Émir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohammed Alim Khan (1880-1944), émir de Boukhara, photo prise en 1911, par Sergueï Prokoudine-Gorski au cours de son travail de documentation sur l'Empire Russe

Émir est un titre de noblesse utilisé dans le monde musulman. En arabe, أمير ʾamīr est celui qui donne des ordres, mot lui-même dérivé du verbe أَمَرَ ʾamara (commander).

Le terme amiral est dérivé du terme أمير البحر ʾamīr al baḥr (« émir/prince de la mer »)

Le territoire dirigé par un émir se nomme émirat (principauté en français).

Le mot « émir » peut signifier "prince" (« émira » désignant "princesse") lorsqu'il désigne une personne régnant sur un territoire, ou "général" lorsqu'il désigne un commandant d'armée.

A noter que le terme émir peut également être porté comme prénom, orthographié dès lors "Amir" (ou "Amira" au féminin).

En arabe[modifier | modifier le code]

Amīr al-mu’minīn[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Commandeur des croyants.

Amīr al-mu’minīn[1] est habituellement traduit par « commandeur des croyants », a été latinisé comme Miramolinus, d'où en français Miramolin. C’est le titre donné au représentant suprême des musulmans, porté dans les premiers temps de l'islam par le calife. Le roi du Maroc porte, aujourd'hui, le titre de Commandeur des croyants.

Amīr al-muslimīn[modifier | modifier le code]

Amīr al-muslimīn[2] est le titre donné aux sultans et signifiant « prince des musulmans ». Ce titre a été utilisé par Abû Yûsuf Ya`qûb ben `Abd al-Haqq sultan Mérinide qui en 1269, se proclame « prince des musulmans » (amīr al-muslimīn) pour ne pas prendre le titre califal de « prince des croyants » (amīr al-mu’minīn).

Amīr al-'umarā'[modifier | modifier le code]

Le titre d’amīr al-'umarā'[3] « émir des émirs » a été donné au Xe siècle au commandant des armées califales. Le premier à porter ce titre serait un oncle du calife abbasside Al-Muqtadir. Il a ensuite été porté par les sultans bouyides lors de leur mise sous tutelle du califat. Ce titre est ensuite repris par les Seldjoukides lorsqu’ils prennent la succession des Bouyides.

En persan[modifier | modifier le code]

Amīr-e olūs[modifier | modifier le code]

Amīr-e olūs[4] « prince de la nation » un équivalent d'amīr al-'umarā' dans le contexte de la dynastie des Ilkhanides[5].

Amīr-e tūmān[modifier | modifier le code]

Amīr-e tūmān[6] « émir de dix-mille (hommes) » est le titre d’un chef militaire conduisant une armée de 10 000 hommes. L’armée était divisée en groupes de dix, cent, mille et dix-mille hommes. À l’époque Kadjar, la vente des titres va le déprécier. Malgré un décret limitant à sept le nombre de titulaires de ce titre, il y en avait plus d’une centaine[7].

Amīr-e laškar[modifier | modifier le code]

Amīr-e laškar[8] « émir de l’armée » est un titre militaire Iranien équivalent à celui de général qui a été aboli par Reza Pahlavi, lors de son accession au trône (1925). Sous les Kadjar, les titres d’amīr-e laškar et d’amīr-e tūmān coexistent jusqu’à leur abolition[9].

Amīr-e nezām[modifier | modifier le code]

Le titre d’Amīr-e nezām[10] « émir de l’armée » a été utilisé pendant la période Kadjar, il ne semble pas avoir été en usage aux périodes antérieures. Il semble être l’équivalent de général en chef. En Azerbaïdjan, au début du XIXe siècle, ce titre a été introduit dans le cadre d’une réforme de l’armée par le commandant en chef de la garde du prince royal. Après 1900, ce titre disparaît. En Iran, à la fin de l’époque Kadjar, avec la vénalité des titres, il devient un simple titre de parade. Les derniers titulaires n’avaient même plus de lien avec l’armée[11].

Amīr-e haras[modifier | modifier le code]

L’amīr-e haras[12] « émir des gardes » est, à la cour des Abbassides, l’officier chargé du maintien de l’ordre à l’intérieur du palais. Cet office perd de son importance avec les Seldjoukides[13].

Autres[modifier | modifier le code]

Ces titres ont souvent été portés par des esclaves militaires turcs (mamelouks) chez les Seldjoukides[14].

  • Amīr-e ǰāndār[15] « émir des gardes (du corps) » titre porté par le chef de la garde du sultan.
  • Amīr-e selāh[16] « émir des armes » titre porté par celui qui est chargé de porter l’armure et des armes du sultan.
  • Amīr-e ākhor[17] « émir des écuries » titre porté par celui qui est chargé des chevaux du sultan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amīr al-mu’minīn, en arabe : ʾamīr al-muʾminīn, أمير المؤمنين, « prince des croyants »
  2. Amīr al-muslimīn, en arabe : amīr al-muslimīn, أمير المسلمين, « prince des musulmans »
  3. Amīr al-'umarā’, en arabe : amīr al-ʾumarāʾ, أمير الأمراء, « émir des émirs »
  4. Amīr-e olūs en persan : amīr olūs, امیر الوس, « prince de la nation ». Du mot turc d’origine mongole ulus, nation.
  5. (en) Charles Melville, « Čobān », dans Encyclopædia Iranica en ligne.
  6. Amīr-e tūmān en persan : amīr tūmān, امیر تومان, « commandant de dix-mille (hommes) » c'est-à-dire responsable d’une région capable de fournir dix-milles soldats.
  7. (en) J. Calmard, « Amīr(-e) tūmān », dans Encyclopædia Iranica en ligne.
  8. Amīr-e laškar en persan : amīr-e laškar, امیر لشکر, « commandant de l’armée ».
  9. (en) J. Calmard, « Amīr(-e) laškar », dans Encyclopædia Iranica en ligne.
  10. Amīr-e neẓām en persan : amīr-e neẓām, امیرنظام, « commandant de l’armée ».
  11. (en) A. Amanat, « Amīr(-e) neẓām », dans Encyclopædia Iranica en ligne.
  12. Amīr-e haras en persan : amīr-e ḥaras, امیر حرس, « émir des gardes ».
  13. (en) C. E. Bosworth, « Amīr-e ḥaras », dans Encyclopædia Iranica en ligne.
  14. (en) C. E. Bosworth, « Amīr », dans Encyclopædia Iranica en ligne.
  15. Amīr-e ǰāndār en persan : amīr-e ǰāndār, امیر جاندار, « commandant des gardes (du corps) ».
  16. Amīr-e selāh en persan : amīr-e selāḥ, امیر سلاح, « commandant des armes ».
  17. Amīr-e ākhor en persan : amīr-e āḫor, امیر آخر, « commandant des écuries ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]