les avions-citernes des Forces canadiennes. Selon le même rapport, le gouvernement devra débourser quelques millions de dollars de plus pour modifier la future flotte de chasseurs, pour qu'ils remplissent ces deux besoins essentiels pour la souveraineté du Canada[49].

Selon un rapport obtenu par l'agence Bloomberg, l'entretien des quelque 2443 avions F-35 qui remplaceront la flotte américaine, coûtera plus de US$ 915 milliards pour les 30 prochaines années. Selon Alan Williams, ancien haut responsable de la défense du Canada, les F-35 du Canada, coûteront plus de 24 milliards de dollars en entretien, soit plus de C$ 375 millions de dollars par avion pour les 30 prochaines années[50],[51].

Le CF-35 sera dans l'incapacité de communiquer dans l’Arctique jusqu'en 2019. Contrairement aux CF-18, le CF-35 ne possédera pas la technologie nécessaire pour communiquer via un satellite militaire [52],[53].

La firme indépendante KPMG a dévoilé en décembre 2012 un rapport concernant le coût réel de l'achat des 65 avions de combat F-35 dont le gouvernement canadien souhaite faire l'acquisition, qui est passé de 9 milliards à 25, puis à quelque 45 milliards de dollars. Le coût total comprend l’acquisition d’armement, l’entraînement, la maintenance et les coûts des opérations sur une période de 30 ans. Après la publication de ce rapport, le gouvernement conservateur a déclaré vouloir recommencer le processus d'achat en évaluant des avions sans lancer un appel d'offres international[54].

Coûts du programme[modifier | modifier le code]

Cout annuel du programme entre 1994 et 2014.

Alors qu'à l'origine, le JSF devait être un appareil à bas prix, au même niveau que le F-16, ses prévisions de budget ont augmenté d'année en année, faisant du programme le plus onéreux programme d'avion militaire de l'histoire. Au mois de mars 2008, le Government Accountability Office estime que le développement, l'acquisition, la maintenance et l'utilisation des 2 443 avions prévus dans les forces armées des États-Unis coûtera aux alentours de 950 milliards de dollars américains[55], soit une hausse de 38 milliards par rapport aux mêmes prévisions de 2007.

En février 2009, le secrétaire à la Défense Robert Gates a décidé de retenir à Lockheed Martin un paiement de 614 millions de dollars américains car les performances lors des essais du F-35 ne correspondent pas au cahier des charges. Gen Heinz, le responsable du programme militaire, a été renvoyé, et l'ensemble du projet pourrait être sur le point de déclencher une révision du programme Nunn-McCurdy, en raison de dépassements de coûts[56].

Entre 1994 et 2014, le programme a coûté 87,5 milliards de dollars valeur 2013 dont 46,2 milliards pour la R&D, 39,5 milliards pour l'achat des appareils et 1,8 milliards de pièces détachés.

En avril 2012, les services du secrétaire américain à la Défense publient une nouvelle estimation du coût global du programme (développement, construction, exploitation, modernisation et maintenance) sur une période de 55 ans à 1550 milliards de dollars américains. Cette estimation reste basée sur une vente de 2 443 avions pour les forces armées des États-Unis[57]

Spécifications[modifier | modifier le code]

F-35A
F-35B
F-35C

Initialement constitué d'une pièce d'un seul tenant, la partie supérieure de l'aile a été finalement décomposée en sept pièces différentes afin de faciliter la construction. La signature radar a été réduite grâce aux angles et à la forme de la structure, assez semblable à celle du F-22 Raptor.

L'armement sera emporté dans des soutes disposées sous le fuselage afin d'assurer la furtivité de l'appareil, mais des charges externes pourront également être emportées. Les F-35A et C disposent de 2 soutes principales permettant d'emporter 907 kg de charge chacune et de 2 soutes secondaires pour un missile AIM-120 AMRAAM. Le F-35B ne pourra emporter que 454 kg de charge dans ses deux soutes principales. La capacité d'emport externe atteint 9 tonnes réparties sur sept pylônes.

Le F-35 sera équipé des systèmes suivants :

  • radar à antenne électronique active AN/APG-81 (issu du AN/APG-77 du F-22 Raptor) avec des modes air-air, suivi de terrain, détection de mobiles terrestres, écoute passive et des capacités de brouillage;
  • brouilleur Sanders/ITT ALQ-214;
  • AN/AAQ-37 Distributed Aperture System, comprenant 6 détecteurs infrarouges répartis en différents points de façon à fournir une vision à 360° autour de l'avion;
  • Electro-Optical Sensor System (EOSS), système de localisation et désignation comprenant un FLIR, une caméra TV et un système Laser (télémétrie, désignation de cible).

Le tableau de bord se compose principalement de 2 écrans LCD couleurs de 20 x 25 cm. Leur surface est tactile, ce qui supprime le besoin de boutons de sélection. Le traditionnel viseur tête haute est supprimé, les informations étant projetées directement sur la visière du casque du pilote.

Le rayon d'action avec la pleine charge en armement et en carburant qui était originellement estimé à 1 280 km pour la version F-35A a été plusieurs fois révisé à la baisse, il n'est plus que de 1 080 km (et seulement 869 km pour le F35B et 1 138 km pour le F-35C), soit moins que le cahier des charges qui requiert 1 091 km pour la version F-35A. Les dernières dégradations du rayon d'action sont de 19,3 km pour des problèmes de refroidissement du moteur Pratt & Whitney F135, 16,1 km pour une mauvaise estimation de la capacité d'emport en carburant, et 6,1 km à la suite de l'augmentation du poids du système de visée optique[58].

Piratage informatique[modifier | modifier le code]

Le 21 avril 2009, le Wall Street Journal révélait que des hackers avaient pénétré dans les réseaux protégés de l'administration américaine et avaient réussi à dérober des centaines de téraoctets d'informations confidentielles portant sur le F-35. Cette information a fait l'effet d'une bombe dans la presse ainsi que dans la blogosphère spécialisée. Selon les premières informations circulant alors, les hackers seraient d'origine chinoise, et bien que les autorités le démentent formellement, ceci serait en rapport avec les cyberattaques permanentes dont seraient victimes les infrastructures américaines, et, au-delà d'elles, celles des principaux alliés occidentaux, depuis le début du XXIe siècle. Les informations portaient sur les systèmes électroniques du chasseur, sur son informatique embarquée et ses systèmes de furtivité. Pour cette raison, le programme serait menacé dans ses fondements, puisque, disposant des informations adéquates, les contre-mesures seraient d'autant plus simples à mettre en œuvre[59],[60],[61].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Cet avion est apparu au cinéma dans les films :

Cet avion apparait aussi dans les jeux vidéo :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Aldo Borgu, A big deal : Australia's future air combat capability, Barton, A.C.T, Australian Strategic Policy Institute,‎ 2004 (ISBN 1-920-72225-4).
  • (en) Bill Gunston, Yakovlev aircraft since 1924, Annapolis, Md, Naval Institute Press,‎ 1997 (ISBN 1-557-50978-6).
  • (en) Gerard Keijsper, Lockheed F-35 Joint Strike Fighter : design and development of the international aircraft, Barnsley, Pen & Sword Aviation,‎ 2007 (ISBN 978-1-844-15631-3).
  • Kopp, Carlo and Peter Goon. "Joint Strike Fighter." Air Power Australia. Consulté le 15 juillet 2007.
  • Lake, Jon. "The West's Great Hope". AirForces Monthly, December 2010.
  • (en) Norman Polmar, The Naval Institute guide to the ships and aircraft of the U.S. fleet, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press,‎ 2005 (ISBN 978-1-591-14685-8, lire en ligne).
  • (en) Mike Spick, The illustrated directory of fighters, London, Salamander,‎ 2002 (ISBN 1-840-65384-1).
  • (en) Jim Winchester, Concept aircraft : prototypes, X-planes, and experimental aircraft, San Diego, Calif, Thunder Bay Press,‎ 2005 (ISBN 1-592-23480-1).
  • Magazine Air Fan de mars 2007 (n°340), avril 2007 (n°341) et septembre 2010 (n°382)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « F-35 : un programme sous le feu de la contestation », Air et Cosmos, no 2144,‎ 24 octobre 2008, p. 14-16 (ISSN 1240-3113)
  2. (en) Amy Butler, « Pentagon Recertifies JSF, Cost Increases », Aviation Week (aviationweek.com) © The McGraw-Hill Companies, Inc.,‎ 3 juin 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  3. http://prospectjournal.ucsd.edu/blog/index.php/f-35b-unit-costs-hits-300-million/
  4. a, b et c http://www.outsidethebeltway.com/f-35-costs-182-million-to-299-million-per-plane/
  5. http://www.aviationweek.com/Article.aspx?id=/article-xml/awx_07_30_2013_p0-602401.xml
  6. « 100th F-35 On Lockheed Martin’s Production Line », Lockheed Martin,‎ 30janvier 2013 (consulté le 23 mars 2013)
  7. a et b « Le Monde: Le fleuron de l'aviation américaine cloué au sol »
  8. « HuffPostCanada: Air Force's F35 recommendation based on incomplete data »
  9. « Rabble.ca »
  10. « National Post - F35 funds frozen »
  11. (en) « Joint Advanced Strike Technology (JAST) Contracts Announced », U.S. Department of Defense,‎ 22 décembre 1994 (consulté le 20 mars 2011).
  12. (en) « Memorandum of Agreement Signed on JAST », département de la Défense des États-Unis,‎ 20 décembre 1995 (consulté le 20 mars 2011).
  13. « En bref », Air et Cosmos, no 2104,‎ 14 décembre 2007, p. 31 (ISSN 1240-3113).
  14. a, b, c et d MOD announces change of Joint Striker Fighter jet, 10 mai 2012
  15. [PDF](en) F-35 Joint Strike Fighter Concurrency Quick Look Review 29 novembre 2011, département de la Défense des États-Unis,‎ 29 novembre 2011 (lire en ligne), A-9
  16. (en) "F-35C Tailhook Design Blamed for Landing Issues." Defense News, 17 January 2012.
  17. http://sphotos-d.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/423667_10151183325954040_356021738_n.jpg
  18. (en) « Rolls-Royce signs $131 million F-35 STOVL Liftsystem contract », sur rolls-royce.com, Rolls-Royce,‎ 15 décembre 2008 (consulté le 20 mars 2011).
  19. Europe Agenda 2010, 14 décembre 2011 "Comment coopérer de façon efficace ? Les exemples Rafale vs Eurofighter, et nEUROn"
  20. a et b « Armement : Ottawa achète 65 F-35 », SRC (www.radio-canada.ca),‎ 16 juillet 2010 (consulté le 20 mars 2011). [ Achat des F-35], Radio-Canada, 16 juillet 2010.
  21. (en) Mark Collins, « Canadian Government has no idea what the F-35 will cost… », Canadian Defence and Foreign Affairs Institute (www.cdfai.org),‎ 2 décembre 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  22. (en) Dave Pugliese, « F-35 Joint Strike Fighter Costs Now at About $ 92 Million », Ottawa Citizen (communities.canada.com/ottawacitizen),‎ 2 décembre 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  23. « Le chasseur de la nouvelle génération au Canada : l’avion d’attaque interarmées F-35 Lightning II », Défense nationale et les Forces canadiennes (www.forces.gc.ca),‎ 16 juillet 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  24. a et b « Pays-Bas : report de la décision sur les F-35 », Défense et Sécurité internationale no 49, p. 16,‎ juin 2009 (ISSN 1772-788X)
  25. « « Israël en passe d'acheter une vingtaine de F-35 à l'américain Lockheed Martin » », les Échos no 20741, p. 13,‎ 16 août 2010 (lire en ligne).
  26. « Le Japon sélectionne le F-35 »,‎ 16 décembre 2011
  27. (en) Michael Smith, « Navy surrenders one new aircraft carrier in budget battle », The Times,‎ 25 octobre 2009 (lire en ligne).
  28. (en) « MPs warn over US fighter jet deal », BBC News (news.bbc.co.uk),‎ 8 décembre 2006 (consulté le 20 mars 2011).
  29. (en) John Pike, « F-35B Joint Strike Fighter (JSF) », GlobalSecurity.org (www.globalsecurity.org),‎ 7 février 2011 (consulté le 20 mars 2011).
  30. (en) [PDF] « Securing Britain in an Age of Uncertainty: The Strategic Defence and Security Review (Presented to Parliament by the Prime Minister) », Gouvernement britannique,‎ octobre 2010 (consulté le 21 octobre 2010).
  31. Jean Guisnel, « Grande-Bretagne : la Défense au régime sec », Le Télégramme,‎ 20 octobre 2010 (consulté le 20 mars 2011)
  32. (it) Servizio Studi - Dipartimento difesa, « Programma pluriennale di A/R n. SMD 02/2009, relativo all’acquisizione del sistema d’arma Joint Strike Fighter e realizzazione dell’associata linea FACO/MRO&U nazionale », Camera dei deputati (documenti.camera.it),‎ 24 mars 2009 (consulté le 20 mars 2011).
  33. (fr) Reuters, « L'Italie réduit de 30 % sa commande de chasseurs F-35 », Les Échos,‎ 15 février 2012 (consulté le 15 février 2012).
  34. (en) Warwick, Graham, « Netherlands decides to join JSF evaluation team », Flightglobal (flightglobal.com),‎ 12 mars 2008 (consulté le 20 mars 2011).
  35. (en) {{Lien web Les Pays-Bas on reçu leur premier f-35A Lightning II le 18 décembre 2013. | url = http://www.defenseindustrydaily.com/f-35-jsf-hit-by-serious-design-problems-04311/ | titre = F-35 JSF Hit by Serious Design Problems | auteur = Johan Boeder | date = 3 décembre 2007 | éditeur = Defense Industry Daily (defenseindustrydaily.com) | consulté le = 20 mars 2011 }}.
  36. (nl) « JSF pakt duurder uit dan gepland », NU.nl,‎ 29 février 2008 (consulté le 20 mars 2011).
    (en) TRANSLATION: "JSF is more expensive than expected", google.com. Retrieved: 20 March 2010.
  37. (en) Alan S. Williams, Reinventing Canadian Defence Procurement: A View From the Inside. Kingston, Ontario, Canada: Breakout Education Network, Queen's University, 2006. (ISBN 0-9781693-0-1)
  38. (en) David Pugliese, « Canadian Air Force Needs Competition on Next Generation Fighter Next Year at the Latest », Ottawa Citizen (communities.canada.com/ottawacitizen),‎ 3 novembre 2009 (consulté le 20 mars 2011).
  39. Alec Castonguay, « Le Canada veut remplacer ses CF-18 : une facture de quatre milliards au bas mot », Le Devoir (ledevoir.com),‎ 11 novembre 2009 (consulté le 20 mars 2011).
  40. Alec Castonguay, « Avions de chasse : l'armée a fait son choix », Le Devoir (ledevoir.com),‎ 7 juin 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  41. « Canada : Eric Trappier croit au Rafale »
  42. Hugo de Grandpré, « Roméo Dallaire aime le F-35 acheté par le gouvernement », La Presse (Montréal) (www.cyberpresse.ca),‎ 21 juillet 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  43. Justin Massie et Philippe Lagassé, « Pourquoi le F-35 ? », La Presse (Montréal) (www.cyberpresse.ca),‎ 4 août 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  44. Alec Castonguay, « F-35 : la note risque d'être trop salée », Le Devoir (ledevoir.com),‎ 8 octobre 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  45. Normand Rhéaume, « Le Canada n'a pas besoin des F-35 », LCN,‎ 14 octobre 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  46. Alec Castonguay, « F-35 : les conservateurs ont négligé la concurrence », Le Devoir (ledevoir.com),‎ 4 novembre 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  47. « Achat de chasseurs F-35 : Ottawa n'a pas « magasiné » », SRC (www.radio-canada.ca),‎ 4 novembre 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  48. Alec Castonguay, « F-35 : les coûts pourraient gonfler », Le Devoir (ledevoir.com),‎ 4 décembre 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  49. Alec Castonguay, « Deux lacunes pour les F-35 canadiens : Le ravitaillement en vol et l'atterrissage dans le Grand Nord posent problème », Le Devoir (ledevoir.com),‎ 1er février 2011 (consulté le 20 mars 2011).
  50. Alec Castonguay, « En bref - F-35: l'entretien pourrait coûter plus cher », Le Devoir (ledevoir.com),‎ 1er avril 2011 (consulté le 26 avril 2011).
  51. « F-35s to cost more than forecast: DND » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), CBC (CBC.ca), 26 avril 2011. Consulté le 26 avril 2011.
  52. Murray Brewster, « New stealth fighters lack ability to communicate from Canada’s north », The Globe and Mail,‎ 24 octobre 2011 (consulté le 24 octobre 2011)
  53. Murray Brewster, « Problème de communications pour les F-35 canadiens dans l'Arctique », Radio-Canada,‎ 24 octobre 2011 (consulté le 24 octobre 2011)
  54. Marc Godbout, « Contrat des F-35 : Ottawa fait « table rase » », Radio-Canada,‎ 12 décembre 2012 (consulté le 13 octobre 2012)
  55. (en) [PDF] Michael Sullivan, « Joint Strike Fighter: Impact of Recent Decisions on Program Risks (Testimony before the Subcommittees on Air and Land Forces, and Seapower and Expeditionary Forces, Committee on Armed Services, House of Representatives) », United States Government Accountability Office,‎ 11 mars 2008 (consulté le 20 mars 2011).
  56. (en) Ian Allan, « F-35 money withheld », Aviation Ian Allan Publishing (aviation.ianallanpublishing.com),‎ 23 février 2010 (consulté le 20 mars 2011).
  57. « Bataille de chiffres autour du coût du programme F-35 », Groupe Le Télégramme,‎ 12 avril 2012 (consulté le 17 avril 2012).
  58. (en) Stephen Trimble, « F-35A may need mods to fix range shortfall », sur www.Flightglobal.com,‎ 12 mai 2011 (consulté le 15 mai 2011)
  59. (en) Siobhan Gorman, August Cole et Yochi Dreazen, « Computer Spies Breach Fighter-Jet Project », The Wall Street Journal,‎ 21 avril 2009 (lire en ligne).
  60. (en) Mark Dodd, « Chinese hackers steal JSF secrets », The Australian,‎ 22 avril 2009 (lire en ligne).
  61. (en) Jon Stokes, « Chinese hackers nick Joint Strike Fighter plans », Ars Technica,‎ 21 avril 2009 (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Liens externes[modifier | modifier le code]