Drone de combat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drone (homonymie).
Predator[1] tirant un missile Hellfire.

Un drone de combat (en anglais UCAV : Unmanned Combat Air Vehicle) est un type particulier de drone (en anglais UAV : Unmanned Air Vehicle). Il est équipé de matériel d'observation et/ou d'armements divers.

Organisation d'une mission[modifier | modifier le code]

L'US Air Force est actuellement et de très loin le premier utilisateur mondial de drones de combat, principalement ceux de la famille Predator.

En juin 2010, 108 drones de ces types effectuent en permanence 42 patrouilles aériennes au-dessus des zones de conflit en Afghanistan et Irak. À la fin de l'année 2010, ils en feront 50 et 65 en 2013. Avec 3 drones pour chaque patrouille, un qui survole la zone en altitude, un qui s'en approche et un qui doit rentrer à la base pour entretien.

Au sol, à la Creech Air Force Base situé dans le Nevada, chaque patrouille mobilise 43 personnes effectuant les 3 × 8. Il faut, entre autres personnels, sept pilotes, sept opérateurs système et cinq coordinateurs de mission. Chaque équipe est appuyée lors des attaques aériennes américaines au Pakistan par une unité de renseignement de la Special Activities Division basée au siège de la Central Intelligence Agency, à Langley, en Virginie. Chaque unité de la CIA comprend, pour chaque patrouille, 66 personnes, dont 34 opérateurs caméra et 18 spécialistes du renseignement[2].

On annonce que l'US Air Force a formé 350 opérateurs de drones en 2011 contre 250 pilotes d'avions de combat[3].

Prise en compte des lois de la guerre[modifier | modifier le code]

La plupart des pays respectent les lois de la guerre (telles que les Conventions de Genève). Ces lois définissent la conduite à tenir en cas de guerre et précisent ce qu'est un combattant. Leur objectif est de limiter les dommages collatéraux avec une bonne identification des cibles. Ainsi que de bien différencier combattants et non-combattants. Dans ce cadre, l'usage d'armements totalement automatisés est problématique, car il n'est pas possible de trouver une personne responsable. Dans tous les cas, l'ouverture du feu doit être autorisée par un contrôleur humain. Selon les lois de la guerre, ce contrôleur sera considéré comme un combattant, même s'il s'agit d'une personne civile, ce que permet la technologie. Il est donc préférable que ce contrôleur appartienne à l'armée qui comprend et accepte son rôle et les risques correspondants[4].

Principaux modèles[modifier | modifier le code]

Projet Joint Unmanned Combat Air Systems (J-UCAS)[modifier | modifier le code]

Prototype de drone de combat Boeing X-45
Article détaillé : Joint Unmanned Combat Air Systems.


USAF Hunter-Killer[modifier | modifier le code]

Ce programme non officiel de l'US Air Force qui vise à développer un drone de combat de bombardement tactique à long rayon d'action a été révélé par Aviation Week Magazine en septembre 2004 [5]. Il est parfois appelé Long Range Strike[6].

Les cinq candidats étaient

  • Scaled Composites : Model 395, version non pilotée du Scaled Composites Proteus
  • Northrop Grumann/Scaled Composites : Model 396, version allégée du Global Hawk
  • General Atomics : MQ-9 Reaper (une nouvelle version du RQ-1 Predator)
  • Aurora Flight Sciences/Israel Aircraft Industries : Eagle/Heron 2
  • Lockheed Martin : Minion

C'est le MQ-9 Reaper qui a obtenu le marché qui serait de 60 appareils.

EADS Barracuda sur la base allemande de Manching

EADS Barracuda[modifier | modifier le code]

Article détaillé : EADS Barracuda.

C'est un drone furtif civil ou de combat européen.

Dassault nEUROn[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dassault nEUROn.

C'est un prototype de drone de combat furtif.

Sagem Sperwer B (non armé sur cette photo)

Sagem Défense Sécurité Sperwer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sperwer.

Le Sagem Sperwer B est un drone tactique. Il peut emporter deux missiles Rafael-made Spike LR missile pendant 12 heures, voire 20 heures sur une distance de 200 km.

BAE Taranis

BAe Systems Taranis[modifier | modifier le code]

Taranis est un prototype britannique de drone de combat furtif. Il doit pouvoir emporter une gamme d'armements variés et réaliser sa mission de façon très autonome.

Elbit Hermes 450

Elbit Systems Hermes 450[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hermes 450.

L'armée de l'air israélienne a transformé des drones Hermes 450 pour les équiper de missiles pour la surveillance et la destruction des sites de lancement de missiles[7]

Israel Aircraft Industries Eitan (UCAV)[modifier | modifier le code]

L'armée de l'air israélienne développe un drone de combat à long rayon d'action appelé Eitan. Il a une envergure de 26 mètres et un poids au décollage de 4 tonnes. Il est développé par la société nationale Israel Aircraft Industries. Il est capable de décoller et d'atterrir seul. Ses missions sont la reconnaissance et la destruction de lanceurs de missiles.

TAI Anka-A, Anka-B[modifier | modifier le code]

Article détaillé : TAI Anka.

TAI (Turkish aerospace industries) développe un drone de combat pour la l'armée de l'air turque, le Anka-A sera un drone de surveillance, ce drone évoluera en Anka-B qui sera la version armée du Anka-A. Le drone devrait rentrer en service en cours de l'année 2011. L'autonomie de ce drone sera de 24 heures.

Autres programmes[modifier | modifier le code]

Denel Aerospace Systems Bateleur

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :