Paveway

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
GBU-24 de 1 164 kg.

Paveway est une marque déposée de Raytheon pour les bombes guidées laser (BGL ou LGB en anglais) ainsi que pour les matériels et services qui y sont liés. Ce terme peut être également utilisé par Lockheed Martin pour des produits spécifiques fabriqués sous licence[1][2] de Raytheon.

Ces bombes constituent une grande partie de l'armement air-sol des forces aériennes des Etats-Unis et ont été largement exportées.

Le mot PAVE est parfois utilisé comme un acronyme pour "Equipement embarqué de guidage de précision" (en anglais : Precision Avioniques Vectoring Equipment). Cela peut concerner le guidage d'un avion, mais le guidage laser est également une des formes de "Pave".

La famille des munitions guidées laser "Paveway" fait partie des munitions dites "intelligentes" qui permettent de ne tirer qu'une munition adaptée par objectif, réduisant par-là les dommages collatéraux (contrairement aux tapis de bombes de la deuxième guerre mondiale).

Histoire et principe[modifier | modifier le code]

Schéma d'une GBU-16.

La famille Paveway de bombes guidées laser a été développée à partir des années 1964 par Texas Instrument pour la guerre du Vietnam. Un pont, petit objectif très bien défendu, avait fait l'objet de multiples tentatives de bombardement classique entrainant de nombreuses pertes sans atteindre l'objectif, alors que le premier largage d'une bombe guidée fut une réussite[3].

Ces premiers succès ont été à l'origine d'une famille d'armements modulaires permettant une plus grande souplesse dans l'emploi, tout en optimisant la ressource et la logistique. Sur un corps de bombe balistique classique, on rajoute un "kit" constitué : d'une partie avant qui regroupe un détecteur laser, un calculateur et des gouvernes de guidage et qui peut s'adapter à toutes sortes de bombe, de 125 kg jusqu'à plusieurs tonnes ; et d'un stabilisateur arrière particularisé à chaque type de munition.

Des améliorations ont vu le jour par la suite : guidage GPS dit "dual mode" (permettant de s'affranchir de la météo et de larguer en un seul passage plusieurs bombes sur des objectifs différents) ; possibilité de fixer une hauteur d'explosion ou proximétrie (ce qui améliore l'effet militaire tout en minimisant les dégâts collatéraux) ; augmentation de la portée (en augmentant la taille du stabilisateur arrière), ou encore remplacement du détecteur laser par un détecteur laser semi-actif numérique à champs de vision plus large. Cette modularité permet d'augmenter très sensiblement l'efficacité militaire à un prix contraint.

Pendant la première guerre du Golfe, les 10 % d'armement guidé laser (dont beaucoup de Paveway) ont été à l'origine de la destruction de 70 % des objectifs. Cela met également en valeur la diminution des dégâts collatéraux : moins de munitions et moindre dispersion tout en ciblant les actions contre les objectifs militaires.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

GBU-10 Paveway II[modifier | modifier le code]

GBU-10
  • Mise en service : 1976
  • Poids : 1 162 kg
  • Longueur : 436,88 cm
  • Diamètre : 71,12 cm
  • Charge : Mk-84 de 428,6 kg
  • Rayon d'action : 12,8 km
  • Précision : 9 m

GBU-12 Paveway II[modifier | modifier le code]

GBU-12

Commandée à 1 000 exemplaires par l'armée française en 1999 et 2000.

  • Mise en service : 1976
  • Poids : 227 kg
  • Longueur : 327,66 cm
  • Diamètre : 45,72 cm
  • Charge : Mk-82 87 kg
  • Rayon d'action : 12,8 km
  • Précision : 9 m

GBU-16 Paveway II[modifier | modifier le code]

GBU-16

Commandée à 450 exemplaires par l'armée française en 1999, 2000 et 2001.

  • Mise en service : 1983
  • Poids : 499 kg
  • Charge : Mk-83 204 kg
  • Rayon d'action : 12,8 km
  • Précision : 9 m

GBU-22 Paveway III[modifier | modifier le code]

Version améliorée de la GBU-12 avec remplacement du kit Paveway II par un kit Paveway III. Elle a été développée en même temps que la GBU-24 pour quelques clients export dont l'armée française qui en a commandé 650 exemplaires en 1999 et 2001. La portée est supérieure à 18 km avec un tir à basse altitude et de 30 km avec un tir à haute altitude (10 000 m).

  • Mise en service : 1987
  • Poids : 227 kg
  • Longueur : 327,66 cm
  • Diamètre : 45,72 cm
  • Charge : Mk-82 87 kg
  • Rayon d'action : 30 km
  • Précision : 1 m

GBU-24 Paveway III[modifier | modifier le code]

GBU-24

Commandée en autres à 400 exemplaires par l'armée française en 1999 et 2000.

  • Mise en service : 1987
  • Poids : 1 162 kg
  • Longueur : 436,88 cm
  • Diamètre : 71,12 cm
  • Charge : Mk-84 de 429 kg
  • Rayon d'action : 12,8 km
  • Précision : 1 m

GBU-27 Paveway III[modifier | modifier le code]

GBU-27
  • Mise en service : 1987
  • Poids : 1 162 kg
  • Longueur : 436,88 cm
  • Diamètre : 71,12 cm
  • Charge : Mk-84 de 429 kg
  • Rayon d'action : 12,8 km
  • Précision : 1 m
  • C'est une GBU-24 modifiée pour entrer dans la soute du F-117. Elle est équipée d'un pénétrateur BLU-109.

GBU-28 Penetrator[modifier | modifier le code]

Article détaillé : GBU-28.
Bombe GBU-28 à guidage laser.
  • Mise en service : 1991
  • Poids : 2 132 kg
  • Longueur : 566,42 cm
  • Diamètre : 71,12 cm
  • Charge : 286 kg
  • Rayon d'action : 12,8 km
  • Précision : 1 m

La GBU-28 spéciale est appelée « bunker buster ». Développée en hâte lors de la guerre du Golfe de 1991, la fabrication a débuté le 1er février pour une première livraison le 16 février, le premier essai a lieu le 20 février, la livraison de deux bombes sur le théâtre des opérations le 27 et elles sont larguées le jour même. Son corps est dérivé d’un fût de canon d'artillerie de 8 pouces (203 mm). C’est donc avant tout une grosse masse métallique qui, avec son énergie cinétique, est capable de pénétrer jusqu’à 30 m sous terre ou 6 m de béton avant d’exploser[4].

La charge de la bombe comprend 286 kg (630 lb) d’un explosif puissant ; la nature du reste de la charge est classée secret défense, mais est soupçonnée d’être principalement constituée d’uranium appauvri[5]. Le corps de bombe sans kit de guidage est le pénétrateur BLU-113.

Dotation[modifier | modifier le code]

Inventaire dans l'armée française[modifier | modifier le code]

L'armée française a utilisé largement les Paveway dans les dernières opérations, en particulier : Afghanistan, Libye ou plus récemment Irak. Cet armement est qualifié dans l'Armée de l'Air sur le Rafale et le Mirage 2000, dans la Marine Nationale sur le Rafale et le Super Etendard et l'Atlantique[6]. La palette des "kits" utilisés est assez large et permet d'optimiser les missions. Il est par exemple possible de choisir les Paveway II, peu chère, mais limitée au guidage laser (Objectif d'opportunité ou appuis sol par beau temps) ; mais également l'Enhanced Paveway qui permet le guidage GPS (objectif d'infrastructure, utilisation par mauvais temps) et plus récemment la proximétrie. Il est également possible d'utiliser la Paveway III qui plane beaucoup mieux et permet de moins exposer les aéronefs. Bien entendu la puissance de la bombe est adaptée en fonction de l'objectif à détruire.

Des développements sont en cours pour étudier les évolutions futures et rester à la pointe de la technologie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jugement rendu le 22 septembre 2014 - http://www.law360.com/articles/579498/raytheon-lockheed-end-ip-war-over-paveway-bombs
  2. « Office de l'Harmonisation dans le marché intérieur », sur https://oami.europa.eu/ohimportal/fr/home
  3. « Naissance des bombes intelligentes »
  4. (en) Dr Carlo Kopp, « The GBU-28 Bunker Buster », sur http://www.ausairpower.net, Australian Aviation,‎ (consulté le 16 avril 2010)
  5. « BBC NEWS - Americas - Factfile: Bunker buster bombs », BBC News,‎ (consulté le 21 mars 2011) : « The warhead includes more than 600 lb (272 kg) of high explosive - the rest is believed to be dense depleted uranium »
  6. « Breguet Atlantique », sur Wikipedia

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]