Lockheed X-17

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lockheed X-17
Image illustrative de l'article Lockheed X-17
Un X-17 sur son bâti de transport.
Présentation
Fonction Fusée de recherche sur la rentrée atmosphérique
Constructeur Lockheed
Caractéristiques
Moteur 1er étage : 1 Propulseur à propergol solide Thiokol XM-20 Sergeant (213 kN de poussée)
2e étage : 3 Propulseurs à propergol solide Thiokol XM-19 Recruit (150 kN de poussée unitaire)
3e étage : 1 Propulseur à propergol solide Thiokol XM-19E1 Recruit (160 kN de poussée)
Masse au lancement 5400 kg
Longueur 12,33 m
Diamètre 1er étage : 79 cm
2e étage : 43 cm
3e étage : 24,7 cm
Envergure 2,31 m
Vitesse Mach 14,5
Portée 217 km
Altitude de croisière 480 000 m

Le X-17 est une fusée expérimentale développée par Lockheed dans les années 1950 dans le cadre du programme de missile balistique intercontinental américain pour récolter des données sur les effets aérodynamiques et thermodynamiques de la rentrée atmosphérique.

L'appareil est aussi utilisé comme vecteur nucléaire en 1958 dans le cadre de l'opération Argus[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Un X-17 sur sa plateforme de lancement.

Le X-17 est une fusée à trois étages :

Lors du lancement le premier étage est allumé et propulse l'appareil durant 28 secondes, après son arrêt, la fusée suit une trajectoire balistique lui permettant d'atteindre l'altitude de 150 km. L'appareil est ensuite mis en piqué à un angle défini par l'angle de rentrée souhaitée. Arrivé à une altitude comprise entre 27 000 et 21 000 m, le premier étage est largué et le second étage est allumé durant quelques secondes, immédiatement suivi par le troisième étage. Lors de l'extinction du dernier étage, le X-14 vole à une vitesse allant de Mach 11 à Mach 14,5, en fonction de l'angle de rentrée choisi[2].

Historique du programme[modifier | modifier le code]

En janvier 1955, dans le cadre de son programme de missile balistique intercontinental, l'USAF signe un contrat avec Lockheed pour le développement et la fabrication d'une série de fusées expérimentales en vue de tester les véhicules de rentrée protégeant les ogives nucléaires lors de la phase de rentrée atmosphérique.

Les ingénieurs de Lockheed développent une fusée à trois étages capable d'atteindre une altitude de 150 km et des vitesse de rentrée comprises entre Mach 11 et Mach 14,5. Trois maquettes à l'échelle 1:4 sont lancées afin de valider l'aérodynamique générale de l'appareil suivies, en juin et juillet 1955, par trois nouvelles maquettes à l'échelle 1:2 puis par six véhicules de développement taille réelle d'août 1955 à mars 1956. Après quelques modifications permettant de régler des problèmes rencontrés sur les deuxième et troisième étages la version finale du X-17 est lancée pour la première fois en avril 1956. 25 autres lancements sont effectués jusqu'à mars 1957 permettant de remplir les objectifs du programme en testant plusieurs types de cônes lors de rentrées atmosphérique à très grandes vitesse.

En 1958, sept X-17 supplémentaires sont produits dans le cadre de l'opération Argus ayant pour but de mesurer les effets d'une explosion nucléaire extra-atmosphérique. Lors de ces essais, les trois étages étaient mis à feu les uns à la suite des autres afin d'atteindre une altitude maximale de 480 km. Quatre lancements sans charge nucléaire sont effectués, suivis de trois lancements de X-17 emportant des ogives W25 d'une puissance nominale de 1,7 kilotonne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Carey Sublette, « Operation Argus tests », Nuclear Weapon Archive,‎ 20 September 1997 (consulté le 11 janvier 2008)
  2. (en)E. Emme, ed., Aeronautics and Astronautics, 1915-1960, p. 85.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Lockheed X-17 » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]