Lockheed X-7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lockheed X-7
{{#if:
Le X-7 sans son moteur-fusée
Le X-7 sans son moteur-fusée

Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed
Rôle Avion experimental
Statut Retiré du service
Premier vol 1951
Date de retrait 1960
Équipage
Sans pilote
Motorisation
Moteur Alleghany Ballistics Laboratories X202-C3 et différentes versions du Marquardt MA20
Nombre 2
Type 1 moteur-fusée et 1 statoréacteur
Dimensions
Envergure 3 66 m
Longueur 9 98 m
Hauteur 2 1 m
Masses
Maximale 3 600 kg
Performances
Vitesse maximale 4 640 km/h (Mach 4.31)
Plafond 32 317 m

Le Lockheed X-7, surnommé « Flying Stove Pipe » (« Tuyau de poêle volant ») par les ingénieurs du programme, est un banc d'essai volant sans pilote développé afin d'étudier le concept de statoréacteur et de tester de nouvelles technologies de guidage de missile. L'appareil est aussi utilisé afin de tester les carburants expérimentaux à base de borane HEF-2 et Hi Cal-3 à haut pouvoir calorifique[1],[N 1].

Le X-7 est emporté sous l'aile d'un avion mère B-29 ou B-50 Superfortress[N 2]. Une fois le X-7 largué, le moteur-fusée est allumé pendant une durée d'environ 5 secondes propulsant l'appareil à 1 625 km/h, à cette vitesse le moteur-fusée est largué et le statoréacteur prend le relais[N 3]. À la fin du vol propulsé, un parachute est déployé afin de freiner la descente. La pointe de l'appareil était conçu pour absorber le choc lors de l'atterrissage et lui permettre de se planter dans le sol en attendant d'être récupéré. Il est ensuite reconditionné pour le vol suivant.

Un total de 130 vols ont été effectué d'avril 1951 à juillet 1960. La vitesse maximale atteinte par le X-7 est de Mach 4,31 (4 640 km/h), ce qui représentait à l'époque un record mondial de vitesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les éthylboranes ont un pouvoir calorifique de 60,95 MJ/kg contre 43,15 MJ/kg pour le kérozène standard.
  2. La taille de la dérive du moteur-fusée du X-7 l'empêche d'être monté dans la soute de l'avion porteur, après l'abandon d'un projet de dérive repliable, les ingénieurs conçoivent un pylône d'emport sous voilure permettant d'accrocher l'avion sous l'aile d'un B-29 ou d'un B-50. Des essais en soufflerie sont ensuite menés pour valider cette formule.
  3. Le principe de fonctionnement du statoréacteur fait qu'il doit être amené à sa vitesse minimale de fonctionnement (Mach 1 en rêgle générale) avant d'être autonome.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « A-11 General VI-1 », CIA,‎ January 1968

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Lockheed X-7 » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Appareil similaire[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]