Facteur de charge (aérodynamique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Facteur de charge.

Le facteur de charge \vec{n} est le rapport entre le poids apparent (le poids tel qu'il est « ressenti » et qui est fonction à la fois de la gravité et des forces d'inerties du porteur) et le poids réel (créé par la gravité). C'est un vecteur dont les composantes sont des nombres sans dimension (donc sans unité), mais généralement on dit qu'elles s'exprime en « g ».

Souvent, lorsque l'on parle de facteur de charge, on ne considère que sa composante verticale nz.

Définition[modifier | modifier le code]

En supposant la masse constante, la relation fondamentale de la dynamique s'écrit : m \vec{\gamma} = \vec{P} + \vec{F_{ext}}

  • m : masse
  • \vec{\gamma} : accélération
  • \vec{P} : poids
  • \vec{F_{ext}} : autres forces extérieures appliquées

On appelle poids apparent la somme du poids et des forces d'inertie : \vec{P} - m \vec{\gamma}

Le facteur de charge est le rapport entre le poids apparent (sous forme vectorielle) et le poids (en norme) :

\vec{n} = \frac{\vec{P} - m \vec{\gamma}}{\| \vec{P} \|}

Étant donné que \vec{P} = m\vec{g}, on obtient :

\vec{n} = \frac{\vec{g} - \vec{\gamma}}{g}

  • \vec{g} est l'accélération de la pesanteur, c'est un vecteur vertical (ses composantes en x et y sont nulles) et il vaut en norme 9,81 m.s-2 (à Paris)

Signification[modifier | modifier le code]

Lorsque l'on subit une accélération, on est soumis verticalement à une force n_z m \vec{g}, à comparer au poids « réel » m \vec{g}.

Donc, si on est soumis à un facteur de charge vertical de 2, on a l'impression de peser deux fois son poids ; on est soumis à une accélération qui vaut 2 g (dont 1 g qui est dû à la gravité).

En aéronautique[modifier | modifier le code]

Cette notion est beaucoup utilisée en aéronautique :

  • sa composante longitudinale nx donne l'équation de propulsion de l'avion (qui mesure la variation d'énergie de l'appareil et donc principalement son accélération ou décélération),
  • sa composante latérale ny donne l'équation d'équilibre latérale de l'avion (en résumé, elle traduit la symétrie du vol, qui est nécessaire à l'efficacité du vol et au confort des passagers),
  • sa composante verticale nz donne l'équation de sustentation de l'avion (qui est représentative de la courbure de la trajectoire de l'appareil).

En vol stabilisé, le facteur de charge vertical est de 1. Lorsqu’un appareil effectue un virage ou sort d’un piqué, le facteur de charge augmente. Par exemple, un avion en virage horizontal symétrique avec un angle de roulis de 60° est soumis à un facteur de charge de 2. Dans ce cas, la structure de l’appareil doit supporter deux fois le poids de l’avion, et le pilote doit augmenter l’angle d’incidence de l’appareil pour produire davantage de portance.

Facteur de charge vertical en virage symétrique[modifier | modifier le code]

Dans le cas d'un virage stabilisé en palier et à dérapage nul, le facteur de charge vertical est donné par la formule n_z = cos (\theta) / cos φ = F_z / mg

Forces aérodynamiques appliquées à un aéronef.

Où :

  • P est le poids (comme toute force, il se mesure en newton, symbole N)
  • n_z est le facteur de charge
  • m est la masse (kg)
  • g est l'accélération de la pesanteur (m/s2)
  • F_z est la portance (N)
  • F_c est la force centrifuge (N)
  • φ est l'angle de gîte (rad)
  • \theta est l'assiette de l'avion (rad)

Ce qui donne les valeurs suivantes (hypothèse \theta = 0) :

Gîte (φ) Facteur de charge
15° 1,02
30° 1,15
45° 1,41
60° 2