Aermacchi AL-60

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aermacchi AL-60B-2 Santa Maria
Image illustrative de l'article Aermacchi AL-60

Constructeur aéronautique Drapeau : États-Unis Lockheed
Drapeau : Italie Aermacchi
Type Utilitaire
Premier vol 1959
Motorisation
Moteur 1 Lycoming IO-720-A1A de 400 ch
Dimensions
Envergure 11,9 m
Longueur 8,8 m
Hauteur 3,3 m
Surface alaire 19,6 m2
Nombre de places 7 (ou 650 kg de fret)
Masses
Masse à vide 1 068 kg kg
Masse maximum 2 510 kg kg
Performances
Vitesse maximale (VNE) 251 km/h
Distance franchissable 1 037 km

L'Aermacchi AL-60 est un monoplan monomoteur utilitaire conçu chez Lockheed aux États-Unis, qui n'est pas produit en série dans ce pays mais au Mexique et surtout en Italie.

Un avion pour le Mexique[modifier | modifier le code]

Lockheed L-402[modifier | modifier le code]

Fin 1955, Al Mooney entre au bureau d’études Lockheed-Marietta, en Georgie. Il y dessine en 1959, pour les besoins du marché mexicain, le M-22, un monoplan utilitaire monomoteur pour 1 pilote et 5 passagers, entraîné par un moteur Continental TSIO-470 de 260 ch. Cet avion, assez comparable au Cessna 182 prend chez Lockheed la désignation L-402, mais deux exemplaires seulement sont réalisés à Marietta [N601K et N601L/XB-GUZ/N1601L]. Destinés à la mise au point de l’appareil et à sa certification, qui est obtenue en 1960, le premier prototype réalise son vol inaugural le 15 septembre 1959[1]. Al Mooney se rend au Mexique pour y lancer la production de l’appareil, tout comme en Argentine, mais ce pays préfère finalement acheter la licence du Cessna 182.

LASA-60[modifier | modifier le code]

Lockheed n’estimant pas rentable de produire aux États-Unis le L-402, une coentreprise est constituée avec le General Luis Azcarate et une usine construite à San Luis Potosi, au Mexique. L’avion devient donc Lockheed-Azcarate SA 60 ou LASA 60. Il s'agit d'un appareil de 6 places à train tricycle doté d'un moteur Continental IO-470-R de 250 ch. 44 exemplaires sont construits (c/n 1001/1044), dont 18 pour la Fuerza Aérea Mexicana qui les utilise de 1961 à 1969 dans des missions de recherche et sauvetage (SAR)[1].

La filière italienne[modifier | modifier le code]

Aermacchi AL-60B Santa Maria[modifier | modifier le code]

Le constructeur italien Aermacchi fit l’acquisiton d’une licence de production du Lockheed L-402. Dans sa forme originale à train tricycle Aermacchi a produit 85 appareils jusqu’en 1970, soit :

  • 4 Aermacchi AL-60B-1.
  • 81 Aermacchi AL-60B-2.

Outre les AL-60B vendus à des clients civils aux États-Unis et livrés en vol (au moins 15 appareils), ou en France (5 appareils immatriculés), l'Aermacchi AL-60B-2 est exporté vers la Rhodésie. Une certaine confusion entoure encore aujourd’hui ces avions. En effet la Rhodésie avait acheté un lot de North American T-28 Trojan reconditionnés en France en 1966 (Les anciens T-28 Fenec de l'Armée de l'air), mais ils ne sont jamais livrés sous la pression des États-Unis. À la place le gouvernement de Salisbury parvient à se faire livrer une dizaine de AL-60B-2, qui sont assemblés sur place et baptisés AL-60F-5 Trojan pour créer la confusion (certains historiens continuent à affirmer que la Rhodésie utilisa 42 Aermacchi AM.3C). Les AL-60B-2 rhodésiens sont affectés au No 4 Sqdn, jusqu’à leur remplacement en janvier 1976 par des Reims-Cessna FTB 337G Lynx. Un exemplaire (peut-être deux) est utilisés par l’armée de l’air mauritanienne de 1973 à 1998.

Aermacchi AL-60C Conestoga[modifier | modifier le code]

Pour les besoins du marché africain est développé en Italie un modèle à train classique (donc avec une roulette arrière) qui est produit sous divers modèles désignés AL-60C-1 à AL-60C-6. Les AL.60C-5 sont destinés aux opérations au Canada[1]. En Afrique du Sud Atlas Aircraft Corporation doit produire 40 exemplaires sous licence, avec la désignation Atlas AL-60C-4M Kudu. Livrés à la SAAF à partir de juillet 1976 pour remplacer des Cessna 185, ils sont utilisés simultanément avec les Aermacchi AM.3 CM Bosbok par les N° 41 et N° 42 Squadrons. Ces avions sont largement utilisés dans les opérations de surveillance de la frontière avec l’Angola, jusqu’à leur remplacement entre 1985 et 1991 par des Cessna 208 Caravan 1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Michael J.H. Taylor, Jane's Encyclopedia of Aviation, Portland House, NY,‎ 1989