Ternay (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ternay.
le Ternay
Le lac du Ternay
Le lac du Ternay
Caractéristiques
Longueur 15,1 km [1]
Bassin 25,5 km2
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen 0,33 m3/s (Savas)
Régime pluvial
Cours
Source près du Col de l'Oeillon
· Localisation Véranne
· Altitude 1 160 m
· Coordonnées 45° 23′ 10″ N, 4° 36′ 42″ E
Confluence la Déôme
· Localisation Saint-Marcel-lès-Annonay
· Altitude 428 m
· Coordonnées 45° 16′ 53″ N, 4° 38′ 05″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Loire, Ardèche
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Ternay est une rivière française qui coule dans les départements de la Loire et de l'Ardèche. C'est un affluent de la Déôme (appelée Deûme lors de son passage dans l'Ardèche) en rive gauche, donc un sous-affluent du Rhône par la Deûme puis par la Cance.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 15,1 km[1].

Le Ternay prend sa source près du Col de l'Oeillon dans la Loire. Il traverse les villages de Colombier et de Saint-Julien-Molin-Molette avant de se jeter dans un barrage (le barrage du Ternay) puis dans la Deûme.

Le barrage sert à alimenter le bassin annonéen et les usines Canson.

Le Ternay à Saint-Marcel-lès-Annonay

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Ternay à Savas[modifier | modifier le code]

Le débit du Ternay a été observé sur une période de 15 ans (1993-2008), à Savas, localité ardéchoise située non loin de son confluent avec la Deûme[2]. La surface prise en compte y est de 25,5 km2, ce qui représente plus de 90 % de la totalité du bassin versant de la rivière.

Le débit moyen inter-annuel ou module de la rivière est de 0,33 m3/s.

Le Ternay présente des fluctuations saisonnières de débit assez importantes. Les hautes eaux se déroulent de l'automne jusqu'au printemps, et portent le débit mensuel moyen à un niveau de 0,363 à 0,581 m3/s, de novembre à mai inclus (avec un premier sommet de novembre à janvier, et un second en avril). Les basses eaux ont lieu en été, de juillet à septembre, avec une baisse du débit mensuel moyen jusqu'au niveau de 0,046 m3/s au mois d'août.

Débit moyen mensuel (en litres par seconde)
Station hydrologique : Savas

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues du Ternay peuvent être importantes, compte tenu de l'extrême exiguïté de son bassin. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 6,4 et 11 m3/s. Le QIX 10 se monte à 14 m3/s, et le QIX 20 en vaut 17. Quant au QIX 50, il n'a pas encore été calculé, à cause de l'insuffisance de la durée d'observation du cours d'eau.

Le débit instantané maximal enregistré a été de 16 m3/s le 3 décembre 1993, tandis que la valeur journalière maximale était de 11,1 m3/s le même jour. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, on constate que cette crue était d'ordre vicennal, et donc nullement exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Le Ternay est une rivière assez abondante. La lame d'eau écoulée dans le bassin de l'Azergues se monte à 409 millimètres annuellement, ce qui est nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France (320 millimètres), mais nettement inférieur à la moyenne de la totalité du bassin du Rhône (670 millimètres à Valence). Le débit spécifique (ou Qsp) est de 12,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]