Émirats arabes unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Émirats Arabes Unis)
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

24° 28′ 00″ N 54° 22′ 00″ E / 24.46666667, 54.36666667

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir eau (homonymie).

État des Émirats arabes unis

دولة الإمارات العربيّة المتّحدة (ar)

Dawlat al-ʾImārāt al-ʿarabiyyat al-muttaḥida (ar)

Drapeau
Drapeau
Blason
Armoiries
alt=Description de l'image LocationUnitedArabEmirates.svg.
Hymne national Ishy Bilady
Administration
Forme de l'État État fédéral ; Fédération d'émirats
Président Khalifa ben Zayed Al Nahyane
Premier ministre Mohammed ben Rachid Al Maktoum
Langues officielles Arabe
Capitale Abou Dabi

24° 28′ 01.2″ N 54° 22′ 01.2″ E / 24.467, 54.367

Géographie
Plus grande ville Dubaï
Superficie totale 82 880 km2
(classé 114e)
Superficie en eau Négligeable
Fuseau horaire UTC +4
Histoire
Indépendance Royaume-Uni
Date 2 décembre 1971
Démographie
Gentilé Émirien(ne)
Émirati(e)
Population totale (2010) 8 264 070[1] hab.
(classé 115e)
Densité 100 hab./km2
Économie
Monnaie Dirham des Émirats arabes unis (AED​)
Divers
Code ISO 3166-1 ARE, AE​
Domaine Internet .ae, .emarat
Indicatif téléphonique +971

Les Émirats arabes unis (abrégés en É.A.U. ou Émirats), en forme longue l'État des Émirats arabes unis (en arabe al-ʾImārāt al-ʿarabiyyat al-muttaḥida, الإمارات العربية المتحدة, et Dawlat al-ʾImārāt al-ʿarabiyyat al-muttaḥida, دولة الإمارات العربيّة المتّحدة), sont des principautés et un État fédéral. Créé en 1971, celui-ci comprend sept émirats : ceux d'Abou Dhabi, d'Ajman, de Sharjah, de Dubaï, de Fujaïrah, de Ras el Khaïmah et d'Oumm al Qaïwaïn[2]. Ils sont situés au Moyen-Orient, entre le golfe Persique et le golfe d'Oman. La ville d'Abou Dabi est la capitale fédérale du pays.

Les Émirats comptent parmi les plus importants producteurs et exportateurs de pétrole.
Les principales réserves gazières et pétrolières sont dans l'émirat d'Abou Dabi, déjà membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole avant la création de la fédération. Les sept Émirats ne sont pas égaux entre eux en termes de ressources pétrolières.
L'émirat de Dubaï s'est tourné depuis quelques années vers de nouvelles ressources telles que les ports francs, les nouvelles technologies mais surtout le tourisme de luxe. La ville de Dubaï est d'ailleurs devenue la capitale économique de la fédération.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Émirats arabes unis.
Tour de garde datant du XVIIIe siècle à Hatta

Préhistoire[modifier | modifier le code]

De récentes découvertes faites dans les Monts Hajar permettent de retracer l'histoire des Émirats arabes unis à l'apparition des premiers hommes dans la région, il y a plus de 7500 ans. Ces peuples entretenaient déjà des relations avec les civilisations du Nord, qui sont peu à peu devenues des partenaires commerciaux importants[3].

Conquête islamique[modifier | modifier le code]

Devenu une véritable plaque tournante pour le commerce, le port d'Omana (à présent Umm al-Qaiwain), est utilisé par les marchands pour transporter leur marchandise de la Syrie et du sud de l'Irak jusqu'en Inde. Le commerce de perles commence à se développer et à s'imposer comme un commerce important dans la région[4]

En 630 après J.-C., les émissaires de Mahomet arrivent dans la région, et convertissent la population à l'islam. Les armées islamiques se servent de Julfar (à présent Ras el Khaïmah) comme avant-poste pour conquérir l'Iran. Au fil du temps, Julfar devient un centre perlier et un port important pour le commerce dans l'océan Indien.

Conquêtes européennes[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, alors que les grandes puissances européennes se disputent le contrôle de l'océan Indien, les Portugais luttent contre les populations arabes de Julfar et d'autres ports dans le Golfe. À l'intérieur des terres, de grandes familles commencent à prendre le contrôle de différents émirats. À cause de sa puissance, la famille des Qawasim attire notamment l'attention des Britanniques, voulant s'assurer le contrôle des routes de commerce.

Les Bani Yas règnent sur l'oasis de Liwa, centre des activités économiques de la région, depuis le début du XVIe siècle. Au début des années 1790, une branche des Bani Yas, les Al Bu Falah, s'installe à Abou Dabi sous le pouvoir d'un cheikh de la famille Al Nahyan. Peu après, en 1833, une autre branche de la tribu des Bani Yas, les Al Bu Falasah, s'établit sur Khor Dubaï (« rivière de Dubaï »), instaurant ainsi la domination des Al Maktoum dans cet endroit[5].

Les États de la Trêve[modifier | modifier le code]

Drapeau des États de la Trêve
Article détaillé : États de la Trêve.

Après la défaite des Qawasim, en 1820, les Britanniques signent une série d'accords et de traités avec les cheikhs de chaque émirat de la côte du Golfe, celui de 1853 garantissant l'arrêt de la piraterie contre les navires britanniques, d'où le nom des États de la Trêve (en anglais : Trucial States) donné aux actuels Émirats et 4 autres (Dibba, Hamriyah, Kalba et Hira). Les Britanniques prennent soin de renforcer les liens qui les lient aux États de la Trêve, afin de freiner les convoitises d’autres grandes puissances européennes..

En 1892, un nouveau traité érige les États de la Trêve en protectorat et les fait entrer dans l'empire colonial britannique[3]. Il les engage à ne pas entretenir de relations diplomatiques avec des pays autres que le Royaume-Uni sans le consentement de ce dernier. En retour, le Royaume-Uni garantit la protection des États de la Trêve contre toute attaque maritime ou terrestre.

Cette période de calme permet à l’industrie perlière de prospérer à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Cependant, les deux guerres mondiales ont un effet très néfaste sur cette industrie, qui finit par s’éteindre juste après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le gouvernement indien se met à imposer des taxes sur les perles importées du Golfe.

La fédération[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, un premier gisement de pétrole est découvert à Abou Dabi, ce qui permet le développement rapide de l’émirat, sous la conduite du cheikh Zayed ben Sultan Al Nahyane, qui fait construire des écoles, des hôpitaux, des logements et des routes. Dubaï est également gagné par cet élan de développement économique, aidé par les recettes des exportations pétrolières. Les différents émirats commencent à se rapprocher et à reprendre le contrôle des mains des Anglais, notamment en formant un conseil qui leur permet de décider eux-mêmes des enjeux politiques les concernant. À la tête de ce conseil se trouve Adi Bitar, le conseiller du cheikh Rashid ben Saeed Al Maktoum. Enfin, en 1968, les Britanniques se retirent de la région et mettent fin aux États de la Trêve, composés également des États de Bahreïn et du Qatar. Les 9 États tentent de former une union, mais ne parvenant pas à se mettre d’accord, Bahreïn et le Qatar déclarent leur indépendance respectivement en août et en septembre 1971.

Le 2 décembre 1971, six des sept émirats restant accèdent à l'indépendance en formant aussitôt une fédération qui prend le nom d'« Émirats arabes unis ». Ils seront rejoints en 1972 par le septième émirat celui de Ras el Khaïmah. Le pays connaît alors une importante période de développement économique et démographique.

La construction d'une nation[modifier | modifier le code]

Émirats arabes unis, 50 dirhams à l'effigie de cheikh Zayed et célébrant le 25e anniversaire de l’unification des forces armées, 2001.

La prospérité et le développement moderne que connaissent aujourd'hui les Émirats arabes unis sont en grande partie le fruit des efforts de Zayid [Contradiction], premier président des É.A.U. Le nouvel État nait dans une période d'instabilité politique dans la région. Deux jours avant sa création[Quand ?], l'Iran reprend le contrôle des îles de la Petite et Grande Tunb, qui font partie de l'émirat de Ras el Khaïmah. Des troupes iraniennes débarquent également à Abu Moussa, un territoire de l'émirat de Charjah[6].

Zayid est élu premier président des É.A.U. en 1971, puis réélu tous les cinq ans jusqu’à sa mort en 2004. Il jouit d’un grand prestige sur la scène internationale[réf. nécessaire], grâce à son plus grand respect des lois humanitaires internationales[réf. nécessaire] et à ses efforts pour maintenir la paix dans la région[réf. nécessaire]. Sous sa présidence, les É.A.U. envoient des troupes afin de combattre pour la libération du Koweït en 1990-1991, et contribuent au mouvement pour le maintien de la paix au Kosovo[3].

Sous son influence, les É.A.U. connaissent un essor économique leur permettant de se développer rapidement, et de devenir une force importante dans la région. Estimant que tous les citoyens ont leur rôle à jouer dans la construction du pays, Zayid prend des mesures pour améliorer le statut des femmes dans la société, en facilitant leur accès à l'éducation, et en leur donnant une place plus importante dans la vie politique du pays.

À sa mort, son fils aîné, le cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane, lui succède en qualité de président des É.A.U. et de souverain d'Abou Dabi.

En 2011, le pays n’est pas touché par la vague de protestations et révolutions dans le monde arabe en 2010-2011, mais le gouvernement prend une série de mesures d’achat de la paix sociales et de mesures répressives en prévention.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue satellitaire des Émirats arabes unis
Le désert à Dubai
Les montagnes (dans le nord)
Paysage de l’île de Sir Bani Yas

Les Émirats arabes unis sont situés dans le sud-ouest de l’Asie, dans la péninsule Arabique, entre le golfe Persique et le golfe d'Oman.
Il est frontalier du Sultanat d'Oman et de l’Arabie saoudite.
De plus, l'enclave omanaise de Madha qui se situe dans les montagnes à l'est du pays abrite elle-même le village émirien de Nahwa,

La totalité du territoire est désertique ou semi-désertique. Le sud du pays est constitué d'une partie du Rub' al Khali (le désert des déserts), tandis que l'est et le nord sont occupés par des montagnes. Quelques oasis (Al Ain, Manama…) permettent de maintenir une vie dans le désert. Des sebkhas occupent le sud et l'ouest du pays, notamment le long d'une côte de plus de 400 km,à l'ouest d'Abou Dabi.

Des revendications territoriales, sur trois îles (Petite et Grande Tunb, ainsi qu'Abu Moussa) du détroit d'Ormuz et du golfe Persique, l'opposent à l'Iran[7]. Outre le fait même de la possession de ces îles et îlots, c'est surtout l'établissement des zones économiques exclusives qui est en jeu, avec, à la clé, les réserves pétrolières et minières offshore[3].

Le pays est situé dans une zone de grande importance géostratégique, au sud du détroit d'Ormuz, un lieu de passage vital où est transporté le pétrole[8].

Le pays partage 530 kilomètres de frontière terrestre avec l’Arabie saoudite à l’ouest, au sud et au sud-ouest et 450 kilomètres de frontière avec Oman au sud-est et au nord-est.
Les émirats ne sont séparés du Qatar que par les ports naturels saoudiens de Khor Duweihin, ainsi que de celui de Khawr al Udayd. La frontière maritime avec le royaume qatari se trouve au large, mais la zone n’en demeure pas moins une source de conflit frontalier entre saoudiens et émirien[9],[10].

La superficie totale des É.A.U. est d’environ 77 700 km2.

Les É.A.U. s’étendent sur plus de 650 km sur la rive sud du Golfe Persique. Le plus grand port se trouve à Dubaï, mais il y a également des ports à Abou Dabi et Charjah. On trouve de nombreuses îles dans le Golfe dont certaines sont l’objet de disputes avec l’Iran et le Qatar.

Les plus petites îles ainsi que les barrières de corail constituent un risque pour les navigateurs. De forts courants ainsi que des tempêtes représentent également un danger pour les bateaux dans la région. Au sud et à l’ouest d’Abou Dabi, de vastes dunes s’étendent jusqu’à Rub al Khali en Arabie saoudite.

Le désert d’Abou Dabi abrite deux oasis importantes avec des réserves d’eau souterraines ; l’oasis de Liwa se trouve dans le sud près de la frontière avec l’Arabie saoudite. À 100 km au nord-ouest de l’oasis de Liwa, se trouve l’oasis d’Al Buraymi qui s’étend des deux côtés de la frontière entre Abou Dabi et Oman.

Avant de se retirer du pays en 1971, le Royaume-Uni a délimité les frontières des 7 émirats afin d’éviter des disputes territoriales susceptibles de ralentir la formation de l’état fédéral. Les gouverneurs des émirats ont accepté en grande majorité les frontières imposées par les britanniques, mais avec tout de même une dispute territoriale entre Abou Dabi et Dubaï et entre Dubaï et Sharjah. Ces conflits ont été résolus après l’indépendance.

La frontière la plus problématique est celle des montagnes d’Al Hajar al Gharbi, où cinq émirats se contestent la souveraineté de plus de 12 enclaves différentes.

Environnement et développement durable[modifier | modifier le code]

Le pays est aride et connait des problèmes qualitatifs et quantitatifs d'alimentation en eau que les systèmes de désalinisation ne peuvent à ce jour compenser ;
Il n'accueille une végétation exubérante que dans les oasis, mais les zones sèches abritent de nombreuses espèces rares ou devenues rares, menacées ou protégées. Les fonds marins abritent une grande richesse en biodiversité, notamment dans les milieux coralliens.

Longtemps le pétrole presque gratuit (environ 2,5 millions de barils de pétrole quotidiennement extraits dans le pays en 2008/2009) a découragé la recherche d'efficience énergétique et la sobriété du développement (chaque habitant des É.A.U. consomme environ 17 000 kWh/an d'électricité et 219 000 litres/an d'eau, soit plus qu'un Américain moyen[11]).

L'usage de l'essence plombée à contribué au saturnisme à la pollution de l'air et des sols dans les villes, et l'air est souvent empoussiéré par les vents nocturnes ou les tempêtes.

Mais la perspective du pic pétrolier et de la fin du pétrole a modifié le point de vue des dirigeants et de la population. Le pays accueille maintenant le siège de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables[12] s'est doté d'un ministère de l'écologie qui prépare notamment la transition vers l'après-pétrole, c'est-à-dire le développement d'énergies douces, sûres et renouvelables. Les É.A.U. sont notamment à une latitude favorable à l'utilisation de technologies utilisant l'énergie solaire. Les recettes du pétrole sont maintenant pour partie investies dans le solaire et l'éolien.

  • Le projet d'éco-cité de Masdar (mot signifiant « source » en arabe) qui doit accueillir 50 000 habitants près de l'aéroport international d'Abou Dabi, sera un laboratoire et une des vitrines de la future ville durable moyen-orientale[13]. La ville devrait à terme être autonome en énergie et exclusivement à partir d'énergies solaires (210 MW prévus) et éolienne, y compris pour le dessalement de l'eau de mer. 22 milliards d'euros ont déjà été investis pour y développer une architecture à la pointe de la haute efficacité énergétique. Abou Dabi accueillera d'ailleurs en 2012 la 5e édition du Sommet international des énergies futures[14], dans la ville de Masdar.
  • Le pays ne souhaite pas acheter les modules photovoltaïques et thermiques nécessaires, mais les construire lui-même. Il achète donc les usines ad hoc, clé en main, visant une production annuelle de modules solaires correspondant à la production de 630 MW.
  • une grande centrale solaire (de 100 puis 500 MW) est prévue dans le désert. Elle sera financée par 350 millions de pétrodollars). 35 installations sont en tests (les matériaux doivent résister aux chocs thermiques, à la chaleur et à l'abrasion induite par les tempêtes de sable).
  • La dispersion des masses d'air surchauffées dans le désert le jour est source de vents réguliers, forts et presque constants la nuit, ce qui est un atout pour l'éolien en tant que complément du solaire. Le pays pourrait même à l'avenir produire plus d'énergie qu'il en consomme, et alimenter d'autres pays du monde, via la production et vente d'hydrogène à partir d'électrolyse d'eau de mer par exemple.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Les principaux animaux vivant aux Émirats arabes unis sont les suivants:

L’oryx d’Arabie (Oryx leucoryx), qui parcourait jadis l’entière péninsule d’Arabie, a disparu à l’état sauvage au début des années 1960. Son aire de répartition naturelle aux Émirats est incertaine, mais on le trouvait probablement à Liwa et dans ses environs, ainsi que dans les plaines montagneuses.

Depuis le début des années 1960, quand Zayid a ordonné de retirer quelques animaux du dernier troupeau sauvage d’oryx d’Arabie, afin de les élever en captivité, des progrès remarquables ont été accomplis aux Émirats dans ce domaine. Alors que l’espèce était au bord de l’extinction, son avenir est aujourd’hui assuré. Il existerait de nos jours entre 3 500 et 4 000 oryx, répartis entre plusieurs troupeaux, dans les collections émiriennes. La première phase d’un grand projet visant à remettre 100 oryx en liberté a été mise en œuvre début 2007.

La gazelle des sables (Gazella subgutturosa marica), d’un poids maximum de 22 kilogrammes, est la deuxième antilope des Émirats par sa taille. L’observation de petits groupes de ces créatures charmantes, dont l’espèce est en danger critique d’extinction, est signalée de temps à autre dans le Sud de l’Émirat d’Abou Dabi.

  • La gazelle d’Arabie

La gazelle d’Arabie (Gazella gazella cora) se rencontre dans les plaines de gravier, les déserts de sable et les montagnes, son aire de répartition naturelle s’étendant à l’ensemble des émirats, à l’exception des zones de sable très doux de Liwa où seule la gazelle des sables s’aventurait. La gazelle des montagnes au corps gracieux, qui ne pèse que 10 à 14 kilogrammes, peut atteindre une vitesse de 65 kilomètres à l’heure pour fuir un danger. Elle est également en danger critique d’extinction.

À la différence de la gazelle d’Arabie, le tahr d’Arabie (Hemitragus jayakari) lui aussi en danger critique d’extinction, a besoin de s’abreuver tous les jours. Grimpeur agile, cet animal ne se rencontre que dans les montages. Il élit résidence sur les rochers abrupts, se nourrissant de l’herbe et des arbustes épars qui poussent parmi les roches. Le tahr descend régulièrement s’abreuver dans les oueds.

Malheureusement, le léopard d’Arabie (Panthera pardus nimr) est également au bord de l’extinction à l’état sauvage. Le mâle pesant environ 30 kilogrammes et la femelle autour de 20 kilogrammes, le léopard d’Arabie est beaucoup plus petit que la plupart des spécimens des races africaine ou asiatique.

  • Le lièvre d’Arabie

Absent des montagnes, le lièvre d’Arabie (Lepus capensis) se rencontre partout ailleurs aux Émirats. Adapté à l’environnement rude, le lièvre local est beaucoup plus petit que son homologue européen et on le prend souvent pour un lapin, espèce qui n’est pas présente en Arabie.

  • Le lézard à queue épineuse

Les deux espèces étroitement liées de lézards à queue épineuse (Uromastix microlepis et U. leptieni) ou dhub peuvent mesurer jusqu’à 65 centimètres de longueur. Ils vivent généralement en colonies plus ou moins structurées, les terriers se trouvant à une distance de 20 à 50 mètres environ les uns des autres.

Territoire[modifier | modifier le code]

Les Émirats arabes unis sont subdivisés en sept émirats, eux-mêmes formés de plusieurs enclaves dont les frontières ont été abolies mais dont la souveraineté est parfois floue.

Abou Dabi est l’émirat le plus grand. Il occupe 87 % de la superficie totale du pays (67 340 km2), sa capitale Abou Dabi est également le siège du gouvernement fédéral des sept émirats. L'émirat d'Abou Dabi présente deux larges frontières terrestres avec l'Arabie saoudite et le sultanat d'Oman.

L’émirat de Dubaï, qui s’étend le long du golfe Persique sur 72 km, occupe 5 % de la superficie totale du pays, soit environ 3 885 km2.

L’émirat de Charjah s’étend sur 16 km sur la côte et sur 80 km à l’intérieur des terres.

Les émirats du nord, Ajman (le plus petit d'entre eux avec seulement 259 km2), Fujaïrah, Ras el Khaïmah et Oumm al Qaïwaïn ont une superficie totale de 3,881 km² et occupent 5 % de la superficie totale du pays.

Carte des Émirats arabes unis

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après l'institut officiel de statistique, les Émirats arabes unis comptaient 8 264 070 habitants en 2010 dont 7 316 073 étrangers, soit 88,5 % de la population[1].

La moitié de la population des émirats est originaire du sous-continent indien (Inde, Pakistan, Maldives, etc), le reste provenant des pays arabes, d'Iran et d'Asie du Sud-Est (Malaisie, Indonésie, etc.).

Les Émirats arabes unis possèdent l'un des taux d'immigration les plus élevés au monde[15]. Leur population a ainsi doublé entre 2005 et 2010[1].

En 2007, on recense près de 700 000 travailleurs immigrés à Dubaï[16].

Les plus grandes agglomérations émiriennes sont en 2010 celles de :

  • Dubaï avec 2 322 121 habitants (dont les villes de Dubaï avec 1 616 430 habitants et de Charjah dont 852 244 habitants)
  • Abou Dabi avec 599 773 habitants.
  • Al Ain avec 470 328 habitants.

Politique[modifier | modifier le code]

Khalifa ben Zayed Al Nahyane, actuel président des Émirats arabes unis
Article détaillé : Politique aux Émirats arabes unis.

Depuis la création de la fédération en 1971, les sept émirats qui constituent les É.A.U. se sont forgés une identité nationale propre grâce à la consolidation de leur statut fédéral. Au cours des trois dernières années, des mesures ont été prises au niveau fédéral comme au niveau local pour réformer la structure gouvernementale afin de mieux répondre aux défis du développement à l'aide d'une administration plus efficace. Ce processus a été dirigé au niveau fédéral par le président du pays, Khalifa bin Zayid Al-Nahyan et par le vice-président et Premier ministre le cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, qui est également le souverain de Dubaï.

Le système politique[modifier | modifier le code]

Chacun des émirats membres disposait déjà avant 1971 de ses propres institutions gouvernementales. Afin d'assurer le gouvernement effectif du nouvel État, les souverains élaborèrent une Constitution provisoire précisant les pouvoirs qui allaient être conférés aux nouvelles institutions fédérales. Selon les articles 120 et 121 de la constitution, les domaines de responsabilité assignés aux autorités fédérales étaient les affaires étrangères, la sécurité et la défense, les questions de nationalité et d'émigration, l'éducation, la santé publique, la monnaie, les services postaux et téléphoniques ainsi que tous les autres services de communication. Abou Dabi fut désignée comme capitale de l'État[17].

Le système fédéral comprend un Conseil suprême, un cabinet ou Conseil des Ministres, une instance parlementaire, le Conseil national fédéral, et un corps judiciaire indépendant chapeauté par la Cour suprême fédérale.

Le Conseil suprême, constitué des sept émirs, est le plus haut organisme de l'État. Il élit pour cinq ans le président et le vice-président et a le pouvoir législatif et exécutif. Il ratifie les lois et décret fédéraux, planifie la politique étrangère et a le pouvoir de relever le premier ministre de ses fonctions sur incitation du président. Le Conseil suprême élit également le Conseil des ministres. En pratique, le président est toujours un membre du clan al-Nahyan d'Abou Dabi et le vice-président et premier ministre de la tribu al-Maktoum de Dubaï[18].

Le Conseil des ministres, dirigé par le premier ministre, est l'organe exécutif de la fédération. Le premier ministre propose une liste de ministres qui est ratifiée par le président.

Les lois sont soumises au Conseil national fédéral constitué de quarante membres venant de chaque émirat. La législation est fondée sur la charia pour les cours fédérales de justice civile, criminelle et la Haute Cour. Le pouvoir judiciaire fédéral comprend la Cour suprême fédérale et les tribunaux de première instance. La Constitution confère indépendance au pouvoir judiciaire fédéral. La Cour suprême fédérale est composée de cinq juges qui sont nommés par le Conseil[19]. En 1996, le caractère provisoire de la constitution disparaît lors de son adoption.

L’histoire du système politique[modifier | modifier le code]

Autrefois, les gouvernements étaient composés de peu de membres et étaient plus restreints dans leurs actions. La taille du gouvernement correspondait à la taille des peuplements du temps. Le gouvernement attachait une grande importance à la participation et à prendre des décisions au consensus, dans la manière traditionnelle du majlis ou conseil. Au centre du majlis était le débat des questions concernant la communauté. Pendant ce débat chacun pouvait donner son avis et le cheikh en tenait compte dans ses décisions. Selon un principe tacite les citoyens avaient le droit de chercher le dialogue avec le cheikh qui tenait régulièrement des majlis pour que les citoyens puissent donner leurs opinions concernant les thèmes actuels dans son émirat. Souvent, le cheikh, alors le souverain d’un émirat, était le chef de la tribu la plus puissante. En plus, chacune des tribus avait pareillement un cheikh, qui pouvait pourtant seulement conserver son statut s’il avait le soutien du peuple. Toutefois, avec une population croissante, ce système devenait plus impraticable ainsi l’administration gouvernementale est devenue de plus en plus complexe. Tous ces facteurs contribuaient à un changement des moyens à disposition des citoyens pour interagir avec le gouvernement. Aujourd’hui, un grand nombre préfère entrer en contact directement avec les nouvelles institutions, plutôt que de rencontrer le cheikh personnellement. Dans plusieurs émirats, le souverain et des membres importants de sa famille continuent à tenir des majlis ouverts. Cette activité est toujours considérée comme une importante parallèle à la participation politique[20],[21].

Le Conseil national fédéral[modifier | modifier le code]

Le Conseil national fédéral (FNC), qui est le conseil consultatif des É.A.U., comprend 40 membres. Huit membres viennent respectivement d’Abou Dabi et de Dubaï, six de Sharjah et de Ra’s al-Khaimah et quatre d’Ajman, d’Umm al-Qaiwain et de Fujaïrah. Depuis février 1972, le FNC a tenu 14 sessions législatives. Pendant ces sessions les membres discutent de projets de loi en relation avec les citoyens et l’économie. En accord avec la Constitution, les projets de loi fédérale doivent être soumis au FNC pour que les membres puissent l‘examiner et faire des recommandations. Depuis 2006, vingt des membres du FNC sont élus par un Collège électoral, alors que l’autre moitié est sélectionnée par les souverains respectifs des émirats, comme c’était le cas depuis 1972. Actuellement, le président du FNC est Abdul Aziz Abdullah Al Ghurair, élu en 2006[22],[23]. Les fonctions du FNC incluent de débattre des amendements de la Constitution et les projets de lois, que le FNC peut approuver, modifier, ou rejeter. De plus, les membres passent en revue les traités et conventions internationales et examinent le projet annuel de budget de la Fédération. En outre, le FNC a la possibilité d’influencer le travail du gouvernement par des discussions et en donnant des recommandations, ainsi qu’en portant plainte. Le FNC a influencé, à diverses reprises, le gouvernement fédéral dans la préparation de nouvelles lois. La majorité des recommandations et des amendements proposés par le FNC a été adoptée par le gouvernement. Le FNC a aussi modifié différents projets de lois initiaux provenant du Cabinet selon les besoins des citoyens représentés par le Conseil[24],[22].

Réformes[modifier | modifier le code]

Sur le plan socio-économique les É.A.U. se sont développés rapidement. En réponse, des mesures signifiantes ont été lancées pour réformer la structure gouvernementale, avec l'objectif de rendre le gouvernement plus sensible aux besoins de la population[25].

Nouvelle stratégie gouvernementale[modifier | modifier le code]

La stratégie gouvernementale des É.A.U. a été lancé en 2007. Selon Mohammed bin Rashid, cette stratégie « établit les bases d’une ère nouvelle pour l’administration publique ». L’objet principal de la stratégie gouvernementale des É.A.U. est de créer des synergies entre les gouvernements fédéraux et locaux. En outre, d’autres buts de la stratégie incluent d’élever la qualité des services que les organes gouvernementaux offrent aux citoyens, ainsi qu’une modernisation de la législation existante. Par ailleurs, la stratégie vise à revitaliser la capacité de réglementation, d’améliorer les mécanismes décisionnels des ministères et la qualité des services fournis aux citoyens, ainsi qu’augmenter l’efficacité des organes gouvernementaux et de moderniser la législation existante[26],[27].

Les élections[modifier | modifier le code]

Les premières élections indirectes pour le parlement du pays, le Conseil national fédéral (FNC), ont eu lieu en décembre 2006. Cette mesure a été prise dans le cadre du processus de réforme dans le but d’améliorer la participation du grand public au système politique. Ce développement correspond au programme national annoncé par le Président l’année précédente. Ce programme stipulait que la moitié des membres du FNC serait élue et l’autre moitié désignée pour rendre le Conseil plus dynamique, ainsi que permettant plus de participation et interaction des citoyens avec le Conseil. Envisageant un élargissement du rôle du FNC, le Président déclarait : » […] Le FNC devra jouer en l’avenir un rôle plus important et devra pour cela être doté des pouvoirs qui lui permettront d’apporter un soutien substantiel à la branche exécutive du gouvernement […] Ce but sera atteint par la mise en place d’un processus plus participatif et la consolidation des principes de la Shura (consultation)»[23],[28],[26].

Nouvelle phase de réforme[modifier | modifier le code]

En décembre 2005, le président Khalifa recommandait d’amplifier le rôle du FNC, avec l’objectif de renforcer la participation et «… la primauté du droit et la régularité des procédures, la capacité à rendre des comptes, la transparence et l’égalité des chances… ». Le processus de modernisation politique suivant cette décision serait organisée en trois étapes. Au cours de la première phase du plan, le plus grand changement était la prévision que la moitié des membres du FNC seraient élus par un Collège électoral. En outre, les pouvoirs du FNC seraient élargis et le nombre de ses membres augmenté et après des études approfondies, éventuellement une modification de la Constitution pourrait suivre, pour augmenter les pouvoirs de l’institution. Troisièmement on procéderait à une élection ouverte de la moitié des membres du Conseil. La première phase de ce changement politique consistait de la fondation du Collège électoral. La création du Collège électoral a prévu que chaque émirat désignait un conseil qui comprend au moins 100 fois le nombre de sièges auquel il avait droit au FNC. Cela signifie que les émirats d’Abou Dhabi et de Dubaï, qui ont droit à huit sièges respectivement, pouvaient désigner au moins 800 électeurs pour former leur collège électoral, tandis que Sharjah et Ra’s al-Khaimah, avec six sièges, pouvaient désigner au moins 600 membres et Umm al-Qaiwain, Ajman et Fujaïrah, avec quatre sièges, au moins 400. Ensuite les représentants ont élu la moitié des membres du FNC pour leur émirat, alors que le souverain désignait l’autre moitié. Ces élections indirectes ont eu pour résultat que de nouvelles personnes sont apparues sur la scène politique. En plus, pour la première fois dans l’histoire des É.A.U., il a été possible d’établir une culture basée sur des élections, grâce à ces réformes[29],[28].

Affaires étrangères et armée[modifier | modifier le code]

Un avion F-16 Block 60 émirien
Article détaillé : Forces armées émiriennes.

Le climat libéral des É.A.U. envers la coopération internationale, l’investissement et la modernisation ont permis au pays d’avoir d’excellentes relations diplomatiques et commerciales avec d’autres pays. Les Émirats jouent un rôle important au sein de l’OPEC, des Nations Unies et comptent parmi les membres fondateurs du Conseil de coopération du Golfe. Sur le plan régional, ils sont très proches des autres pays du Golfe et du monde arabe, en particulier avec l'Égypte et investissent plus que n’importe quel autre pays arabe[30].

Les É.A.U. ont également fourni une aide financière importante au Pakistan, avec lequel ils ont toujours eu de bonnes relations diplomatiques. Le Pakistan fut le premier pays à reconnaître la fédération de manière officielle lors de sa formation et est devenu aujourd’hui un partenaire commercial et économique important. Environ 400 000 expatriés d’origine pakistanaise sont actuellement employés à Dubaï[31],[32]. La forte communauté d’expatriés d’origine indienne aux É.A.U. s’est également bien intégrée et représente aujourd’hui la plus forte minorité étrangère résident aux É.A.U[33].

Les Émirats arabes unis et l’Iran se disputent la souveraineté de plusieurs îlots dans le Golfe persique mais cela n’a pas eu d’impact sévère sur les relations diplomatiques entre les deux pays. En effet, il y a un nombre significatif d’Iraniens à Dubaï et les deux pays coopèrent sur le plan économique[34].

À la suite de l’invasion du Koweït en 1990, les Émirats arabes unis ont entretenu de bonnes relations avec ses alliés occidentaux dans le domaine militaire. Ils ont coopéré avec les forces occidentales afin de libérer le Koweït et ont signé des traités de défense et de coopération militaire avec la France et les États-Unis, lesquels lui ont fourni aide et matériel militaires[35]. Récemment, un traité de défense militaire a été signé dans lequel la France s’engage à protéger les É.A.U. en cas d’atteinte à leur souveraineté nationale. Les Français ont également ouvert une base militaire dans la capitale des Émirats et les deux pays ont signé un accord nucléaire civil. Ce dernier a pour but de forger une coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire civile. Les Émirats arabes unis ont un accord similaire avec les États-Unis qui leur permet de recevoir l’expertise américaine en matière d’énergie nucléaire[36]. Au niveau commercial, ce sont le Royaume-Uni et l’Allemagne qui représentent les plus gros marchés d’exportation pour les Émirats. Les relations bilatérales entre les É.A.U. et le Royaume-Uni d’une part, et entre les É.A.U. et l’Allemagne d’autre part, sont très bonnes grâce au commerce et aux communautés d’expatriés anglais et allemands vivant aux É.A.U[37].

Les relations diplomatiques entre les Émirats arabes unis et le Japon ont commencé dès la création de la fédération en décembre 1971[38]. Les deux pays ont toujours eu de bonnes relations diplomatiques et commerciales ; les produits les plus exportés par les Émirats au Japon sont le pétrole et le gaz naturel tandis que le Japon exporte des voitures et des appareils électriques aux É.A.U[38].

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Relations diplomatiques avec la France[modifier | modifier le code]

Les Émirats arabes unis entretiennent de très bonnes relations diplomatiques avec la France depuis plus d’un siècle. Les deux pays ont récemment renforcé leur collaboration sur les plans nucléaire, économique, militaire et enfin culturel. En janvier 2008, la France et les Émirats arabes unis ont signé un accord nucléaire civil, établissant les fondements pour une coopération entre les deux pays dans le domaine de l’énergie nucléaire. Le traité nucléaire fut signé en même temps qu’un accord sur le transport, l’infrastructure et la sécurité routière. Les Émirats arabes unis vont en effet coopérer avec la France dans le domaine des transports, dans le cadre du plan 2030 d’Abou Dhabi qui comprend la construction d’un train à grande vitesse allant de la capitale à Dubaï.

  • un accord pour le développement des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire ;
  • un accord portant sur une présence militaire française permanente aux Émirats arabes unis ;
  • un arrangement administratif relatif à l’établissement dans les établissements pilotes d’Abou Dabi de classes de mathématiques et de sciences physiques ;
  • un arrangement administratif sur la coopération en matière de propriété intellectuelle ;
  • un arrangement sur la coopération dans le domaine des transports.

Au-delà de la coopération économique entre les deux pays, des efforts ont été faits pour augmenter les échanges culturels. Des initiatives telles que le Louvre Abou Dabi, l’Université de la Sorbonne aux É.A.U. et le projet de construction d’une ville qui ressemblerait comme deux gouttes d'eau à la ville de Lyon à Dubaï d’ici 2012. Lors de sa visite récente aux É.A.U. à l’occasion de l’inauguration du camp militaire d’Al Salam, la nouvelle base militaire française à Abou Dhabi, Nicolas Sarkozy a également déposé la première brique du Louvre Abou Dhabi. Le gouvernement a payé la somme totale de 360 millions d’euros pour utiliser le nom du Louvre et espère pouvoir ouvrir le musée d’ici 2012. L’émirat payera également 520 millions d’euros pour l’emprunt d’œuvres d’art et pour recevoir le conseil d’experts français en matière de conservation d’art. Des œuvres d’art du monde entier seront exposées dans ce musée, qui a pour but de tisser des liens entre l’art occidental et l’art oriental. Cette initiative tend à renforcer la coopération entre la France et les Émirats arabes unis, mais elle contribue également à réaliser le rêve des É.A.U. de devenir la capitale culturelle du Moyen-Orient.

Relations avec la Chine[modifier | modifier le code]

Les relations diplomatiques entre la Chine et les Émirats arabes unis ont commencé en novembre 1984. Depuis, les relations politiques, économiques et commerciales entre les deux pays n’ont cessé de se développer.

Les relations économiques bilatérales entre la Chine et les Émirats arabes unis ont notamment connu une forte progression. En 2002, le volume d’échanges commerciaux s’élevait à 3,895 milliards de dollars ; les exportations de la Chine s’élevaient à 3,45 milliards de dollars et ses importations à 445 millions. Les produits exportés par la Chine aux Émirats arabes unis sont les textiles, les vêtements, les produits industriels, les métaux (or, argent, cuivre et fer), produits artisanaux et électroniques. La Chine importe de l’aluminium, des fertilisants et du pétrole des Émirats arabes unis. En 1985, la Chine et les Émirats arabes unis ont signé un accord à propos de la coopération économique, commerciale et technologique entre les deux pays. En novembre 1985, les deux pays ont fondé une commission pour la coopération économique, commerciale et technique.

Lors de sa visite en Chine, le président des Émirats arabes unis, Sheikh Zayed a fait une donation généreuse à la Chine pour l’ouverture d’un centre de recherche islamique à l’université de Beijing. C’est également à l’aide de ces donations que fut ouverte une imprimerie pour l’association islamique de la Chine dans le nord de la Chine, dans la province d’Hebei. La Chine a ouvert une branche de Xinhua News Agency et des bureau pour les journaux People's Daily et Economic Daily aux Émirats arabes unis. Les deux pays ont également coopéré dans le domaine de la santé et il y a plus de 60 infirmières chinoises aux Émirats arabes unis. Il y a également des centres médicaux chinois à Abou Dabi, Sharjah, Al Ain et Ajman. De plus, les échanges non-gouvernementaux entre les deux pays demeurent également très dynamiques. On trouve un nombre important d’expatriés chinois aux Émirats arabes unis surtout dans le milieu sportif, le secteur tertiaire et le monde du business.

Les accords signés entre les deux pays sont comme suit : accord sino-émirien sur la coopération culturelle (1989), accord sur la coopération technique dans le domaine médical entre les ministères de la Santé chinois et émirien, un accord pour l’envoi de médecins chinois aux Émirats arabes unis (1992), un accord pour l’envoi d’infirmières chinoises aux Émirats arabes unis (1992), un accord sino-émirien pour l’extradition judiciaire (2002) et un accord pour la coopération culturelle la même année.

La Chine et les Émirats arabes unis ont également coopéré dans le domaine de l’aviation. Les deux pays ont signé un accord bilatéral sur l’aviation et le transport aérien civil en 1980 et en 1989.

Relations diplomatiques avec l'Inde[modifier | modifier le code]

Les relations diplomatiques entre les deux pays ont toujours été proches et amicales et reposent sur des fondements politiques, économiques et culturels solides. Les premiers échanges entre les deux pays étaient surtout commerciaux : on échangeait des vêtements et épices venus d’Inde contre des perles et des dattes. Sharjah et Dubaï étaient les principaux lieux de commerce avec la cote ouest de l’Inde, en particulier la cote de Malabar. À la suite de la formation de la fédération et à la présidence de Sheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan, les relations entre l’Inde et les Émirats arabes unis n’ont cessé de s’améliorer. À la suite du décès de son père, Sheikh Khalifa bi Zayed Al Nahyan a entretenu, en tant que président des Émirats arabes unis et gouverneur d’Abou Dabi, de très bonnes relations avec l’Inde. Les Émirats arabes unis ont accueilli plus d’un million d'expatriés indiens qui jouent un rôle actif dans l’économie du pays[39].

Il y a eu de nombreuses visites officielles et de contacts bilatéraux entre l’Inde et les Émirats arabes unis. Les deux pays ont également signé de nombreux accords sur l’extradition judiciaire, le trafic de drogues, l’aviation civile, la coopération culturelle, technique et militaire. Les deux pays ont notamment collaboré dans le domaine de la défense militaire. L’Inde a accueilli des professionnels dans ce domaine en provenance des Émirats arabes unis et leur a fourni l’entrainement nécessaire. L’Inde participe également à tous les salons internationaux de défense militaire (IDEX) organisés par les Émirats arabes unis. En juin 2003, Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan s’est rendu en Inde pour la signature d'un accord sur la coopération en matière de défense militaire. Il fut également décidé qu’une commission sur la défense se réunirait une fois par an[39].

L’Inde et les Émirats arabes unis jouissent de très bonnes relations diplomatiques axées sur une longue histoire d’échanges entre les deux pays et sur des valeurs et traditions partagées. Ces relations n’ont fait que s’améliorer avec les flux d’immigration importants en provenance d’Inde vers les Émirats arabes unis et par des échanges commerciaux en plein essor. Plus qu’une simple entente diplomatique, les deux pays entretiennent un véritable partenariat dans les secteurs économique et commercial. En effet, les Émirats arabes unis représentent le second marché le plus important pour les produits indiens. Dans le même temps, les indiens sont devenus des investisseurs importants aux Émirats arabes unis. Les Émirats exportent également beaucoup de produits manufactures en Inde. Les échanges commerciaux indo-émirien, qui atteignaient la valeur de 180 millions de dollars en 1970, s’élèvent à présent à plus de 18 milliards de dollars[39].

En tant que centre commercial du monde Arabe, les Émirats arabes unis sont également devenus le troisième centre de réexportation dans le monde après Hong Kong et Singapour. De ce fait, les Émirats arabes unis représentent un lieu stratégique en tant que centre d’approvisionnement pour d’autres marchés importants tels que l’Iran, l’Irak et l’Afrique[39]. L’émergence des Émirats arabes unis en tant que centre de réexportation est reflété dans les échanges commerciaux croissants entre les deux pays. Le commerce bilatéral entre l’Inde et les Émirats arabes unis a connu une augmentation significative au cours de ces dernières années et les exports indiens vers les Émirats sont passés de 7,3331.38 millions en 2005-2006 à 10,671.88 millions de dollars en 2006-2007. Les importations de produits émiriens en Inde sont passés de 3,787.91 millions de dollars en 2005-2006 à 7,500.61 millions de dollars en 2005-2006. La balance commerciale est passée de 3,171.27 millions de dollars en 2006-2007 à 3,543.46 millions en 2006-2007[39].
Les Émirats arabes unis sont le second marché le plus important pour les produits indiens après les États-Unis d’Amérique. De nombreuses sociétés indiennes ont contribué à l’essor de certains secteurs aux Émirats arabes unis tels que la production et la transmission d’énergie, l’infrastructure et les transports et la télécommunication. La présence d’un certain nombre d’entrepôts de différentes sociétés indiennes aux Émirats arabes unis a également eu pour effet d’augmenter les échanges commerciaux entre l’Inde et les Émirats arabes unis, mais aussi avec les autres pays du Golfe[39].

L’Inde exporte des produits très divers aux Émirats arabes unis. Cependant, les produits les plus importants sont le coton, les accessoires, les bijoux et pierres précieuses, les produits artisanaux, les tissus, les métaux, les produits industriels et électroniques, le plastique et le linoleum, le thé, la viande et autres produits alimentaires. Les Émirats arabes unis, quant à eux, exportent du pétrole, de l’or, de l’argent, du métal, des perles et des pierres précieuses et semi-précieuses vers l’Inde[39].

Législation[modifier | modifier le code]

Comparé à d’autres pays de la région du Golfe tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis ont des lois assez libérales. Le pays a un système juridique civil, codifié, et fédéral. Le Code civil est inspiré de son homologue égyptien, à l'instar de nombreux autres pays de la région. Néanmoins, les émirats ont la possibilité d'appliquer, ou non, le système fédéral. Dubaï, par exemple, applique un système mixte, à la fois fédéral et propre à l'émirat.

La Shari'a, ou droit musulman, est appliquée aux lois concernant le statut personnel des musulmans (droit de la famille et droit des successions) et certains crimes. La Constitution proclame l'égalité des droits des femmes et des hommes (cf. Émirats arabes unis#Éducation) et, de façon générale, de tous les citoyens.

Stupéfiants[modifier | modifier le code]

L’importation, la consommation, la production ou la détention de stupéfiants (résine de cannabis, haschich, marijuana, héroïne, cocaïne) ou de substances considérées comme stupéfiants (un précédent avec un médicament contenant de la codéine), même en quantité infinitésimale (de l’ordre du milligramme) sont totalement interdites et sévèrement punies[40].

Alcool[modifier | modifier le code]

La consommation d'alcool est strictement interdite aux personnes de moins de 21 ans. Elle est interdite dans tous les Émirats pendant les fêtes religieuses. Il est interdit d’offrir des boissons alcoolisées à un musulman. L'alcool est interdit dans l'émirat de Sharjah.

Les résidents non musulmans peuvent acheter de l’alcool dans les magasins habilités s’ils possèdent une licence d’alcool (obtenue sous certaines conditions). Depuis 2013, il est possible de s'inscrire sur un site gouvernemental pour obtenir une licence d'alcool, sous forme de carte. Bien que la consommation de boissons alcoolisées soit autorisée dans les hôtels et les restaurants pour les non musulmans, la présence d’alcool dans le sang d’un conducteur est un délit.

Internet[modifier | modifier le code]

Les É.A.U. bloquent l'accès à l'intégralité des sites israéliens[réf. nécessaire]. Ils tentent de faire de même pour les sites homosexuels, pornographiques, de rencontres en anglais (mais pas en arabe, indien), et quelques-uns au contenu politique. Aux Émirats arabes unis, les courriels et les conversations téléphoniques sont sous surveillance ; aucune loi n'existe concernant la protection de la vie privée. En mars 2014, selon le journal Le Monde, un jeune Émirien a été arrêté et torturé pendant quatre jours pour un simple message (tweet) considéré subversif par les autorités[41].

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie des Émirats arabes unis.
Abou Dabi

L'économie des Émirats arabes unis, dont la balance commerciale est largement excédentaire, est étroitement liée à l’industrie du pétrole et du gaz naturel qui représentent 25% du PIB en 2012[42]. En 2005, les Émirats arabes unis étaient le troisième producteur de pétrole dans le golfe Persique après l'Arabie saoudite et l'Iran.

En 2013, le commerce extérieure émirati s'est largement diversifié, le secteur manufacturier d'une valeur de 82,5 milliards $ (21,7%)[43] est désormais le plus important de la région et les produits combustibles (produits pétroliers et gaziers) ne pèsent plus que pour 34% (129.1 milliards $)[44] des exportation commerciales.

Depuis 1971, les Émirats arabes unis sont passés d'un niveau de vie très bas au quatrième PIB par habitant au niveau mondial (43 400 US$ en 2005). Le PIB des É.A.U., aux prix courants, est passé de 624 milliards de dirhams en 2006 à 729,73 milliards de dirhams en 2007. En 2007, le taux de croissance a atteint un chiffre de 5,25 % contre 11,5 % en 2006. Dans le même temps ; le PIB nominal a augmenté de 16,8 % en 2007, contre 28,7 % en 2006 et 25,6 % en 2005. Malgré la récente stabilisation de la croissance économique, le pays demeure parmi les économies mondiales connaissant la plus forte expansion. Ceci est en partie dû à la valeur des secteurs pétrolier et gazier qui ont enregistré une hausse de 18,2 % en 2007 avec l'augmentation du prix du pétrole.

Ces dernières années, du fait de l’épuisement prévu des réserves pétrolières, le gouvernement a cherché à diversifier ses sources de revenus et à diminuer sa dépendance à l'égard du secteur des énergies fossiles. Cette diversification se caractérise notamment par le développement de l’industrie touristique centrée sur les côtes, le désert ou encore les complexes sportifs. La performance du secteur non pétrolier a atteint une valeur de 467,9 milliards de dirhams, soit 64,1 % du PIB global.

On doit cette croissance économique à divers facteurs clés, dont un développement sans précédent dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (25,6 %) et à une croissance significative des industries manufacturières (19,8 %), de l'immobilier (16,9 %), du secteur financier (11,5 %), des transports et des communications (8,3 %) et du tourisme dont le taux de croissance s'est maintenu à 6,4 %.

Le succès touristique des Émirats arabes unis ainsi que d’autres facteurs (prix modérés des biens de consommation, températures élevées durant toute l'année, projets touristiques immenses, etc.) lui donne le surnom de Singapour ou Hong Kong du Moyen-Orient[réf. nécessaire]. Par égard à la totale sécurité des biens et des personnes ainsi qu’au volume des opérations financières, c'est parfois le surnom de Suisse du Moyen-Orient qui est attribué[réf. nécessaire]. Des projets tels que les Résidences de Jumeirah Beach, l'un des plus grands ensembles immobiliers du monde ; Palm Jumeirah, une vaste île artificielle ; l'énorme projet d'aménagement du Marché central d'Abou Dabi ; Burj Dubaï (destiné à être la tour la plus haute du monde) ; la mosquée Cheikh Zayed ainsi que d'autres projets en cours tels que l'île de Saadiyat, de Palm Jebel Ali, de l'aéroport international d'Al Maktoum et de Dubaïland sont le signe d'une évolution très rapide du pays.

Politique économique[modifier | modifier le code]

Les gouvernements fédéral et locaux ont récemment publié des documents de planification stratégique, détaillant les mesures de développement qui vont être prises par les É.A.U. aux cours des prochaines années. Ces plans visent à stimuler la croissance économique et à renforcer la compétitivité de l'économie nationale.

Plan stratégique d'Abou Dabi

En mai 2008, le Conseil pour le développement économique d'Abou Dabi (ADCED) a publié son plan stratégique pour la période 2008-2012. Selon ce plan, l'émirat adoptera des politiques économiques plus libérales, renforcera ses infrastructures industrielles et apportera un plus grand soutien aux petites et moyennes entreprises pour leur permettre de jouer un rôle plus dynamique dans le développement de l'émirat. L'émirat veut également attirer davantage d'investissements étrangers et utiliser les gains générés par l'exploitation des hydrocarbures pour établir de nouvelles industries.

Plan stratégique de Dubaï

Contrairement au plan stratégique d'Abou Dabi, celui de Dubaï minimise l'importance des revenus pétroliers. À l'horizon 2015, le plan se fixe pour objectif de maintenir la croissance réelle de l'économie à un taux de 11 % par an, de manière à atteindre un PIB de 108 milliards de dollars en 2015 et de porter le PIB par habitant à 44 000 dollars.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Une intersection d'autoroute à Dubaï

Les É.A.U. continuent à consacrer des milliards de dollars à des projets d’infrastructure. Ils représentent le plus grand marché de projets de la région, soit 37 % de la valeur totale des projets dans les domaines du bâtiment, du pétrole et du gaz, de la pétrochimie, de l’électricité et de l’eau, ainsi que du traitement des déchets. Au cours des 12 derniers mois[Quand ?], d’énormes sommes ont été injectées dans l’immobilier, le tourisme et les loisirs. Des aménagements tels que Masdar City et l’île de Saadiyat à Abou Dabi transforment la capitale en un marché émergent.

Génie civil, urbanisme et immobilier

Mais c’est plus particulièrement Dubaï, l’émirat voisin, qui est renommé pour l’exécution de projets innovants avec des projets tels que The Palm et The World. Le promoteur Nakheel, division de Dubai World, est chargé de la plupart de ces aménagements off-shore. La construction a commencé en 2001 avec l’île de Palm Jumeirah. Aujourd’hui, plus de 2000 logements sont occupés et les travaux se poursuivent sur l’île. La construction de Palm Jebel Ali a commencé en 2002. Deux fois plus grand que Palm Jumeirah, ce projet devrait accueillir 1,7 million de personnes d’ici 2020. Le projet de Palm Deira, annoncé en 2004, aura cinq fois la taille de Palm Jebel Ali, ce qui en fera la plus grande île artificielle du monde.

Les trois îles artificielles ainsi que d’autres projets tels que The World, Dubaï Waterfront et l’Arabian Canal conçus par Nakheel auront la capacité de loger 3 millions de personnes. Dubai World Central, un chantier de 140 km² actuellement sous construction à côté de Jebel Ali créera plus de 900 000 postes, et abritera l’aéroport international d’Al Maktoum, qui sera le plus grand aéroport du monde en 2020. Le Burj Dubai, conçu par le promoteur immobilier Emaar est la plus haute tour du monde et culmine à 828 mètres. Le projet Dubailand a également été inauguré ; le complexe de 279 millions de m² représente les différents continents de la planète et représente un coût total de 235 milliards de Dirhams (64 milliards de dollars). Plusieurs des îles ont déjà été achetées par des célébrités telles que Richard Branson ou encore Michael Schumacher.

Cependant, les gouvernements des émirats du nord suivent de près les efforts de leur voisin prodige et encouragent les promoteurs immobiliers à construire des propriétés aussi bien commerciales que privées[45]. De plus, le président des Émirats arabes unis le Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane a consacré 16 milliards de dirhams (4,4 milliards de dollars) à des projets d’infrastructure dans les émirats du nord. Cette somme sera utilisée pour financer la construction de routes, de nouveaux quartiers résidentiels, des systèmes d’égouts et d’autres projets pour pallier les besoins en infrastructure de ces régions[46].

Transports maritimes
Le port de Jebel Ali est le plus grand port au Moyen-Orient et le septième port du monde par sa fréquentation

Il y a plusieurs ports dans le pays. Les plus importants sont les suivants: le port de Jebel Ali, le port Rashid, le port Khalid, le port Saeed, le port Khor Fakkan, et le port Zayed[47].

Transports aériens et infrastructures aéroportuaires

Le Terminal 3 à DXB est l’un des plus grands bâtiments du monde en termes de surface au sol[48] et a augmenté la capacité totale de l’aéroport de 60 millions de passagers. Il existe beaucoup d’autres aéroports à travers le pays. Mais l’aéroport international de Dubaï (DXB) est l’aéroport principal du pays. En 2008, celui-ci était le 20e aéroport le plus fréquenté au monde en termes de passagers et le 11e le plus fréquenté au monde pour les cargos. L’aéroport de Dubaï est également l’un des plus fréquentés par les passagers internationaux[49]. Les autres aéroports importants sont l’aéroport international d'Abou Dabi, l’aéroport international de Charjah et l’aéroport international d’Al Ain. On trouve par ailleurs des aéroports dans quelques petites villes ainsi que des pistes d’atterrissage à usage domestique dans les régions rurales de l’ouest du pays.
Les Émirats arabes unis possèdent un système d’autoroutes reliant toutes les villes principales des différents émirats. Les calculs les plus récents datent de 1998, mais déjà à cette date, on mesurait 1 088 km d’autoroutes aux É.A.U., qui se joignent ensuite au vaste système routier du Golfe jusqu’en Arabie saoudite. Les routes dans les régions du sud et de l’ouest sont beaucoup moins développées et sont considérées comme étant dangereuses. C’est pourquoi l’usage de l’avion comme mode de transport est devenu une habitude pour les Émiriens.
Il y a des vols quotidiens entre l’est et l’ouest des É.A.U., pratiques pour ceux qui souhaitent se rendre à Bani Yas[50] par exemple.

Les É.A.U. possèdent la plus grande compagnie aérienne au Moyen-Orient : Emirates Airline. Son hub est l’aéroport international de Dubaï et elle dessert plus de 100 destinations et 6 continents. Emirates est la compagnie aérienne qui a transporté le plus de passagers internationaux dans le monde[51].
Etihad Airways, la compagnie aérienne d’Abou Dabi, est également en plein essor avec plus de 200 avions en cours d’acquisition.

Transports urbains

Le métro de Dubaï devrait ouvrir ses portes en septembre 2009 et permettre de se rendre d’un bout à l’autre de la ville beaucoup plus rapidement qu’en voiture. Le projet, qui a coûté 15,5 milliards de Dirhams (4,2 milliards de dollars) comprend un viaduc de 52 km qui parcourt le long de la route Sheikh Zayed entre Al Rashidiya et Jebel Ali, a été complété récemment après trois ans de travaux. La ligne de métro devrait permettre à environ 27 000 passagers par heure de se rendre d’un bout à l’autre de la ville dans 42 trains[52]. Des travaux sont également en cours pour construire une autre ligne de métro qui reliera Al Qusais à Dubai Healthcare City, et dont la mise en service est prévue en mars 2010.

Abou Dabi prépare également un projet pour la construction d’un métro et d’un service ferroviaire national qui relierait toutes les grandes villes. Ceci permettra également de voyager par train vers d’autres pays du golfe[53]. La Federal Electricity and Water Authority (Fewa) est l’agence qui gère l’ensemble des services d’eau et d’électricité dans le pays. Chaque émirat possède également sa propre agence, telles qu'Abu Dhabi Water and Electricity Authority (Adwea), Dubai Water and Electricity Authority (Dewa) et Sharjah Water and Electricity Authority (Sewa), qui supervisent la distribution d’eau et d’électricité dans leur émirat.

Transport ferroviaire

Dépourvu jusqu'ici d'un réseau ferroviaire interurbain, les émirats sont particulièrement impliqués dans le projet de la Gulf Railway, une ligne ferroviaire longeant les côtes occidentales du golfe Persique, et impliquant les cinq autres états du Conseil de coopération du Golfe. Cette ligne qui devrait être mise en service en 2017, appeler à relier entre elles les capitales et autres villes importantes de la région, de Koweït (depuis la frontière irako-koweïtienne) à Mascate, en passant par Dammam, Manama (via la chaussée du roi Fahd), Doha, Abou Dhabi, Dubaï, ainsi que la plupart des autres capitales émiriennes (sauf Oumm al Qaïwaïn et Ras el Khaïmah). Cette liaison étant susceptible d'être prolongée vers le port omanais de Salalah[54].

Énergie

Les Émirats arabes unis ont l’intention de construire 68 barrages rechargeables dans les 5 prochaines années qui viendront s’ajouter aux 114 barrages déjà existants afin de pallier les besoins croissants de la population en énergie. Les Émirats arabes unis sont également sur le point de développer un programme nucléaire pacifique afin de générer davantage d’électricité. Les É.A.U. ont signé un accord pour le développement des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire avec la France, les États-Unis, et la Corée du Sud, ainsi qu’un accord avec le Royaume-Uni[55].

Télécommunications

Deux opérateurs téléphoniques s'affrontent actuellement aux Émirats arabes unis : Etisalat et du. Etisalat détenait le monopole des télécommunications jusqu’à l’arrivée des services de téléphonie mobile sur le marché en février 2007. Etisalat domine avec 74 % du marché, mais du gagne du terrain et tend à s’imposer comme un important concurrent. Entre 2002 et 2007, le nombre d’abonnés de téléphone mobile aux É.A.U. a augmenté en moyenne de 25,6 %, presque quatre fois plus vite que le taux de population. Les prévisions indiquent que le marché de la téléphonie mobile aux É.A.U. sera en plein essor et passera de 7,7 millions d’abonnés en 2007 à 9,2 millions en 2008 et à 11,9 millions en 2012[56]. La connexion Internet à haute vitesse est largement répandue dans le pays et il y a environ 2,4 utilisateurs par abonnement Internet. Les prévisions de la Telecommunications Regulatory Authority (agence pour la régulation des télécommunications) indiquent que, au cours des prochaines années, la croissance du nombre d’utilisateurs et d’abonnés se doublera d’une baisse du nombre d’utilisateurs par abonnement : selon les prévisions, le nombre d’abonnés devrait augmenter et passer de 0,904 million en 2007 à 1,15 million en 2008, 1,44 million en 2009 et 2,66 millions en 2012[57]. L’utilisation d’Internet est très étendue ; en 2007, on trouvait déjà 1,7 million d’utilisateurs (InternetWorldStats.com). Selon Reporters sans frontières, les autorités filtrent les sites dont le contenu pourrait être nuisible aux citoyens, en particulier les sites pornographiques ou dont le contenu est particulièrement offensif aux mœurs et croyances émiriennes[58].

Religions[modifier | modifier le code]

Selon le recensement le plus récent du ministère de l'Économie, celui de 2005, 76 % de la population serait musulmane (85 % de sunnites et 15 % de chiites), 9 % chrétienne et 15 % autre dont les hindous et bouddhistes[59]. Ce recensement ne prend pas en compte les personnes jugées temporaires et compte les baha'is et les druzes comme des musulmans[59].

Même si l’islam est la religion d’État, le gouvernement se montre tolérant envers les autres appartenances religieuses et autorise la pratique d’autres religions que l’islam[60]. Il y a 31 églises à travers le pays et un temple hindou à Bur Dubai[61].

Depuis la création des sept émirats en 1971, du fait de l’immigration massive en provenance d’Asie, les religions se sont multipliées. Ainsi, en plus des sikhs, des chrétiens et des hindous, on trouve des zoroastriens, des bouddhistes et des baha'is.

Langues[modifier | modifier le code]

L'arabe est la langue officielle du pays, mais, pour des raisons économiques et commerciales, l'anglais occupe une place importante, notamment dans le monde des affaires et du tourisme. L'hindî, l'ourdou, le farsi sont aussi bien parlés du fait de la population immigrée.

Les Émirats arabes unis font partie de l'Organisation internationale de la francophonie.

Éducation[modifier | modifier le code]

Université américaine de Sharjah.

Le système d'enseignement émirien est gratuit et universel pour tous, de la maternelle à l'université. Géré par le ministère de l'Éducation nationale, il est financé par l'État. Le programme scolaire est en harmonie avec les principes et le projet de développement des É.A.U.. Les cours sont donnés dans la langue officielle, l'arabe, et, dans la première langue étrangère du pays, l'anglais. Un secteur privé coexiste avec ce dispositif public.

Le système d'enseignement supérieur dépend du ministère de l'Enseignement supérieur ; les plus importantes universités sont les suivantes : l'Université d'Abou Dabi, l'Université Zayed, Le Collège de médecine du Golfe et les Higher Colleges of Technology. Les femmes constituent plus de 70 % des étudiants de l'éducation supérieure[62].

Les établissements privés sont également nombreux et comprennent l'Université de Sharjah, l'Université de Wollogong à Dubaï, l'Université américaine de Sharjah, l'Université américaine de Dubaï, l'Institute of Management Technology à Dubaï et l'Université des Sciences et des Technologies d'Al Ain. De nombreuses universités étrangères ont construit un campus aux É.A.U., comme Paris IV, dont un campus (Sorbonne-Abou Dabi) se trouve à Abou Dabi. En outre, l'institut BITS, Pilani s'est établi en 2000 à Dubaï. L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) est également en train d'implémenter un campus à Ras el Khaïmah.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture des Émirats arabes unis.
Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local
1er janvier jour de l'an
10 di alhija - 1er mouharam Fête du Sacrifice - nouvel an islamique Aïd al-Adha - Al-Hijra
Rabii al awal Naissance de Mahomet Mouloud
6 août Avènement de Cheikh Zayed
27 Rajab Montée au ciel de Mahomet Leilat al-Meiraj
Ramadan Fin du Ramadan Aïd al-Fitr
2 décembre Fête Nationale

Les É.A.U. ont une culture très diverse, enrichie par l’arrivée de populations immigrées venant d’abord de l’Iran au début du XXe siècle, puis d’Inde et du Pakistan dans les années 1960. En dépit de la diversité de la population, il y a eu peu de tensions ethniques entre les différents groupes de population.

La culture émirienne est fondée sur les principes de l’Islam et de la culture traditionnelle arabe et bédouine. L’influence arabe est présente dans l’architecture, la musique, la cuisine et le mode de vie des Émiriens[63]. Les musulmans sont conviés à faire la prière cinq fois par jour par le muezzin, qui les appelle du haut du minaret dans les mosquées. Le weekend commence le vendredi, jour saint pour les musulmans.

Deux jours fériés importants aux Émirats arabes unis sont les jours ou l’on fête l’Aïd el-Fitr, qui marque la fin du Ramadan, et la journée nationale qui a lieu le 2 décembre et qui commémore la formation du pays[64]. Étant donné son caractère cosmopolite, les Émirats arabes unis ont une culture diverse et vibrante.

Le développement socio-économique sans précédent dont le Golfe Persique a joui, a contribué à libéraliser les Émirats arabes unis. Tandis que l’islam reste la religion la plus importante, ainsi que celle de l’État, les autres religions sont respectées et tolérées. On trouve d’ailleurs des églises, des temples hindous et des synagogues à côté des mosquées. Le pays abrite de nombreuses populations qui ont fui la persécution dans leur pays d’origine. L’aspect cosmopolite de Dubaï en particulier, est de plus en plus évident et il n’est pas rare de trouver des centres culturels asiatiques, des écoles européennes et de nombreux restaurants spécialisés dans la cuisine étrangère.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Les Émirats, qui jouissent déjà d’une solide réputation sur la scène sportive internationale, accueillent de nombreuses rencontres de premier plan dans des disciplines sportives très diverses, allant du hippisme à la course automobile en passant par le golf, le tennis, le football, le rugby, le cricket, la voile, les courses de hors-bord et presque tous les autres sports de compétition.

En dehors des événements du circuit international, les É.A.U. bénéficient d’un excellent environnement sportif local, de nombreux Émiriens adhérant à des clubs et établissements divers. Les sept émirats se rencontrent régulièrement lors des matches de championnats nationaux organisés dans diverses disciplines, sous la tutelle d’instances dirigeantes spécialisées. Grâce aux installations sportives de grande qualité que possède le pays (en intérieur comme en extérieur) et au climat favorable, les activités se poursuivent pendant l’hiver.

Le sport joue un rôle de plus en plus important dans les efforts déployés par les É.A.U. pour développer le secteur du tourisme. La plupart des hôtels offrent déjà d’excellentes installations, mais on est en train d’en rénover un grand bon nombre et d’en aménager de nouvelles. Les terrains de golf très bien entretenus et les installations équestres de classe internationale ne sont que deux des éléments qui attirent les visiteurs en grand nombre.

Baignés par le golfe d’Arabie à l’ouest et par l’océan Indien à l’est, les É.A.U. sont un lieu de prédilection pour les amateurs de sports nautiques. Les émirats de la côte du Golfe sont dotés de longues plages de sable, où l’on peut pratiquer des sports tels que la voile, le jet-ski, le surf, la natation ou encore le kitesurf. Le snorkelling et la plongée sous-marine sont également des passe-temps très populaires : sur la Côte Est des Émirats, on peut admirer toutes sortes de poissons exotiques ainsi que des récifs coralliens. Parmi les sites favoris des plongeurs figurent la fameuse « Snoopy Island » et la zone située au nord de Dibba.

Résidents et visiteurs peuvent profiter des nombreux parcs et terrains de loisirs du pays, où sont organisés des matches de football, de basket et de cricket, tandis que les zones désertiques et montagneuses voisines des grandes villes offrent un cadre idéal pour des activités plus aventureuses. Il serait très difficile de dire quel sport n’est pas pratiqué aux Émirats, car de nouveaux clubs, centres ou associations se créent constamment dans la région[65].

Golf[modifier | modifier le code]

Dubaï est depuis quelques années la destination préférée des amateurs et professionnels de golf. Avec plus de 12 parcours signés par de grands architectes internationaux, Dubaï s’est bâti une réputation mondiale dans le domaine. De plus, depuis 1989, Dubaï organise le Dubaï Désert Classic, premier tournoi de golf au Moyen-Orient. De nombreux joueurs internationaux participent à ce tournoi, qui fait partie du Tour Européen depuis sa création en 1989. Le joueur à renommée internationale Ernie Els a gagné le tournoi trois fois. Ce tournoi a généralement lieu à l’Emirates Golf Club[66].

Courses de dromadaires[modifier | modifier le code]

Dromadaires dans le désert.

Les courses de dromadaires sont un sport traditionnel important aux Émirats arabes unis, qui trouve son origine dans les déserts de la péninsule Arabique, de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Les dromadaires ont toujours joué un rôle essentiel dans la vie des Bédouins, leur offrant transport, nourriture et bien davantage. En effet, les dromadaires ont depuis longtemps été utilisés pour les compétitions, les festivals et les célébrations importantes. Des courses étaient organisées lors de ces événements entre les différents propriétaires. Malgré l’avènement de la technologie et de la modernité, les dromadaires ont gardé un rôle symbolique important dans la culture des Émirats arabes unis. Des courses de dromadaires sont organisées tous les ans, financées entièrement par le gouvernement. Elles ont lieu d’octobre à avril les jeudi, vendredi et samedi, et l’entrée est libre. Il est interdit de parier sur les dromadaires, car cela est contraire aux croyances musulmanes. Cependant, les gagnants reçoivent de généreuses sommes d’argent, le prix le plus convoité étant le King’s Cup à Dubaï[67].

Courses équestres[modifier | modifier le code]

Les chevaux arabes sont connus pour leur intelligence et leur endurance.

En 1985, les Émirats arabes unis ont rejoint la Fédération Équestre Internationale (FEI), puis ont formé leur propre fédération en 1992 : la UAE Equestrian and Racing Federation. Depuis, de nombreuses courses équestres ont lieu aux Émirats arabes unis tous les ans, qui ont propulsé le pays sur la scène équestre internationale. Les habitants des Émirats arabes unis, et en particulier la famille régnante et les cheikhs, entretiennent depuis longtemps une relation passionnée avec les magnifiques chevaux arabes. Les purs-sangs arabes étaient autrefois remarquablement bien entraînés par leurs maîtres bédouins comme chevaux de guerre, pour leur intelligence et leur incroyable endurance. Ils sont aussi incontestablement reconnus pour leur beauté et leur comportement doux envers l’homme.
Des courses de chevaux sont régulièrement organisées à Abou Dabi, les plus populaires chaque année étant la « Coupe de Son Altesse le Président », la « Coupe de la fête nationale » et le « Championnat des Émirats ». Des concours de saut d’obstacles ont aussi régulièrement lieu au Centre équestre d’Abou Dabi ou l’ADEC. L’ADEC possède 2 000 mètres de pistes d’entraînement au sein de l’hippodrome et plus de 250 écuries climatisées abritant les chevaux de course ainsi que des chevaux de particuliers. L’école d’équitation de l’ADEC dispose de plus de 90 chevaux, ainsi que de moniteurs diplômés pouvant enseigner aux cavaliers débutants ou confirmés. De plus, la UAE Equestrian and Racing Federation organise chaque année une course d’endurance, où les participants concourent sur des distances allant jusqu’à 160 kilomètres. La première course d’endurance moderne a eu lieu en 1993 et depuis, les organisateurs remportent de plus en plus de succès. Les concurrents de la course annuelle d’endurance incluent des membres de la famille régnante et de la famille royale, des habitants des Émirats arabes unis, des cavaliers expatriés et même des touristes étrangers. La saison des courses d’endurance à Abou Dabi débute normalement en novembre et dure jusqu’en mai de l’année suivante[68]. En outre le Sheikh Mohammad Bin Rashid Al Maktoum, est un grand éleveur de chevaux et participe à de nombreuses compétitions internationales.

Fauconnerie[modifier | modifier le code]

Fauconnerie dans le désert à Dubai

Au même titre que celle du dromadaire, l’image du faucon perpétue l’attachement du peuple des Émirats arabes unis à ses traditions bédouines. La fauconnerie est une activité sportive traditionnelle, pratiquée notamment par Sheikh Hamdan, le prince héritier de Dubaï. Un centre national entièrement consacré à la fauconnerie se trouve à Dubaï et peut se visiter sur la route qui mène à l’hippodrome.

Données diverses[modifier | modifier le code]

Capitale : Abu Dhabi
Population des Émirats arabes unis : 8 264 070 habitants (en 2010) ; 0-14 ans : 28,86 % ; 15-64 ans : 68,74 % ; +65 ans : 2,4 %
Frontières terrestres : 867 km (Oman 410 km ; Arabie saoudite 457 km)
Littoral : 1 318 km
Extrémités d'altitude : 0 m > + 1 527 m
Espérance de vie des hommes : 74 ans (en 2013)[69]
Espérance de vie des femmes : 79 ans (en 2013)[69]
Taux de croissance de la population : 1,59 % (en 2001)
Taux de natalité : 18,11 ‰ (en 2001)
Taux de mortalité : 3,79 ‰ (en 2001)
Taux de mortalité infantile : 16,88 ‰ (en 2001)
Taux de fécondité : 3,2 enfants/femme (en 2001)
Taux de migration : 18,11 ‰ (en 2001)
Indépendance : 2 décembre 1971 (ancienne colonie britannique)
Lignes téléphoniques : 915 223 (en 1998)
Téléphones portables : un million (en 1999)
Postes de radio : 820 000 (en 1997)
Postes de télévision : 310 000 (en 1997)
Utilisateurs d'Internet : 400 000 (en 2000)
Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 1 (en 2000)
Prix moyen pour 20 h de connexion : 10 euros
Routes : 4 835 km (la totalité goudronnée) (en 1998) dont un très important réseau autoroutier gratuit à 4 ou 8 voies éclairées
Voies ferrées : 0 km
Voies navigables : 0 km
Nombre d'aéroports : 40 (dont 22 avec des pistes goudronnées) (en 2000)
ainsi que 32 internationaux

Codes[modifier | modifier le code]

Les Émirats arabes unis ont pour codes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) UAE Statistics
  2. Site officiel du ministère français des Affaires étrangères
  3. a, b, c et d Revue annuelle des Émirats arabes unis, 2009
  4. http://www.uaeinteract.com/french/heritage/#2
  5. http://www.uaeinteract.com/history/e_walk/con_3/con3_60.asp
  6. http://www.globalsecurity.org/wmd/world/iran/abu-musa.htm
  7. Frontières maritimes du Golfe Persique
  8. http://www.uae.gov.ae/Government/oil_gas.htm
  9. Émirats arabes unis-Arabie saoudite Résurgence du conflit frontalier
  10. Le torchon brûle entre l’Arabie saoudite et les Emirats
  11. La consommation d'électricité d'un américain moyen était d'environ 12 500 kWh/hab/an en 2007 aux US
  12. Bulletin ADIT Allemagne no 444 daté du 2009/07/09
  13. (en) Le projet éco-technologique de la future ville de Masdar.
  14. (en) Le Sommet international des énergies futures aura lieu en 2012.
  15. (en) The World Factbook - Net migration rate
  16. Abdel Bari Atwan, « Émirats arabes unis. L'intifada des travailleurs indiens », cité dans Courrier international du 02/11/2007, [lire en ligne]
  17. Revue annuelle des Émirats arabes unis
  18. (en) David C. King, The United Arab Emirates, Marshall Cavendish,‎ 2008, 144 p. (ISBN 0-7614-2565-9, lire en ligne), p. 34
  19. http://www.uaeinteract.com/government/political_system.asp#E UAE Government: Political system - UAEinteract
  20. Abu Dhabi; Government
  21. Revue annuelle, É.A.U. 2010, p. 32
  22. a et b Revue annuelle, É.A.U. 2010, p. 30
  23. a et b gulfnews : What is the Federal National Council?
  24. Members of the Federal National Council
  25. Revue annuelle, É.A.U. 2010, p. 22
  26. a et b Revue annuelle, É.A.U. 2010, p. 24
  27. Mohammed announces the Federal Government Strategy
  28. a et b Élections de décembre 2006 du Federal National Council.
  29. Revue annuelle, É.A.U. 2010, p. 33
  30. « Egypt State Information Service - Egypt and U.A.E Relations », Sis.gov.eg (consulté le 15 juillet 2009)
  31. « Pakistan Observer - Newspaper online edition - Editorial », Pakobserver.net,‎ 26 novembre 2008 (consulté le 15 juillet 2009)
  32. « Business New », Pakobserver.net,‎ 6 septembre 2008 (consulté le 15 juillet 2009)
  33. « Embassy of India, UAE - India-UAE Bilateral Relations », Indembassyuae.org (consulté le 15 juillet 2009)
  34. UAEinteract.com, « UAE Government: Foreign policy », UAEinteract,‎ 1 janvier 2008 (consulté le 15 juillet 2009)
  35. 11:14 AM, « UAE Confirms Discussions With France On Purchase Of Rafale - Page 3 - Defence Talk Forum », Defencetalk.com (consulté le 15 juillet 2009)
  36. url=http://www.lexpress.fr/actualite/monde/sarkozy-aux-emirats-pour-des-accords-sur-le-nucleaire-civil_469280.htm%7Ctitre=L'express
  37. « Gulfnews: UAE and France sign landmark nuclear cooperation agreement », Archive.gulfnews.com,‎ 16 janvier 2008 (consulté le 15 juillet 2009)
  38. a et b Relations Japon-Émirats arabes unis Ministère japonais des Affaires étrangères
  39. a, b, c, d, e, f et g http://www.indembassyuae.org/induae_bilateral.phtml
  40. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/emirats-arabes-unis_12240/index.html
  41. Aux Emirats, quatre jours de torture pour un tweet, Benjamin Barthe, lemonde.fr, 9 avril 2014
  42. https://economics.rabobank.com/publications/2014/may/country-report-uae/
  43. http://www.wto.org/french/res_f/statis_f/statis_bis_f.htm?solution=WTO&path=/Dashboards/MAPS&file=Map.wcdf&bookmarkState={%22impl%22:%22client%22,%22params%22:{%22langParam%22:%22fr%22}}
  44. http://www.wto.org/french/res_f/statis_f/statis_bis_f.htm?solution=WTO&path=/Dashboards/MAPS&file=Map.wcdf&bookmarkState={%22impl%22:%22client%22,%22params%22:{%22langParam%22:%22fr%22}}
  45. « UAE yearbook 2009 », Slideshare.net,‎ 15 juillet 2009
  46. GWNews_Gen_v1.3, « Dh16 billion allocated for infrastructure development of Northern Emirates », Gowealthy.com,‎ 15 juillet 2007
  47. « UAE Ports », Uae.gov.ae,‎ 15 juillet 2009
  48. Dubai airport passengers top 37m
  49. Dubai world’s sixth busiest airport
  50. « Airports UAE United Arab Emirates », Indexuae.com,‎ 15 juillet 2009
  51. Scheduled Passengers Carried
  52. « Welcome to Zawya », Zawya.com,‎ 15 juillet 2009
  53. « Welcome to Zawya », Zawya.com,‎ 15 juillet 2009
  54. (en) Article du « Railway Gazette »
  55. « UAE nuclear plans revealed - Energy », ArabianBusiness.com,‎ 15 juillet 2009
  56. http://www.telecompaper.com/news/SendArticle.aspx?u=True
  57. « UAE telecom market grows with competition », Ameinfo.com,‎ 15 juillet 2009
  58. « UAE reports high website censorship - The National Newspaper », Thenational.ae,‎ 15 juillet 2009
  59. a et b (en) Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor, « International religious freedom report 2009 », US Department of State,‎ 26 octobre 2009 (consulté le 16 aout 2010)
  60. United Arab Emirates International Religious Freedom Report, Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor
  61. http://archive.gulfnews.com/uae/about_uae/more_stories/10203234.html
  62. Fatma Abdulla, Natasha Ridge, Where are All the Men? Gender, Participation and Higher Education in the United Arab Emirates, Dubai School of Government, mars 2011
  63. « UAE Culture », Uae.gov.ae,‎ 1 juin 2000 (consulté le 15 juillet 2009)
  64. « Official holidays in UAE », Gowealthy.com (consulté le 15 juillet 2009)
  65. http://uaeinteract.com/french/sports/
  66. http://www.dubaigolf.info/dubaigolfhistory.html
  67. http://www.uae.gov.ae/Government/sports.htm
  68. http://www.visitabudhabi.ae/fr/what.to.do/sports/wquestrian.riding.aspx
  69. a et b (en) The World Factbook - United Arab Emirates

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monarchies du Golfe, Rémy Leveau, Frédéric Charillon (dir), La Documentation française, 2005

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]