Saint-Julien-Molin-Molette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Julien.
image illustrant une commune de la Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Saint-Julien-Molin-Molette
La rivière du Ternay traversant la commune.
La rivière du Ternay traversant la commune.
Blason de Saint-Julien-Molin-Molette
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Le Pilat
Intercommunalité Communauté de communes des monts du Pilat
Maire
Mandat
Jean-Louis Bariot
2014-2020
Code postal 42220
Code commune 42246
Démographie
Gentilé Piraillons
Population
municipale
1 198 hab. (2014)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ 23″ nord, 4° 36′ 58″ est
Altitude Min. 441 m – Max. 880 m
Superficie 9,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Julien-Molin-Molette

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Saint-Julien-Molin-Molette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-Molin-Molette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-Molin-Molette
Liens
Site web saint-julien-molin-molette.fr

Saint-Julien-Molin-Molette est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village fait partie du parc régional naturel du Pilat,

Toponymie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Saint-Julien-Molin-Molette doit probablement son nom composé au souvenir d'un soldat romain nommé Julien, à la présence de nombreux moulins qui puisaient autrefois l'énergie de la rivière du Ternay, ainsi qu'à l'existence des molettes, de petites meules servant à l'aiguisage des armes blanches. Le nom originel de cet ancien village romain aurait ainsi été « Moledane » ou « Moletane », auquel aurait ensuite été rajouté le nom du saint patron, puis la référence à ses nombreux moulins. Le nom de ses habitants (Piraillons, Piraillones), si différent du nom du village, proviendrait quant à lui d'un surnom en relation avec ses anciennes mines de plomb et d'argent (d'où les « piraillons », qui travaillent la pierre).

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'histoire récente de Saint-Julien-Molin-Molette est étroitement liée à l'essor du tissage sur soie naturelle qui a marqué la seconde moitié du XIXe siècle. Cette industrie s'est développée sur toute la région du Pilat, en relation avec les canuts lyonnais. Une quinzaine d'usines ont ainsi été érigées sur les rives du Ternay. Depuis, plusieurs usines ont été restaurées en habitations, ateliers pour artistes et artisans, venus de France et de l'étranger.

Saint-Julien aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les usines de soie ayant fermé, les grands bâtiments industriels furent rachetés par des collectifs, notamment pour en faire des ateliers d'artistes. La devise du village "Art et Nature" a cependant été abandonnée, du fait de la présence d'une carrière grevant le paysage, et du départ de plusieurs artistes et artisans d'art.

Aujourd'hui, le village compte encore quelques artisans d'art dont :

  • Une brasserie artisanale qui s'est installée en 2004. Elle produit toutes sortes de variétés de bières avec Label Bio. Visites guidées pour le public[1].
  • Deux céramistes : Fred Garcia (Atelier de Taillis Vert), grès et porcelaine, cuisson au feu de bois et Christine Blanchet (Atelier Ocrement), qui fabrique toutes sortes de poteries fonctionnelles et décoratives de facture remarquable et très personnelle.

Les anciennes filatures du village accueillent aussi de nombreux artistes. Cinq des anciennes usines abritaient des acteurs culturels qui organisent des événements ouverts au public.

Il s'agit de :

  • L'Oreille est Hardie, installée dans l'usine "Sainte-Marie", parc Dussuc, et qui accueillait des groupes de musique locaux pour des répétitions hebdomadaires, mais aussi des résidences d’artistes, plus ou moins longues, à destination de groupes professionnels ou en voie de le devenir (résidences de création, préparation de tournées, mises au point de nouveaux répertoires, filages technique, etc.). Depuis février 2001, les locaux de L’Oreille est Hardie abritaient également un studio d’enregistrement. L’association organise toujours, tout au long de l’année, des concerts ambiance cabaret-guinguette, dans les villages alentour maintenant que le propriétaire a mis fin au bail à l'usine Sainte-Marie. Il s’agit d’une programmation sans tête d’affiche mais plutôt au coup de cœur, essentiellement faite avec des artistes qui ont enregistré ou répété dans les locaux de L’Oreille est Hardie. La palette de styles de musique est très variée, allant des musiques du monde à la chanson en passant par les musiques actuelles ou encore le spectacle musico-théâtral. L'association organisait aussi le dernier week-end d'août le festival Plein sud sur la place principale de Saint-Julien-Molin-Molette, avec des groupes de musique aux couleurs du soleil : le samedi, soirée concert, et le dimanche après-midi : spectacle de danses et musiques traditionnelles. Un événement devenu très populaire auprès des gens du village qui retrouvent dans cette manifestation l’occasion de se rencontrer et de tisser des liens intergénérationnels. Depuis 2005 le festival Plein Sud était précédé de soirées "On dirait le sud" : concerts dans les communes proches (Bourg-Argental, Burdignes, Colombier, Le Bessat) et cinéma en plein air en partenariat avec l’association "Cinémolette à Saint-Julien".
  • l'association L'Essaim de Julie, qui accueillait en résidence des groupes artistiques de toutes disciplines pour des sessions de travail (création, de spectacle, répétition, stages...). Située dans l'usine "Sainte-Julie", cet espace comprend une salle de spectacles équipée d'une scène et mise aux normes de sécurité pour l'accueil public. L'Essaim de Julie proposait occasionnellement des représentations, des sorties d'atelier, des répétitions publiques et toutes sortes de moments festifs et conviviaux. Ce lieu peut aussi être loué pour des séminaires, des conférences, des stages non artistiques, des fêtes...
  • La compagnie La Trisande-Delphine Gaud qui a créé le studio de danse "Les ailes de Bernard" et qui organise de nombreux stages (programme disponible sur le site internet de L'Essaim de Julie).
  • Ceci n'est pas une usine, association d'artistes (d'art contemporain notamment : plasticiens, sculpteurs mais aussi une écrivain...) qui dispose d'ateliers et d'un espace de travail pour accueillir des artistes. Ils organisent ponctuellement des événements publics (expo, projections, rencontre, performance...). En 2007, ils ont piloté sur le parc du Pilat l'opération "Regards croisés sur le paysage".
  • Les Éditions Jean Pierre Huguet (qui sont aussi une imprimerie) disposent d'un grand espace d'exposition situé dans l'usine "Sainte-Marthe" et organisent divers événements dont une rencontre en juin autour du Cinéma et de la littérature.

Dans les autres anciennes usines on trouve notamment l'association Musique à l'Usine créée par l'auteure-compositeur-interprète Michèle Bernard et qui proposent de temps à autre des stages et des rencontres autour de la chanson.

Saint-Julien-Molin-Molette compte aussi une radio locale qui diffuse sur Annonay, Bourg-Arental et Saint-Julien : Radio d'Ici et une salle de cinéma gérée par l'association Cinémolette : 3 à 4 séances mensuelles (fictions et documentaires, Art et Essai) avec souvent des discussions après séances.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 mars 2001 Pierre Schmelzle    
mars 2001 mars 2008 François Tiollier    
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Jean-Louis Bariot    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 198 habitants, en diminution de -2,28 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
820 814 769 865 1 227 1 328 1 318 1 350 1 516
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 605 1 719 1 808 1 800 1 762 1 974 1 894 2 076 2 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 483 2 494 2 323 1 734 1 706 1 725 1 572 1 425 1 409
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 378 1 285 1 219 1 193 1 067 1 132 1 180 1 243 1 198
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église, élevée en 1555 en l'honneur de saint Julien de Brioude. Son ancienne chaire du XVIIe siècle est classée monument historique au titre d'objet depuis le 6 juin 1961[6]. Une cloche de 1776 est également classée au titre d'objet depuis le 29 janvier 1938[7]. L'édifice est une des églises de la paroisse Saint-Régis d'Argental rattachée au diocèse de Saint-Etienne.
  • Calvaire : surplombant le village, il est bâti sur un terrain d’une superficie de 38 ares. Il est constitué de trois grottes artificielles et renferme les quatorze stations du "Chemin de croix" disposées en arc de cercle autour de la grotte principale, ainsi que les quinze mystères du Rosaire accrochés au mur d’enceinte fermant une pelouse arborée. On compte aussi trente-trois statues disséminées au sein de ce magnifique espace de verdure. Édifié une première fois par M. Léorat - Picansel, curé de Saint-Julien-Molin-Molette, il fut remplacé à la suite d’une grande mission en 1886 par les soins de M. Rajat, curé du village et grâce à la générosité de ses pieux paroissiens. La grotte principale est une chapelle souterraine située sous les trois croix du Calvaire. Un artisan rocailleur lyonnais fût appelé pour réaliser la voûte qui abrite un autel et une magnifique pietà de marbre blanc inspirée de celle de Michel-Ange. La trentaine de stations (moulages de fonte) logées dans le mur d’enceinte sont dues à Fabisch, sculpteur lyonnais auteur de la statue de Notre-Dame-de-Lourdes de la grotte de Massabielle à Lourdes et celle de la Madone de Fourvière à Lyon. Le GR No 65 et le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle longent un côté du terrain sur lequel se situe l’ensemble. On peut y accéder par deux chemins différents à partir de la :
    • place de la Bascule par la montée des Anges : entrée par la "porte des Anges",
    • route de Bourg-Argental par la montée du Calvaire : entrée par la "porte Saint-Jean-Baptiste". L'association Patrimoine Piraillon a mis en ligne sur son site web une étude très complète sur le calvaire, "Promenade d'un Piraillon mécréant à travers le Calvaire de Saint-Julien-Molin-Molette" par Michel Wotkewicz.
  • Carrière : à cheval sur le territoire de la commune et du territoire voisin de Colombier se situe une carrière.
La carrière située à cheval sur Saint-Julien et sur la commune voisine de Colombier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Julien-Molin-Molette (Loire).svg

Les armoiries de Saint-Julien-Molin-Molette se blasonnent ainsi :

D’azur au chevron d’argent, au chef cousu de gueules chargé de trois besants d’or, à la filière du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]