Boeing-Bell V-22 Osprey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boeing/Bell V-22 Osprey
{{#if:
Un V-22 au Royal International Air Tattoo de 2012.
Un V-22 au Royal International Air Tattoo de 2012.

Constructeur Drapeau : États-Unis Boeing/Bell
Rôle Avion de transport
Premier vol 19 mars 1989
Mise en service 8 décembre 2005
Date de retrait Toujours en service
Investissement 16 milliards USD
Coût unitaire 75 à 115 millions USD
Équipage
2 pilotes (MV) ou 3 (CV)
Motorisation
Moteur Rolls-Royce AE 1107C-Liberty
Nombre 2
Type turbopropulseurs
Puissance unitaire 6 150 ch
Dimensions
Bell XV-15 line drawing.png
Envergure 25 55 m
Longueur 17 48 m
Hauteur 5 38 m
Masses
À vide 15 032 kg
Avec armement (décollage vertical) 23 860 kg
(décollage court) 24 948 kg
Maximale 27 443 kg
Performances
Vitesse maximale 566 km/h
Plafond 7 925 m
Vitesse ascensionnelle 332 m/min
Rayon d'action 1 627 km

Le Boeing/Bell V-22 Osprey (balbuzard pêcheur) est un appareil de transport hybride américain. Il s'agit du croisement entre un avion de transport militaire et un hélicoptère. Sa formule à rotors basculants lui permet de décoller et atterrir verticalement, comme les hélicoptères de transport lourds qu'il doit remplacer. C'est le premier appareil de ce type et de cette taille à être construit en série, malgré les controverses sur la sécurité soulevées lors de son développement.

Marquant l'aboutissement d'un projet commencé 20 ans plus tôt, la production en série du V-22 Osprey a été lancée fin 2005. Au total, 458 exemplaires sont prévus pour équiper trois composantes de l'armée américaine : l'US Marine Corps, l'US Air Force et l'US Navy. En juin 2010, 108 ont été livrés à l'US Marine Corps et 12 à l'US Air Force. En mars 2014, environ 150 sont en service dans l'USMC, 25 dans l'USAF[1].

Un hélicoptère MV-22B du Marine Medium Tiltrotor Squadron 162 (VMM-162) s'apprêtant à déposer un élément de combat lors d'un exercice mixte (français du 21e RIMa et américains du 2nd Recon Batallion du Corps des Marines) au Camp des Garrigues prés de Nîmes en février 2014.

Conception[modifier | modifier le code]

Un MV-22B les rotors repliés sur un porte-hélicoptères japonais de la classe Hyūga. La complexité des mécanismes permettant de réduire le volume de l'appareil et lui permettant d’être embarqué est une des causes des retards de ce programme.

Au tout début des années 1980, l'US Marine Corps commence à se préoccuper sérieusement de trouver un remplacement à ses hélicoptères de transport CH-46 Sea Knight et CH-53 Sea Stallion. L'administration annonce alors qu'elle ne financera pas le développement d'un nouvel hélicoptère mais que, en échange d'un regroupement des besoins avec l'US Navy et l'US Air Force, elle accepte une solution plus avancée du type ADAV.

Un programme désigné Joint Advanced Vertical Lift Aircraft (JVX) est lancé en 1982, et la responsabilité en est confiée à l'US Navy en décembre de la même année. L'US Marine Corps étant le principal intéressé et devant recevoir le plus grand nombre d'appareils, la version MV-22 qui lui est destinée doit être développée en tant que version de base. De cette version seront dérivés les CV-22 et HV-22, adaptés respectivement à l'US Air Force et l'US Navy.

Un XV-15 lors d'un vol d'essai, en octobre 1980

À l'époque, la compagnie Bell Helicopter a accumulé trente ans de recherches dans le domaine des avions à rotors basculants et fait voler depuis 1977 un avion expérimental désigné XV-15, financé en partie par la NASA et l'armée américaine. Elle est désignée (en 1983) cocontractante de Boeing pour le développement du nouvel appareil, qui doit être un dérivé agrandi du XV-15 capable d'atteindre 463 km/h à 9 100 pieds d'altitude, et de parcourir une distance de 3 378 km. La désignation V-22 Osprey fut choisie en 1985.

Alors que le programme est plusieurs fois menacé d'abandon pour des raisons budgétaires, le premier des six prototypes commence ses essais le 19 mai 1989, en vol vertical et stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal est effectué le 14 septembre de la même année. En décembre 1990, deux prototypes subissent correctement des essais en mer à partir du porte-aéronefs USS Wasp. Cependant, deux accidents successifs interrompent les vols : le 11 juin 1991, un défaut de câblage du système de contrôle de vol entraîne la perte du cinquième prototype et, le 20 juillet 1992, le quatrième prototype est perdu suite à un incendie lié à un défaut dans les nacelles moteurs.

Les vols d'essais reprennent en août 1993, une fois les défauts corrigés sur les quatre prototypes restants. Le premier des quatre MV-22 de présérie est livré en décembre 1996 et fait son vol inaugural le 5 février 1997. Le dernier effectue une nouvelle campagne d'essais en mer en janvier 1999. Les tests d'utilisation opérationnelle sont réalisés d'octobre 1999 à août 2000. L'US Navy annonce alors que le V-22 répond effectivement aux besoins et peut d'ores et déjà être déployé sur des bases terrestres. Un écrasement mortel en Arizona survient le 8 avril 2000, entraînant la mort de 19 Marines. En novembre 2000, le fonctionnement depuis des porte-aéronefs est complètement validé.

Cependant, le 11 décembre 2000, un nouvel accident a lieu : un MV-22 s'écrase en Caroline du Nord durant un vol de nuit, et quatre Marines sont tués. Tous les Osprey sont immédiatement interdits de vol. Au même moment, des lettres anonymes envoyées à la presse révèlent que des rapports de maintenance ont été falsifiés pendant les campagnes d'essais, afin de ne pas compromettre la certification du V-22. Une enquête interne conduira à des sanctions disciplinaires des Marines impliqués[2].

Un V-22 en vol

En novembre 2001, la décision est prise de ralentir la production des appareils de série, le temps de refaire une campagne d'essais complète pour détecter et corriger tous les défauts résiduels. Le Pentagone alloue les fonds nécessaires à la poursuite du programme, d'autant que le contexte post-11 septembre 2001 s'y prête largement. Le retard induit sur le programme est alors estimé à deux ans. L'autorisation de reprendre les vols d'essais est accordée en avril 2002, et c'est le 29 mai qu'un MV-22 décolle à nouveau. Parallèlement, le prototype du CV-22 destiné à l'US Air Force reprend ses vols en septembre 2002, après une brève première campagne d'essais menée deux ans plus tôt.

Vue d'un cockpit de MV-22 Osprey. L'appareil est ici exposé à la base d'Andrews durant la journée portes-ouvertes Joint Open Service House - 2011.

Cette nouvelle campagne de tests est terminée en juin 2005 et, le 28 septembre de la même année, le Pentagone autorise la reprise de la pleine production en série[3]. Le premier CV-22 prenant sa retraite est un appareil d'essai en service de 1999 au 4 novembre 2013[4].

Parmi les caractéristiques techniques, la cabine du MV-22 fait 6,34 m de long pour 1,74 m de large et 1,67 m de haut.

Il semble toutefois que son utilisation sur porte-avions causerait quelques soucis au niveau de la détérioration du pont d'envol due à la chaleur dégagée par les moteurs en configuration verticale aux décollages et aux atterrissages. Cependant, et dans le cadre de la construction de l'interopérabilité des flottes française et américaine, un MV-22 (destiné aux opérations de soutien dans le cadre des débarquements amphibies) a apponté sur le BPC Dixmude, au cours du mois de janvier 2014, au large des côtes de l’Afrique de l’Ouest[5].

Commandes[modifier | modifier le code]

Le V-22 Osprey est, en 2010, commandé à 458 exemplaires : 360 pour l'US Marine Corps, 50 pour l'US Air Force et 48 pour l'US Navy.

Un contrat pluriannuel portant sur 167 exemplaires a été signé en mars 2008. Le budget de la Défense des États-Unis en commande[6] :

  • en 2011, 36 exemplaires pour 2,8336 milliards de dollars (pièces de rechanges, approvisionnement et R&D compris)
  • en 2012, 35 pour 2,7886 milliards de $
  • en 2013, 21 pour 1,9553 milliard de $.

En juin 2013, un nouveau contrat de 4,9 millards de dollars est signé pour la fourniture de 99 exemplaires supplémentaires d'ici 2019[7].

Plusieurs pays ont manifesté un intérêt pour cet avion dont le Royaume-Uni[8] et Israël[9]. En avril 2013 est annoncé qu'un contrat était en cours de signature pour la fourniture de quelques V-22 à Israël[10]; Selon le quotidien israélien Haaretz du 4 novembre 2013, les États-Unis s'apprêtent à fournir six de ces avions d'ici 2015 à l'État hébreu.

Le Ministère japonais de la Défense prévoit d'acheter 17 V-22 Ospreys pour la force terrestre d'autodéfense japonaise selon le plan quinquennal 2014/2019. Le plan de budget pour acheter les Ospreys a été approuvé le 24 décembre 2013[11],[12] .

Engagements[modifier | modifier le code]

En Irak, comparatif des rayons d'engagement de l'hélicoptère CH-46E et du V-22.
Un MV-22 Osprey exposé au grand public durant l'opération Joint Open Service House 2011, au sein de la base d'Andrews près de Washington DC

En avril 2007, le commandant de l'US Marine Corps a annoncé que les premiers MV-22 seraient déployés en Irak à partir du mois de septembre de la même année[13]. Dix appareils sont sur le terrain depuis le 17 septembre 2007[14] au sein du Marine Medium Tiltrotor Squadron 263 (VMM-263), première unité opérationnelle sur cet engin comptant 171 membres, après avoir effectué le voyage depuis les États-Unis sur le USS Wasp (LHD-1).

Depuis, les appareils déployés semblent donner toute satisfaction. Barack Obama fit un parcours à bord d'un de ces V-22 Osprey lors de sa visite en Irak en juillet 2008, alors qu'il était candidat à la présidentielle américaine.

Des V-22 Osprey sont également à l'œuvre en Afghanistan, et tout comme en Irak, leurs capacités semblent particulièrement appréciées des militaires américains, de par la grande autonomie du V-22 combinée à une vitesse de croisière toutes deux nettement plus élevées que celles d'un hélicoptère classique. Le V-22 vole également à plus haute altitude, conférant ainsi une grande sécurité aux missions qui lui sont dévolues.

Un V-22 Osprey aurait aussi été utilisé le 22 mars 2011 durant une opération de sauvetage d'un des deux pilotes américains s'étant écrasés en Libye dans la nuit du 21 au 22 mars 2011, lors de la mise en œuvre de la zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye. Cette opération s'est effectuée à partir du USS Kearsarge (LHD-3), le V-22 Osprey y est retourné sans encombre et le pilote serait en bonne santé.

Il est utilisé lors de l'évacuation de ressortissant étrangers durant la guerre civile au Sud-Soudan en novembre 2013.

Accidents[modifier | modifier le code]

Plusieurs accidents graves[15] ont remis en cause la faisabilité du projet :

  • 11 juin 1991 : le cinquième prototype s'écrase au centre d'essai de Boeing durant une démonstration. Les deux pilotes réussissent à s’éjecter mais l'avion est gravement endommagé.
  • 20 juillet 1992 : le quatrième prototype s'écrase en mer au large de la base des Marines de Quantico. Sept hommes sont tués. La cause de l'accident est un incendie moteur provoqué par un défaut de conception dans les nacelles moteurs.
  • 8 avril 2000 : un MV-22 des Marines s'écrase près de Tucson durant une mission simulée d'évacuation. 19 Marines périssent dans l'accident. Officiellement ce n'est pas l'avion lui-même qui est en cause, l'accident étant dû à une perte de portance due à un taux de descente beaucoup trop élevé.
  • 11 décembre 2000 : un MV-22 des Marines s'écrase en Caroline du Nord durant une mission de nuit. Quatre Marines sont tués. Tous les Osprey sont immédiatement cloués au sol jusqu'à ce qu'on découvre la cause de l'accident, à savoir un défaut hydraulique doublé d’un bug informatique. Au lieu de compenser, le système informatique a aggravé le problème, rendant l'avion incontrôlable.
  • 8 avril 2010 : Un communiqué de l'OTAN révèle qu'un MV-22 s'est écrasé en Afghanistan, suite à un problème technique, provoquant la mort de trois militaires US et d'un civil. Selon les talibans, celui-ci s'est écrasé après avoir été frappé par un de leurs missiles et aurait provoqué la mort de 25 personnes.
  • 11 avril 2012 : un autre appareil s'écrase dans le sud du Maroc au cours d'un exercice militaire, faisant deux morts et deux blessés parmi les soldats américains[16].

Variantes[modifier | modifier le code]

Un MV-22 Osprey de l'US Marine Corps se pose sur l'USS Iwo Jima au large de Norfolk (Virginie) (22 juillet 2008).
Un CV-22 destiné à l'US Air Force.
  • MV-22 : modèle de base prévu à 360 exemplaires pour l'US Marine Corps (Le MV-22 est destiné aux opérations de soutien dans le cadre des débarquements amphibies). Il doit opérer entre les bâtiments amphibies (LHD et LHA) et la côte. Il remplacera les hélicoptères CH-46 Sea Knight et les CH-53 Sea Stallion dans cette mission. Un rapport du think tank Center for Strategic and Budgetary Assessments publié en novembre 2008 recommande de réduire l'acquisition de MV-22 et de développer un nouvel hélicoptère moyen, moins coûteux et plus efficient à moyenne distance[17].
  • CV-22 : variante prévue à 50 exemplaires pour l'US Air Force. Le CV-22 doit réaliser des missions d'insertion/extraction pour l'United States Special Operations Command. Par rapport au MV-22, il est doté d'un système plus sophistiqué de contre-mesures, d'un radar de suivi de terrain, de systèmes de communication spécifiques et d'un réservoir en cabine supplémentaire. Il remplace depuis l'automne 2008 les hélicoptères MH-53J Pave Low mais aussi plusieurs avions de soutien associés (MC-130E Combat Talon et ravitailleur MC-130P Combat Shadow) avec un gain significatif en termes de rayon d'action, de charge utile et de vitesse. Il devra aussi mener des missions de CSAR (Combat Search And Rescue) en remplacement des HH-60G.
  • HV-22 : variante étudié pour l'US Navy à la fin des années 1990. Destiné aux missions de recherche et sauvetage et au soutien logistique des navires de la flotte, il n'a finalement n'a pas été choisi. Ce rôle étant confié en 2001 à une variante du Sikorsky SH-60 Seahawk.
  • SV-22 : autre variante à l'étude de l'US Navy. Il serait destiné aux missions de lutte anti-sous-marine à moyenne et longue distance.
  • UV-22 : variante initialement destinée à l'US Army pour mener des missions de guerre électronique. Les spécifications de l'US Army exigeaient un avion plus gros et plus puissant que celui demandé par les autres armées. Par souci de conserver le même modèle de base, il fut donc abandonné.

Apparitions dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Des Osprey sont visibles dans plusieurs missions du jeu Call of Duty: Modern Warfare 3, ainsi qu'en tant que killstreak dans le mode multijoueur (Largage de Soutien et Mitrailleur D'Osprey).
  • Des Osprey apparaissent dans une mission de la campagne solo de Call of Duty : Ghost
  • Un Osprey est visible dans le jeu Splinter Cell
  • Cet avion apparaît également dans la campagne solo du jeu Battlefield 3, servant aux extractions et aux débarquements d'unités spéciales.
  • De la même façon, des Ospreys introduisent des Marines dans le complexe de Black Mesa dans le jeu Half Life.
  • Dans Arma 2, l'Osprey est un véhicule contrôlable, et notamment utilisé pour le parachutage.
  • L'Osprey est également présent dans le jeu Far Cry où il apporte un groupe de 3 à 5 mercenaires en soutien dans certaines missions.
  • Il apparaît dans la série de jeux vidéo Resistance: Fall of Man , débarquant les soldats américains pour repousser l'invasion de chimères en Angleterre.
  • Il apparaît de manière récurrente dans le jeux vidéo Goldeneye sur Game Cube

Jouet[modifier | modifier le code]

  • L'avion cargo pour les 5-12 ans de LEGO CITY (N°60021) est inspiré de l'Osprey.

Films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Des Marsouins sur Osprey », sur TTU.fr,‎ 21 février 2014 (consulté le 9 mars 2014)
  2. (en) Eight Marines Face Charges From Osprey-Tilt Maintenance Records - WRAL.com, 10 août 2001
  3. (en) V22 Pentagon Clears Full Production For Osprey Aircraft - NAVAIR, 29 septembre 2005
  4. (en) Kentavist P. Brackin, « Air Force's oldest Osprey retires », sur Air Force Special Operations Command,‎ 11 mai 2013 (consulté le 13 décembre 2013)
  5. Un MV-22 Osprey apponte sur le BPC Dixmude, sur le site journal-aviation.com, consulté le 12 février 2014
  6. (en) FY 2012 Program Acquisition Costs by Weapon System, Département de la Défense, 83 p. (lire en ligne)
  7. (en) Boeing, Bell awarded $4.9 billion contract for 99 V-22s
  8. (en) V22 MV-22 Osprey Lands On UK Aircraft Carrier For First Time - NAVAIR, 11 juillet 2007
  9. (en) Israel considers V-22 acquisition - Jane's Air Forces News, 25 janvier 2006 (voir archive)
  10. (en) Hagel to Ink First Foreign V-22 Transport Sale With Israel
  11. « Japan to buy Ospreys, Global Hawks », .stripes.com (consulté le 7 janvier 2014)
  12. « Japan; V-22 Osprey order », dmilt.com (consulté le 7 janvier 2014)
  13. (en) Marines To Deploy V-22 To Iraq - NAVAIR, 16 avril 2007
  14. (en) Site officiel de la VMM-263
  15. (en) V-22 Osprey - GlobalSecurity.org
  16. http://www2.wnct.com/news/2012/apr/12/10/us-embassy-2-marines-killed-morocco-training-ar-2153030/
  17. (en) Dakota L. Wood, « The US Marine Corps: Fleet Marine Forces for the Twenty‐First Century », sur csbaonline.org, Center for Strategic and Budgetary Assessments,‎ 18 novembre 2008 [PDF] (voir archive)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]