Île artificielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une île artificielle est une île formée grâce à une intervention humaine, et non de façon naturelle. Elle est généralement construite sur un récif existant, ou peut être l'extension d'un îlot existant. Les îles artificielles sont traditionnellement créées par remblaiement. Quelques exemples récents suivent le modèle des plates-formes pétrolières, mais la désignation d'« île » pour ces structures reste soumise à controverse. Une forme moins discutée d'île artificielle consiste en l'isolation de terres par le creusement d'un canal.

Les plus grandes îles artificielles gagnées sur l'eau, selon leur superficie[modifier | modifier le code]

# Nom Superficie (km²) Pays activités
1 Flevopolder 970 Pays-Bas Agglomérations et agricultures
2 Yas Island 25 Abu Dhabi Circuit Yas Marina
3 Aéroport international de Hong Kong 9,38 Chine Aéroport
4 Palm Jebel Ali 8 Dubaï en construction
5 Aéroport international du Chūbu 6,8 Japon Aéroport
6 Palm Jumeirah 6,5 Dubaï habitation
7 Île de Rokkō 5,8 Japon habitation
8 Île du Port 5,2 Japon habitation
9 Aéroport international du Kansai 4 Japon Aéroport

Les plus grandes îles artificielles selon leur superficie[modifier | modifier le code]

# Nom Superficie (km²) Pays activités
1 Île René-Levasseur 2 020 Québec Réserve naturelle

Construction[modifier | modifier le code]

Les îles artificielles sont construites par remblayage ou par construction de digues. Elles utilisent parfois un ou plusieurs îlots déjà existants.

Histoire de quelques îles[modifier | modifier le code]

L’île de Palm Jumeirah à Dubaï prise depuis la station spatiale internationale (2005)

Bien qu'ayant une image moderne, on a découvert plusieurs types d'îles artificielles très anciennes comme les Crannogs préhistorique d'Écosse et d'Irlande, les centres cérémoniels Nan Madol de Micronésie et les îles Uros du lac Titicaca.

L'ancienne ville aztèque de Tenochtitlán, aujourd'hui Mexico, était située sur une petite île naturelle dans le lac Texcoco et entourée d'îles artificielles appelé chinampas utilisées pour la culture.

Les îles artificielles ont une longue histoire dans de nombreuses régions du monde. La ville de Tenochtitlán, maintenant Mexico, abritait 250 000 personnes quand les Espagnols sont arrivés.

De nombreuses îles artificielles ont été construites dans les zones urbaines ou dans les ports pour fournir, soit un espace isolé en dehors de la ville ou tout simplement pour décharger les villes bondées. Un exemple du premier cas, Dejima construit dans la baie de Nagasaki au Japon à l'époque d'Edo comme un centre de marchandises. Ellis Island en est un bon exemple (New York).

D'autres îles artificielles sont simplement créées comme lieu de remblayage suite à l'excavation d'un autre projet. L'île Notre-Dame, près de Montréal, fut créée lors des travaux pour l'Exposition universelle de 1967 à partir de la terre excavée du métro de Montréal[1].

En 1994 l'Aéroport international du Kansai est le premier aéroport à être construit entièrement sur une île artificielle, suivi en 2005 par l'Aéroport international du Chūbu, l'Aéroport de Kitakyushu et l'aéroport de Kobe en 2006. Lorsque l'Aéroport international de Hong Kong a ouvert en 1998, 75 % de la propriété a été créé en récupérant des matériaux sur les îles existantes de Chek Lap Kok et Lam Chau.

Dubaï abrite plusieurs projets d'îles artificielles, y compris les trois Palm Islands projets, The World et le Dubaï Waterfront. Seul Palm Jumeirah est habité jusqu'à présent.

Projets modernes d'îles artificielles[modifier | modifier le code]

La Russie veut un archipel artificiel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Federation Island.

La Russie envisage de construire, sur la mer Noire, un archipel artificiel d'une surface de 330 ha. La construction devrait être achevée pour les Jeux olympiques d'hiver de Sochi en 2014. Ce projet immobilier a été présenté le 23 septembre 2007 au président Vladimir Poutine par son concepteur, l'architecte néerlandais Erick Van Egeraat. Il comprendra des hôtels, des villas, des appartements et des lieux de loisirs tout comme l'île artificielle de Palm Islands, à Dubaï. L'île de la Fédération (en russe : Остров Федерация, Ostrov Federatsia) reprendra la forme de la Fédération de Russie.

Villes amphibies aux Pays-Bas[modifier | modifier le code]

L'architecte urbaniste de Rotterdam, Adrian Geuze, a conçu un projet encore plus ambitieux : la création, à une trentaine de kilomètres au large des côtes de la Flandre et de la Hollande, de cinq îles artificielles étroites. La plus grande pourrait atteindre 100 km de long. La forme et la taille des îles seront calculées en tenant compte de facteurs naturels. Leur littoral évoluera sous l'influence des vents, des marées et des courants. Les régions côtières seront protégées des tempêtes et stabiliseront le littoral. Sur ces îles on pourra faire pousser des forêts et des prairies, y installer des bases de loisirs et même un port industriel, pour que Rotterdam soit soulagé. La vie pourra se développer, car les dunes artificielles retiendront les eaux de pluies qui deviendront des nappes phréatiques.

Île de construction[modifier | modifier le code]

Lors de certaines constructions, une île peut être construite pour la durée du chantier.

Article détaillé : Île de construction.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. « Montréal. Paysage urbain », sur L'encyclopédie canadienne, Historica-Dominion,‎ 2010 (consulté le 2011-01-09).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :