Liverdy-en-Brie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Liverdy-en-Brie
La mairie de Liverdy-en-Brie
La mairie de Liverdy-en-Brie
Blason de Liverdy-en-Brie
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Canton Tournan-en-Brie
Intercommunalité Communauté de communes du Val Bréon
Maire
Mandat
Dominique Cauchie
2014-2020
Code postal 77220
Code commune 77254
Démographie
Population
municipale
1 298 hab. (2011)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 01″ N 2° 46′ 34″ E / 48.7003, 2.7761 ()48° 42′ 01″ Nord 2° 46′ 34″ Est / 48.7003, 2.7761 ()  
Altitude Min. 73 m – Max. 109 m
Superficie 9,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liverdy-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liverdy-en-Brie
Liens
Site web http://www.mairiedeliverdy.fr

Liverdy-en-Brie est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Liverdois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Liverdy-en-Brie est situé à 40 kilomètres à l'est de Paris et 15 kilomètres au sud de Disneyland Paris.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le toponyme serait d'origine gallo-romane et viendrait de Livius, nom de de personne latin (porté par un indigène), suivi du suffixe -acum, d'origine gauloise. C'est au XIIe siècle, qu'apparaît le nom de "Livergiae".

Sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle), le village est appelé « Liverdis ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

07.02.1790 Pierre Gilles Damien GIRAULT 13.11.1791 Marc Jean Baptiste BOURNON 23.12.1792 Jean Pierre DAGUIN 1800 - 1808 Pierre Gilles Damien GIRAULT 14.05.1816 Louis André BOURBON, adjoint ayant fonction de maire 08.08.1819 Désiré BESNARD 16.06.1823 Jean GAVET 06.12.1825 Henry Thomas DUHAMEL 21.05.1826 GODET de MARSON 02.11.1828 Hubert ALAINE 1835 - 1837 Jean GAVET 1837 - 1848 BAZILLE 1848 - 1849 PEAUCELLIER 1849 - 1852 François BARDEAU 1852 - 1856 Claude Hyppolite VIMONT 1856 - 1860 Denis Germain TETREAU 1860 - 1870 Capitaine MEMMY 1870 - 1877 Henri FLEAU 1878 - 1879 Xavier TETREAU 1879 - 1881 Louis Athanase DARNAY 1881 - 1882 Félix Alexandre GONNET 1882 - 1884 Noël Théodore BARDEAUT 1884 - 1892 Henri FLEAU 1892 - 1901 Xavier TETREAU 1902 - 1907 Amédée REBSTOCK 1907 - 1914 Louis Auguste HURE 1914 - 1925 Léopold JOUBIN 1925 - 1928 Georges WBALDBOQUE 1929 - 1942 Henri CHEREAU 1942 - 1944 Samuel CHEREAU 1944 - 1953 Etienne BIBERON 1953 - 1965 Samuel CHEREAU 1965 - 1969 François BERTRAND 1969 - 1977 Samuel CHEREAU 1977 - 1983 Anne-Marie NIVOL 1983 - 1991 Raymond VOISIN 1991 - 1995 Jacques SMITH 1995 - 2001 Aldo BOTTO 2001 - 2014 Jean-Paul COCHE Depuis 2014 Dominique Cauchie

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • [néant]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 298 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
390 450 462 405 507 468 501 517 484
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
513 482 520 477 462 553 514 555 570
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
584 537 508 401 434 433 403 328 366
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
469 434 636 652 822 1 031 1 124 1 159 1 271
2011 - - - - - - - -
1 298 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'événement majeur du village est la fête de l'équitation le quatrième dimanche du mois de mai. Également la fête du village qui se produit courant mai en même temps que la fête foraine.

Économie[modifier | modifier le code]

Liverdy est connu pour son élevage de chevaux de race et pour ses nombreux haras. Pour son étang fermé depuis juin 2005 malheureusement dont l'ouverture n'est pas envisageable pour le moment suite à une pollution de l'eau.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Étienne de Liverdy

Au XIIe siècle est construite la grande église Saint-Étienne à trois nefs, sans ornements. Elle fut d'abord modifiée au XIIIe siècle avec l'ajout du bas-côté nord et du bas-côté sud. Elle fut modifiée au XVe siècle et au XVIe siècle, avec l'élaboration d'une porte d'entrée à deux vantaux, sous un auvent porté par deux piliers de grès avec chapiteaux qu'on appelle un caquetoir. Une table sculptée et les fonts baptismaux datent de la fin XVIIe siècle.

Près de l’église, on peut trouver un ancien cimetière avec un mausolée pyramidal et un colombier datant du XIXe siècle. Neuf pierres tombales des châtelains de Liverdy sont restées intactes.

Château du Monceau

Trois lieux historiques peuvent être visités : le plateau boisé, le vallon de la Marsange, et l’étang de Tizard, sur quinze kilomètres de circuits pédestres. On y découvre le cynodrome, où tous les lévriers de France et d'Europe viennent courir lors de compétitions.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marcel Vézinat, né le 7 septembre 1935 dans les Deux-Sèvres, élève de l'école de Liverdy de 1947 à 1949 (instituteur Charles Mélin), Marcel Vézinat est officier de la légion d'honneur, Officier de l'ordre national du mérite, Officier des Palmes académiques et titulaire de nombreuses autres décorations. résumé de carrière : marine nationale, entreprises, organisations professionnelles (industrie machinisme et outillage agricole, irrigation) consultant. Actuellement responsable société des membres de la légion d'honneur en Val de marne, président fondateur amicale des anciens dirigeants d'organisations professionnelles.domicilié à Villiers sur marne (val de marne)

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

de gueules au chevron d’or chargé de trois cailloux de sable, accompagné, en pointe, d’une coq d’argent crêté, barbé et membré d’or, au chef cousu d’azur chargé de trois gerbes aussi d’or.

Le gueules est la couleur traditionnelle de la Brie. Le coq, situé dans la partie inférieure, est le symbole de la famille de L'Hospital qui possédait Liverdy pendant le Moyen Âge. Le chevron d'or et les trois gerbes sont les symboles de la famille Grangier, seigneur de Liverdy pendant de nombreuses années. Les trois cailloux noirs sur fond jaune représentent le martyre de saint Étienne (saint patron de Liverdy). Le chef bleu fait référence à la Marsange, rivière qui traverse le territoire. Les différents ornements sont des pampres ou vignes qui rappellent l'ancienne culture et du chêne. La couronne de tours est le symbole échu aux communes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dossiers scientifiques réalisés par Madame Claire Mabire la Caille Maître de conférence en Archéologie du Moyen Âge Université de Paris I Panthéon-Sorbonne et Présidente de l'Association P.I.E.R.R.E.S. sur l'église paroissiale de Liverdy-en-Brie.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011