Lockheed Have Blue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Lockheed Have Blue Su-27 silhouette.svg
Constructeur Drapeau : États-Unis Lockheed
Rôle Démonstrateur technologique
Statut Appareils détruits lors de crashs
Premier vol
Date de retrait 1979
Nombre construits 2
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur General Electric J85-GE-4A
Nombre 2
Type Turboréacteurs
Dimensions
Havef117.png
Envergure 6,8 m
Longueur 14,4 m
Hauteur 2,33 m
Surface alaire 35,9 m2
Masses
À vide 4 060 kg
Maximale 5 670 kg
Performances
Vitesse maximale 970 km/h
Rayon d'action 970 km
Charge alaire 156 kg/m2

Le Lockheed Have Blue est un démonstrateur destiné à tester la technique furtive. Il fut le précurseur du célèbre avion d'attaque au sol Lockheed Martin F-117 Nighthawk.

Historique[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1970, les bureaux d'études du constructeur aéronautique Lockheed commencent à étudier un avion furtif, se basant en partie sur les recherches menées pour réduire la signature du Lockheed A-12 Oxcart. Les ingénieurs aboutirent à un avion possédant des formes polyédriques, des entrées d'air cachées derrière des grilles, un système complexe pour masquer les tuyères le plus possible, et un revêtement absorbant les ondes radars (RAM). En 1977, un contrat fut signé avec la Defense Advanced Research Projects Agency pour la construction de deux prototypes à échelle réduite.

Nommé Have Blue, le projet était évidemment protégé par un secret absolu. Les prototypes furent construits en quelques mois. Pour gagner du temps, des éléments furent empruntés à des avions déjà existants : train d'atterrissage du A-10, poste de pilotage et siège éjectable du F-5, commandes de vol électriques du F-16, etc. Les moteurs étaient des General Electric J85 sans post-combustion. Aucun armement n'était installé.

Après avoir été acheminé dans la Zone 51 de la base de Nellis, le premier prototype fit son vol inaugural en . Les tests consistaient à faire voler l'appareil sur un trajet pré-programmé à une distance d'environ 160 km d'un radar militaire suivi à une certaine distance par un avion d'observation. Les formes de l'appareil déviant les ondes radar, celui-ci ne pouvait repérer que l'avion d'observation ; un soldat placé sur la trajectoire suivie par l'avion devait témoigner du passage de l'étrange appareil. Le , le train d'atterrissage fut endommagé lors d'un touché de piste trop brutal, et le pilote dut finalement s'éjecter parce qu'il ne pouvait plus poser l'avion sur la piste. Le pilote fut sérieusement blessé et le prototype fut enterré sur le lieu du crash.

Le second prototype mena ses essais de juin 1978 à fin 1979, permettant en particulier de montrer que l'avion était quasiment indétectable par les différents radars avec lesquels il fut testé. Cependant, avant chaque vol, une longue préparation était nécessaire pour vérifier le revêtement en RAM et boucher tous les joints, soit en collant des plaques de revêtement soit avec de la peinture spéciale. L'avion fut détruit à la suite d'un incendie moteur qui éclata lors d'un vol d'essai, obligeant le pilote à s'éjecter.

Différences avec le F-117[modifier | modifier le code]

Les deux appareils sont très similaires, cependant le Have Blue est 40 % plus petit et 5 fois moins lourd que le F-117. Autre différence, les deux plans verticaux de l'empennage sont orientés vers l'intérieur et non en V comme sur le F-117. De plus le nez du Have Blue est plus pointu et est plus efficient au niveau de la furtivité que l'appareil de production qui nécessite un pare-brise plat pour l'affichage tête haute.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie