Die Hard 4 : Retour en enfer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Die Hard 4 : Retour en enfer

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Les acteurs Bruce Willis et Justin Long et le réalisateur Len Wiseman sur le tournage du film, en septembre 2006

Titre québécois Vis libre ou crève
Titre original Live Free or Die Hard
Réalisation Len Wiseman
Scénario Mark Bomback
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Cheyenne Enterprises
Dune Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Sortie 2007
Durée 129 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Die Hard 4 : Retour en enfer ou Vis libre ou crève au Québec (Live Free or Die Hard[1]) est un film d'action américain réalisé par Len Wiseman, sorti le 4 juillet 2007. C'est le quatrième volet de la saga Die Hard.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Des hackers s'attaquent aux différentes infrastructures des États-Unis dans le but d'entamer une liquidation des biens américains. L'attaque débute par la coupure des communications et le piratage du système informatique du FBI. Les cybercriminels s'en prennent ensuite aux marchés boursiers, et pour finir, ils sabotent les installations électriques et de gaz.

Mais ces attaques terroristes ne sont en réalité qu'un leurre destiné à masquer les véritables intentions des hackers (ce qui n'est pas sans rappeler l'intrigue du précédent volet de la saga). Malheureusement pour eux, leur plan savamment orchestré sera chamboulé par l'intervention impromptue du lieutenant de police John McClane, escorté cette fois de Matt Farrell, le jeune hacker (et cryptographe) qu'il a été chargé d'arrêter…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués : William Wisher Jr., Arnold Rifkin[2]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1990, un projet de scénario d'un éventuel Die Hard 4 sous le titre provisoire Man Of War. John McClane se retrouve embarqué dans la jungle amazonienne avec des collègues policiers et des soldats. Mais l'idée fut abandonnée lors de l'avènement du projet d'Antoine Fuqua, Les Larmes du Soleil, dans lequel Bruce Willis est un militaire américain au Nigeria[4].

Le réalisateur français Florent Emilio Siri, avec lequel Bruce Willis avait tourné Otage, avait été un temps pressenti pour la réalisation du film[5]. Bien qu'impliqué depuis le début du projet, Bruce Willis a été convaincu après le choix de Len Wiseman à la réalisation : « en voyant le thriller de Len, Underworld 2 : Évolution, j'avais été impressionné par la singularité de sa vision. Je suis complètement entré dans son film, j'ai littéralement été entraîné dedans. Le film ne se perdait jamais, c'était maîtrisé de bout en bout. Je sentais que Len pourrait apporter énormément à un nouveau Die Hard »[5].

Casting[modifier | modifier le code]

Alors que le scénario n'est pas finalisé, les rôles des deux enfants de John McLane apparaissent dans l'histoire. Justin Timberlake et Jessica Simpson étaient envisagés pour être respectivement John « Jack » McLane Junior et Lucy McLane[5]. Finalement, le fils n'apparait pas dans ce film et le rôle féminin est tenu par Mary Elizabeth Winstead. Britney Spears a également auditionné pour le rôle[6].

Scott Speedman était le premier choix de Len Wiseman pour le rôle de Matt Farrell. Quant à Bruce Willis, il voulait Ben Affleck[5]. Alors que Kal Penn et Brad Renfro ont passé des auditions, Justin Long est finalement engagé.

Pour le rôle des méchants, Thomas Gabriel et son sbire Rand, Jeffrey Wright et Tony Jaa ont été respectivement pressentis pour les rôles[5]. Thomas Gabriel est finalement incarné par Timothy Olyphant, alors que l'acteur-cascadeur français Cyril Raffaelli interprète Rand.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a débute le 30 septembre 2006[5]. Le mercredi 24 janvier 2007 à Los Angeles, Bruce Willis a reçu un coup à la tête alors qu'il tournait une des scènes de combat du film. L'acteur s'en est apparemment sorti avec une entaille au-dessus de l'œil droit. Il était de nouveau au travail dès le lendemain matin[5].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office Nbre de sem. Classement TLT[7] Date
Monde Mondial 383 277 179 USD - 101e au total
Drapeau des États-Unis États-Unis[8] / Drapeau du Canada Canada 134 529 403 USD - 205e au total
Drapeau de la France France[8] 2 252 199 entrées 9 sem. 15e (2007) au 04/09/07
Drapeau de la Suisse Suisse[9] 258 455 entrées - 183e au total

Commentaires[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • L'avion de chasse visible dans une scène de poursuite sur l'autoroute est un Lockheed F-35 Lightning II.
  • Le film a été officiellement projeté[Où ?] la première fois le 4 juillet, jour anniversaire de l'indépendance des États-Unis
  • Pour la première fois John McLane utilise une arme différente de celle qu'il possède dans les précédents volets. Si dans les trois autres films on pouvait le voir avec un Beretta 92F, son arme de service dans le film est un Sig-Sauer P220R de calibre .45, puis un Beretta Px4 Storm 9mm après la perte de son Sig dans la centrale électrique.

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

  • Lorsque John McClane rencontre l'agent Johnson et que ce dernier se présente, McClane répond « Johnson, encore ? ». Dans Piège de cristal, deux agents fédéraux se nommaient Johnson[5].
  • Durant le générique d'entrée, lorsque le nom de Kevin Smith apparait à l'écran, le "m" de Smith disparait laissant "Sith" pendant quelques secondes. C'est un clin d’œil à Kevin Smith, grand fan de la saga Star Wars, les Sith étant les ennemis des Jedi[5]. De plus, le personnage du Sorcier, incarné par Kevin Smith, suit la vente d'une figurine de Boba Fett sur un site Internet[5].

Liquidation informatique[modifier | modifier le code]

Vente de feu est la traduction de Fire Sale (en) utilisé dans le film traduit au Québec par « Liquidation informatique ». Le terme est employé dans le film par le personnage de Matt Farell pour désigner le genre d'attaque que le pays est en train de subir.

Une liquidation informatique est une attaque à l'intérieur même des systèmes informatiques du gouvernement (des États-Unis dans ce film). Cette liquidation se fait en trois étapes :

  1. s'introduire dans le système informatique des transports du pays (feux de signalisation, panneaux routiers informatiques)
  2. s'introduire dans les finances du pays et en extraire l'argent (marché boursier, comptes de banque, etc.)
  3. arrêter tous les services publics utilisant l'informatique (satellites téléphoniques, radars, électricité, ressources informatiques et autres technologies utilisables par ou pour le pays)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[10]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • California on Location Awards 2007 : professionnel local de l'année pour Curtis Collins
  • Taurus World Stunt Awards 2008 : meilleur coordinateur des cascades et/ou réalisation de la 2e équipe pour Brad Martin, Brian Smrz et John Branagan

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre original, Live Free or Die, est une référence à la devise nationale de l'État américain du New Hampshire.
  2. a, b et c (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. (en) « Live Free or Die Hard », Box Office Mojo (consulté le 9 juillet 2011)
  4. Dossier (Presque) tout sur Die Hard ! page 3 - AlloCiné
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Secrets de tournage - AlloCiné
  6. Dossier (Presque) tout sur Die Hard ! page 4 - AlloCiné
  7. Tous les temps - All Time
  8. a et b Allociné consulté le 13 mars 2008
  9. ProCinema.ch consulté le 13 mars 2008
  10. (en) Awards - Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]