Culture de la Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

De par sa position géographique, la Lorraine fut un lieu d'échange privilégié entre la France et les cultures germaniques. C'est ainsi que de nombreuses innovations y ont fait leur entrée avant de se répandre dans le reste de la France (musique, gastronomie, etc.). La Lorraine a également été le berceau de courants culturels originaux dont le plus fameux est assurément l'Art nouveau, porté en France par l’École de Nancy.

Architecture[modifier | modifier le code]

Sur les 14 130 édifices protégés au titre des Monuments historiques par le ministère de la Culture et de la Communication (2002), 1629 se situent en Lorraine. On y trouve notamment des architectures religieuses romanes et gothiques, comme la l'église Notre-Dame de Galilée à Saint-Dié-des-Vosges, la cathédrale de Metz et l'abbaye de Bouzonville, la cathédrale de Toul, la basilique de Saint-Nicolas-de-Port... La Renaissance a laissé de nombreux monuments dans pays Barrois (Bar-le-Duc), le pays de Neufchâteau (Vosges) ou vers Nancy. Tout comme les châteaux Renaissance de Fléville-devant-Nancy ou Cons-la-Grandville ou ceux de la vallée de la Saulx. La période Classique a laissé de nombreux château notamment Commercy ou le château de Lunéville, le petit Versailles Lorrain. Plus récemment, de nombreux édifices civils de style Art nouveau à Nancy ou l'architecture allemande en Moselle. L'industrie a également marqué l'histoire et les paysages lorrains, et certains sites tels le Carreau de la Mine de Petite-Rosselle et le Haut-Fourneau d'Uckange ont été protégés au titre de patrimoine industriel tout comme certains sites de filatures vosgiennes.. La place Stanislas à Nancy est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO ainsi que la ville-haute de Longwy (citadelle Vauban).

Parmi les objets recensés par l'Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, 11 611 des 104 000 objets mobiliers (base Palissy) et 6 828 des 92 000 notices d'architecture (base Mérimée) sont d'origine lorraine.

Antiquité[modifier | modifier le code]

La Lorraine conserve des vestiges d'origine néolithique et celtique tels le menhir de la Pierre au Jô de Norroy-lès-Pont-à-Mousson, la Pierre des douze apôtres ou menhir de Breitenstein de Meisenthal, le mégalithe du Wieselstein à Freyming-Merlebach, le Briquetage de la Seille ou encore le cimetière gaulois des Trois Saints du village de Walscheid. L'époque gallo-romaine dote la région d'importants vestiges: les thermes et l'Église Saint-Pierre-aux-Nonnains de Metz, l'Amphithéâtre de Grand, l'Aqueduc de Gorze à Metz, la villa gallo-romaine de Saint-Ulrich à Dolving, les Thermes de Bliesbruck, l'oppidum de Boviolles, la ville de Nasium, les remparts gallo-romains de Toul.

Architecture romane[modifier | modifier le code]

Portail roman de l'église de Pompierre (88).

De nombreux édifices religieux ont été construits dans la province: l'église Saint-Martin d'Adompt conserve une nef d'origine romane. Aouze conserve un portail roman de même que les églises de Pompierre, Barisey-la-Côte, de Laitre-sous-Amance et de Faux-en-Forêt (commune de Vittoncourt). L'église de Mey conserve un tympan roman. Aureil-Maison conserve une chapelle à chevet roman. Les églises de Lorry-Mardigny, de Noisseville, d'Autreville, de Battigny, de Bouzemont, de Bruley, de Droiteval, d'Écrouves, de Gendreville, de Forcelles-Saint-Gorgon ainsi que la chapelle de Morlange sont des édifices mineurs néanmoins intéressants. L'abbaye de Saint-Maur à Verdun, la chapelle de Blanzey, les églises de Bleurville, Mont-Devant-Sassey et d'Esley conservent des cryptes romanes. À Saint-Avold, place de la Victoire, une crypte carolingienne a été démontée sous l'ancien immeuble Collin. L'église romane de Baronville a été démolie vers 1850. À noter les clochers romans de Blénod-lès-Pont-à-Mousson, Boust, Farébersviller, Flavigny-sur-Moselle, de Cattenom, de Contrexéville, de Coussey, de Landaville et de Welferding. Les églises Notre-Dame de Galilée de Saint-Dié-des-Vosges, d'Étival-Clairefontaine, de Relanges, de Champ-le-Duc, de Froville, de Hesse, de Médonville, de Marsal, de Dugny-sur-Meuse et la Chapelle des Templiers de Metz relèvent d'une architecture savante. De l'église de Haute-Seille (commune de Cirey-sur-Vezouze) ne subsistent que des vestiges de la façade. La Cathédrale Notre-Dame de Verdun conserve d'importants vestiges romans.

En Meuse, terre-frontière, on a vu s'ériger des églises fortifiées dont les clochers appelés "hourds" avaient un usage défensif : , Dugny-sur-Meuse, Gironville-sous-les-Côtes, Ribeaucourt, Saint-Pierrevillers, Sepvigny, Tronville-en-Barrois, Troussey, Vertuzey, Woël. Ces édifices ont été bâtis de l'époque romane à gothique (comme l'église de Foucaucourt-sur-Thabas).

Architecture gothique[modifier | modifier le code]

Le gothique en Lorraine est grandement incarné par les trois grandes cathédrales à savoir celles de Toul, Metz et de Verdun, symboles de l'essor urbain de la région au Moyen-Âge. Ces édifices sont à la fois la marque d'un pouvoir épiscopal puissant des Trois-évêchés lorrains, tels qu'ils seront nommés au XVIe siècle, mais également de la richesse et de la souveraineté de ces villes d'Empire, quasi-autonomes.

Si dans des villes comme Nancy, relativement récentes, le style gothique médiéval a essentiellement disparu à la suite des nombreux remaniements urbains de la Renaissance puis de l'époque moderne, Metz, Toul et Verdun, conservent de nombreux témoignages de l'ère gothique du Moyen Âge. L'architecture religieuse constitue la majeure partie de cet héritage, avec cinq églises gothiques comme l'église Saint-Martin à Metz ainsi que deux abbayes gothiques plus ou moins bien conservées dont celle des Recollets, mais également l'église Saint-Gengoult de Toul et son cloître.

Architecture Renaissance[modifier | modifier le code]

la ville-haute de Bar-le-Duc
  • Si la porterie du Palais Ducal de Nancy témoigne d'une première Renaissance en Lorraine et que la ville comporte des hôtels particuliers de cette période, c'est à Bar-le-Duc que la ville-haute conserve l'un des plus vastes ensembles d'édifices civils de la Renaissance.
  • Non loin de Bar-le-Duc, d'ailleurs, les villages de la vallée de la Saulx abritent de nombreux manoirs de la Renaissance qui appartenaient à la noblesse ducale.
  • Des villes comme Toul avec sa cathédrale et les maisons des chanoines, Pont-à-Mousson avec son université, Neufchâteau ou la cité de Fénétrange témoignent d'une forte création artistique et religieuse lors de la Renaissance.

Architecture classique[modifier | modifier le code]

Architecture néo-romane[modifier | modifier le code]

Chapelle néo-romane de L'Hôpital (Moselle).

Le département de la Moselle a vu fleurir principalement entre 1838 et 1870[1] une multitude d'édifices religieux en style néo-roman qui a été caractérisé par certains chercheurs d'art néo-roman messin[2].

Christiane Pignon-Feller note: "...En 1846, l’approche de la session du 13e congrès archéologique de France à Metz redynamisa l’intérêt pour l’art médiéval".

Un ingénieur des Ponts et Chaussées originaire de Lunéville, Georges Aimé Boulangé, sera l'un des principaux promoteurs de la redécouverte de l'architecture romane locale et publiera ses recherches dans la revue l'Austrasie et dans les revues de la Société d'histoire et d'archéologie de la Moselle. On notera principalement les réalisations de Charles Gautiez (1809-1856), architecte diocésain proche de l’épiscopat, membre de l’Académie de Metz.

Les réalisations néo-romanes sont nombreuses: les églises rurales de Servigny-lès-Sainte-Barbe, de Verny, la chapelle de pèlerinage Notre-Dame de La Salette à Villers l'Orme (Vany), la synagogue de Metz.

Après 1870, cet esprit néo-roman va inspirer les architectes de l'occupation prussienne qui vont donner à leurs constructions un aspect ottonien caractéristique: l'église Saint-Gérard de Majella de Carling (1906), le Temple Neuf de Metz (1904) réalisation de l'architecte Conrad Wahn. L'architecture civile va suivre ce même courant: la poste centrale et la Gare de Metz-Ville construite par l'architecte berlinois Jürgen Kröger en style néoroman rhénan en sont deux remarquables exemples.

Architecture vernaculaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Habitat lorrain.
Maisons lorraines à Celles-sur-Plaine (Vosges).

L'organisation urbaine des villages lorrains est très souvent caractérisée par deux éléments :

  • Les maisons comprennent l'habitation et la grange et sont alignées de façon mitoyenne en front de rue.
  • Ce bâti observe un recul à l'alignement d'environ 3 à 7 mètres depuis la chaussée de la rue principale. Ce recul, nommé usoir, est un espace libre d'usage privé. Ouvert sur la voie il est généralement de propriété publique. Il avait vocation à servir d'entrepôt de bois de chauffage, ou de véhicules (tel que les charrettes), voire d'outils de labours. Jusqu'au début des années 1970, il sert également d'emplacement au fumier qui, entreposé directement sur le sol laisse s'écouler librement le purin. La taille du tas, variable suivant la quantité de bétail, était alors un signe de réussite économique. Cet usage aujourd'hui disparu, l'espace libéré est parfois engazonné lorsqu'il ne devient pas un parking.

L'usoir n'est pas systématique dans les localités où l'activité de la vigne était jadis dominante.

Enfin, pour cette structure de village-rue comme dans la plupart des cas similaires en Europe, le parcellaire se répartit en franges perpendiculaires à la route principale, avec pour limite latérale le prolongement des côtés des maisons. Ceci afin d'offrir à l'occupant un accès direct à une partie (voire la totalité) de son exploitation agricole, à l'arrière.

Autre singularité architecturale: l'utilisation historique de la tuile creuse pour la couverture des toits sur une grande moitié occidentale de la région, des environs Châlons jusqu'à Metz et Nancy. Cette zone, aussi appelée l'ilot Lorrain, est une anomalie de la répartition traditionnelle des modes de couvertures, la tuile creuse étant majoritairement utilisée dans le Sud de la France[3].

Maisons à colombages[modifier | modifier le code]

Trois zones géographiques de Lorraine comportent de nombreuses maisons à pans de bois et de constructions très différentes :

  • Le département de la Meuse, présente à lui seul deux zones très distinctes[4] :
    • Dans le Barrois, au sud du département, notamment à Bar-le-Duc, sont édifiées de belles maisons au rez-de-chaussée de pierre blonde surmontées d'étages en encorbellement.
    • Plus au nord, l'Argonne propose autour de Beaulieu-en-Argonne des fermes à l'architecture unique et plus récente (XIXe siècle) de fermes parées de bois.
  • L'Est de la Moselle, du Pays des étangs jusqu'au Vosges du Nord, présente des architectures à pans de bois de style germanique[5].
Maison en pans de bois à Hellimer, édifiée en 1716

Architecture industrielle[modifier | modifier le code]

La Lorraine compte plusieurs exemples d'architecture industrielle classés:

  • Le Puits Waldemar Müller ou Puits de Sainte-Fontaine. Le puits de Sainte-Fontaine se trouve sur le ban de la commune de Saint-Avold. Il a été rattaché à la commune de L'Hôpital de 1941 à 1949. Date du fonçage : 1908. Profondeur : 1 036,83 m. Diamètre : 6,50 m. Le puits fermera une première fois en 1972, mais il reprendra du service en 1976, avant de fermer définitivement en 1986. Le chevalement est inscrit en tant que Monument historique (France)[6].
  • Les Puits Cuvelette Nord et Sud. Les deux puits seront creusés à Freyming-Merlebach à partir de janvier 1930, ils dépasseront les 600 mètres de fond. Le puits Nord servait à l'extraction jusqu'en 1966. Il sera ensuite intégré à l'unité d'exploitation de Merlebach pour l'aérage des chantiers. En 1991, le puits Nord reçoit un nouveau chevalement métallique « moderne » de type porte-à-faux à la suite d'un approfondissement jusqu’à 1 289 mètres de profondeur. De nos jours, la quasi-totalité du carreau est conservée vide mais en relativement bon état, le chevalement du puits Sud est le dernier chevalement en béton armé du bassin à être toujours debout, c'est ainsi qu'il a été inscrit en tant que Monument historique (France)[7],[8].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Théâtre de Metz

Alors que l'architecture théâtrale ne se développe réellement en France qu'à partir XVIIIe siècle, la Lorraine possède des salles de théâtre remontant au XVIe siècle. De nombreux théâtres de cour et théâtres publics se développent dans la région au XVIIIe siècle.

Il faut également citer le théâtre du Peuple de Bussang, créé en 1895 par le poète Maurice Pottecher.

Mort prématurément à 41 ans Bernard-Marie Koltès (1948-1989), né à Metz, est l'auteur contemporain français le plus joué.

Musique[modifier | modifier le code]

  • Metz, capitale du royaume franc au VIIIe siècle joua un rôle majeur dans le développement de la liturgie chrétienne à travers le chant messin, ancêtre du grégorien. C'est une réforme du clergé, initiée par Pépin le Bref, dont le but était d'imposer le chant vieux-romain (chant de Rome) en Gaule qui incomba à Chrodegang, évêque de Metz et cousin de Pépin. Le chant messin, influencé par le chant des chrétiens de Gaule, (gallican) et par celui des chrétiens de l'Empire romain, prit alors son essor. Plain-chant exprimant un sujet proprement religieux, il se répandit sous l'action de Charlemagne dans tout l'Empire carolingien, jusqu'à supplanter le Chant vieux-romain à Rome. Par la suite, le chant messin fut appelé « chant grégorien »[9].
  • La Lorraine est le berceau de la lutherie française. Mirecourt dans les Vosges est encore considérée comme la capitale française de la lutherie.
  • Le chant anonyme du XVIe siècle En passant par la Lorraine est une chanson populaire faisant partie intégrante du patrimoine culturel français.
  • Le patrimoine des orgues y très développé[10]. La Lorraine en compte plus d'un millier (dont près de 600 pour le seul département de la Moselle).

Facteurs d'orgues[modifier | modifier le code]

Compositeurs et musiciens[modifier | modifier le code]

Artistes contemporains[modifier | modifier le code]

  • Marina D'Amico, née en 1994, chanteuse, finaliste de la deuxième saison de X Factor et candidate de la troisième saison de The Voice, la plus belle voix ;
  • Franck Ansalone, saxophoniste chanteur et compositeur. Membre du groupe de blues nommé Chicken Bone depuis 2007. Forme un duo avec Claire Schaff connu sous le nom de Iter Facere. Dirige l'école de musique de L'Hôpital depuis septembre 2008 ;
  • Charlélie Couture ;
  • Manu Foissotte, né en 1972, producteur et animateur de radio français, a étudié au lycée J.-V. Poncelet (Saint-Avold) de 1987 à 1991 ;
  • Patricia Kaas ;
  • Privat Emmanuel Yangala, dit Malépopo. Né en 1969 en République centrafricaine, il a passé son enfance à Bangui. Artiste chanteur et conteur. Président de l'Association Balafon (création de spectacles de contes dans les écoles, concerts, spectacles de cirque). À mis en place un groupe nommé « Vox Gbako ». Il a construit début 2012, un centre socioculturel dans sa ville natale, Sibut. Il réside à L'Hôpital ;
  • Tom Novembre ;
  • Claude Vanony ;
  • Jo Nousse (1958-) ;
  • Marcel Adam ;

Arts graphiques[modifier | modifier le code]

La Toussaint - Émile Friant

Photographes[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

L'École de Metz et le Romantisme[modifier | modifier le code]

Vitrail de Laurent-Charles Maréchal

L'École de Metz est un mouvement artistique qui rassembla une trentaine d'artistes, entre 1830 et 1870, dans la région messine.

Ce mouvement artistique se forme autour de Laurent-Charles Maréchal, pastelliste et maître-verrier. Influencé par Eugène Delacroix, trouvant une inspiration dans les paysages romantiques, le passé médiéval du Pays messin, ouverte sur l'Allemagne et sensible à l'exotisme des figures orientalistes, le mouvement de l'École de Metz s'est exprimée dans la peinture, la gravure, le dessin, le pastel, le vitrail, et même la sculpture.

Article détaillé : École de Metz.

L'École de Nancy et l'Art nouveau[modifier | modifier le code]

Vase Daum

À la fin du XIXe siècle, et sous l'impulsion d'artistes comme Charles et Émile Gallé ou Louis Majorelle, la Lorraine, et plus particulièrement la ville de Nancy, devient l'un des berceaux de l'École de Nancy, une des composantes de l'Art nouveau.

Cet art qui se fonde sur l'utilisation de matériaux industriels (notamment le métal), trouve des échos dans la révolution industrielle que connaît la région.

Article détaillé : École de Nancy (art).

Artisanat[modifier | modifier le code]

Figures de saints en Lorraine[modifier | modifier le code]

Saint Nicolas[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saint-Nicolas (fête).

L'évêque Nicolas de Myre est le saint patron de la Lorraine, bien qu'il n'y ait jamais vécu. Le chevalier Auber de Varangéville, lors de son retour des croisades, a ramené une phalange du saint depuis la ville de Bari en Italie jusqu'à l'église du village de Port sur la Meurthe (aujourd'hui Saint-Nicolas-de-Port). Cette fonction de saint patron fut officialisée par le duc René II après la bataille de Nancy de 1477[11].

Le 6 décembre est fêtée la Saint-Nicolas. À cette occasion les enfants reçoivent des figurines en pain d'épices ou en chocolat et des bonbons. De nombreuses manifestations sont organisées dans les quatre départements lorrains : chars, défilés, feux d'artifices… Outre la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port, de nombreux sanctuaires sont dédiés à Saint Nicolas en Lorraine : Église Saint-Nicolas de Munster, Église Saint-Nicolas de Nancy, Église Saint-Nicolas de L'Hôpital

Jeanne, « la bonne Lorraine »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeanne d'Arc.

Jeanne d'Arc, née vers 1412 à Domrémy (en Lorraine), village du duché de Bar dont une partie relevait du royaume de France pour le temporel et de l'évêché de Toul pour le spirituel et morte dans sa 19e année, sur le bûcher le 30 mai 1431 à Rouen, est une héroïne de l'histoire de France, chef de guerre et sainte de l'Église catholique, connue depuis l'époque comme « la Pucelle d'Orléans », et depuis le XIXe siècle comme « mère de la nation française ». Son souvenir est célébré en la Basilique du Bois-Chenu et dans d’autres sanctuaires lorrains qui lui sont dédiés : l’Église Sainte-Jeanne-d'Arc de Lunéville, l’Église Sainte-Jeanne-d'Arc de Saint-Avold, l’Église Sainte-Jeanne-d'Arc de Montigny-lès-Metz…

Sa fête légale et nationale établie par la loi[12] promulguée le par le Président de la République Paul Deschanel est fixée au second dimanche de mai. Sa fête religieuse est fixée par l’église catholique au 30 mai, jour anniversaire de son martyr.

Léon IX[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Léon IX.

Bruno d'Eguisheim-Dagsbourg (en français Eguisheim-Dabo)[13] (Dabo ? Eguisheim ? Rome, ), est d'origine lorraine par sa mère Heiwige, fille du comte de Dabo. Évêque de Toul, il est couronné pape le sous le nom de Léon IX. Il fut surtout un pape voyageur, œuvrant pour la paix en Europe. Son pontificat est marqué par le début de la réforme grégorienne. Canonisé en 1087 par Victor III, sa fête est célébrée traditionnellement au jour d'anniversaire de sa mort le 19 avril. Son corps repose à la basilique Saint-Pierre. En Lorraine, plusieurs églises lui sont consacrées : Nancy, Dabo

Étienne IX[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Étienne IX.

Frédéric de Lorraine ou Frédéric d'Ardenne est né à Dun-sur-Meuse (Lotharingie), fils de Gothelon Ier de Lotharingie, Frédéric de Lorraine est un membre de la famille des ducs de Lorraine et est également le frère de Godefroi II, duc de Toscane. Moine bénédictin, il devient chanoine puis archidiacre de Liège avant de devenir abbé de la prestigieuse abbaye du Mont-Cassin et chancelier du pape Léon IX[14]. À la suite du décès du pape Victor II, Frédéric de Lorraine est élu pape pape sous le nom d'Étienne IX , du au . Premier pape à s'émanciper de la tutelle de l'empereur germanique, il décède après 8 mois de pontificat. Canonisé, il est fêté le 29 mars, jour de sa mort.

Étienne IX est considéré comme l'un des réformateurs de l'Église primitive avec Léon IX et Nicolas II[15].

Pèlerinages[modifier | modifier le code]

Procession à la basilique de Saint-Nicolas-de-Port
Basilique de pèlerinage de Saint-Avold
Couvent de Saint-Jean-de-Bassel
La grotte de L'Hôpital (Moselle)

La piété lorraine s'exprime à travers de nombreux pèlerinages profondément ancrés dans la culture régionale:

Basilique de Saint-Nicolas-de-Port (6 décembre)

Pèlerinage dédié à Saint Nicolas de Myre.

Basilique du Bois-Chenu

Pèlerinage dédié à Jeanne d'Arc

Église Saint-Maurice de Freyming-Merlebach (1er février)

Pèlerinage dédié à Sainte Brigitte d'Irlande

Madone du Langenberg (Falck) (lundi de Pentecôte)

Pèlerinage ayant débuté en 1866 dans la forêt de la Houve à Falck [16]

Basilique Notre-Dame de Sion

Pèlerinage marial

Basilique Notre-Dame-de-Bon-Secours de Saint-Avold

Pèlerinage marial

Basilique Saint-Maurice d'Épinal

Consacrée basilique mineure en 1933 par le pape Pie XI

Basilique Saint-Pierre-Fourier de Mattaincourt (9 décembre)

Pèlerinage dédié à Saint Pierre Fourier

Basilique Notre-Dame d'Avioth

Pèlerinage marial

Danne-et-Quatre-Vents

Pèlerinage marial franciscain de Bonne-Fontaine

Notre-Dame-de-Benoite-Vaux

Pèlerinage marial

Chapelle de Massey

Pèleriange johannique et marial

Ancienne Abbaye Saint-Martin-des-Glandières

Pèlerinage dédié à Notre-Dame de la Paix

Église Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy

Pèlerinage marial, tombe du roi Stanislas Leszczynski et de son épouse la reine Catherine Opalinska

Cathédrale Notre-Dame de Verdun

Pèlerinage dédié aux victimes et orphelins de la Grande Guerre

Abbaye bénédictine d'Oriocourt

Accueil de pèelerins

Carmel de Plappeville

Accueil de pèlerins

Couvent de Saint-Jean-de-Bassel

Accueil de pèlerins

Maison Saint-André de Peltre

Accueil de pèlerins

Maison des Servantes du Cœur de Jésus de Scy-Chazelles

Accueil de pèlerins, tombe de Robert Schuman père de l'Europe

Moulin de Thicourt (Assomption de la Vierge)

Pèlerinage marial slovène de plein air[17]

Chapelle Notre-Dame-de-la-Miséricorde de Mouterhouse

Pèlerinage marial

Église Saint-Laurent de Flocourt (5 février)

Pèlerinage dédié à Saint Blaise[18]

Grotte Notre-Dame de Lourdes de L'Hôpital (Moselle) (lundi de Pentecôte)

Pèlerinage marial se déroulant le lundi de Pentecôte[19]

Chemins de Compostelle

Les pèlerins suivent le chemin en provenance de Sarre (Allemagne), qui passe par la chapelle Sainte-Croix de Forbach, l'Abbatiale Saint-Nabor de Saint-Avold, Metz, Toul (qui collecte également une partie des pèlerins en provenance d'Alsace via Saint-Nicolas-de-Port et désirant emprunter les chemins de Bourgogne), Langres[20]

Événements culturels[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Situation linguistique de la Lorraine.
Dialectes du département de la Moselle.

Dans la majeure partie de l'actuelle Lorraine, le lorrain était la langue régionale. Dialecte d'oïl oriental, proche du bourguignon et plus éloigné du champenois[21], il se décline en plusieurs variétés et s'étend au-delà de la frontière belge, où il est appelé gaumais.

Il existe également trois variétés de francique lorrain, dialectes allemands parlés dans le Nord de la région souvent appelé le platt, qui ne doit pas être confondu avec l'Alsacien. Ainsi qu'une variété de dialecte alémanique dans une petite partie du canton de Phalsbourg (vallée de la Zorn), soit dans environ douze communes (au XIXe siècle). À la différence du lorrain roman, les dialectes franciques et alémaniques restent parlés par près de 350 000 personnes dans le département de la Moselle. Également répandus dans certaines zones contiguës, en Allemagne, au Luxembourg, en Belgique et en Alsace, ils permettent l'inter-compréhension entre les locuteurs de ces différentes régions, ainsi qu'avec la majorité des germanophones.

Ces deux zones d'influence sont situées de part et d'autre de la frontière linguistique mosellane, qui depuis l'après guerre de Trente Ans passe par Audun-le-Tiche, Thionville, Volmerange-lès-Boulay, Faulquemont, Morhange, Albestroff, Sarrebourg et Abreschviller. Cette frontière est restée très nette et persistante jusqu'au XXe siècle. Contrairement à certaines idées reçues, cette frontière linguistique est très antérieure à l'annexion allemande de 1871. Son origine est incertaine et elle pourrait dater de plus de 2000 ans. Elle a atteint son expansion maximale en l'an 1500. La langue allemande standard s'est développée en Lorraine germanophone dès la fin du XVe siècle. Elle a été la langue des actes officiels du Bailliage d'Allemagne (partie germanophone du Duché de Lorraine) jusqu'en 1748 date à laquelle Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière, chancelier de Lorraine, fut à l'origine de la promulgation d'une ordonnance imposant le français dans les actes officiels en Lorraine. Jusque-là les actes notariés, notamment, étaient rédigés en allemand (et non pas en dialecte francique) en Lorraine allemande (bailliage d'Allemagne). Il continueront à l'être jusqu'en 1773 à Rodemack, jusqu'en 1790 à Dabo, et jusqu'à leur rattachement à la France en 1793 dans les terres d'Empire (comtés de Créhange, Hanau-Lichtenberg et Nassau-Saarwerden). Même au-delà, elle est restée la langue de culture et de la religion en Lorraine germanophone jusqu'au XXe siècle.

De nombreux noms de villages finissent en -court, -ville, -ing ou -ange. Il s'agit d'anciens domaines mérovingiens ou carolingiens. Le nom du propriétaire était alors combiné avec les appellatifs romans d'origine latine -court de -cortem et -ville de -villa ou germaniques -ing qui signifient « domaine rural ». Le suffixe germanique -ing a évolué principalement en -ange dans la zone de fluctuation historique de la frontière linguistique.

Consulter également la liste établissant la correspondance des toponymies lorraines en français et en allemand.

Littérature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Littérature en francique lorrain.

La geste des Lorrains est un cycle de cinq chansons de geste anonymes datant des XIIe et XIIIe siècles.

Éditeurs, écrivains, poètes, dramaturges et critiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste d'écrivains lorrains.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Julien Freund[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Julien Freund.

Julien Freund (1921-1993) est « l'un des rares penseurs du politique que la France a vu naître au XXe siècle »[22].

Savants[modifier | modifier le code]

Orly Terquem (mathématicien)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Olry Terquem (mathématicien).

Olry Terquem, né à Metz le et mort le dans le 14e arrondissement de Paris[23], est un mathématicien, polytechnicien et polémiste français. Il est également le précurseur d'un judaïsme libéral et réformiste en France.

Olry Terquem (géologue)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Olry Terquem (géologue).

Olry Terquem, né à Metz (Moselle) le et mort le dans le 16e arrondissement de Paris[24], est un géologue lorrain. Il participa par ses travaux à la naissance de la paléontologie lorraine.

Henri Poincaré[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Henri Poincaré.

Henri Poincaré est un mathématicien, physicien, philosophe et ingénieur français né le à Nancy et mort le à Paris. Il a réalisé des travaux d'importance majeure en optique et en calcul infinitésimal. Ses avancées sur le problème des trois corps en font un fondateur de l'étude qualitative[note 1] des systèmes d'équations différentielles et de la théorie du chaos ; il est aussi un précurseur majeur de la théorie de la relativité restreinte et de la théorie des systèmes dynamiques. Il est considéré comme un des derniers grands savants universels, maîtrisant en particulier l'ensemble des branches des mathématiques de son époque[25].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

La bataille contre les Rustauds (Gravure de Gabriel Salmon, 1526).

Les Lorrains n'ont pas toujours bonne réputation en France. Pourtant, si l'on en croit Aristide Guilbert, et son ouvrage de 1845, ils ont beaucoup de qualités. « Les Lorrains sont en général bons et hospitaliers, braves, actifs, sobres et industrieux. L'ancien proverbe, "Lorrain, vilain, traître à Dieu et à son prochain", ne serait plus aujourd'hui qu'une indigne calomnie »[26].

Sur l'expression « Lorrain, vilain, traître à Dieu et à son prochain », Aristide Guilbert précise « Si autrefois, ce dicton populaire fut répandu, cela tient à ce que le gouvernement ducal, sans cesse harcelé par ses puissants voisins, sans cesse en butte aux mauvais vouloirs des grands états, entre lesquels il se trouvait englobé, dut souvent avoir recours à une prudence voisine de la duplicité pour maintenir son indépendance toujours menacée. »[26]. Selon le dictionnaire de l'académie française de Louis Barré, cette expression fit florès au XVIe siècle, à l'époque de la seconde Ligue catholique, qui vit triompher Henri Ier de Guise et ses partisans[27].

Quant à l'expression « Que dieu nous préserve des Lorrains »[28] , elle peut, comme la précédente, provenir d'Alsace, après la sanglante répression de la révolte des Rustauds de 1525, par le duc Antoine de Lorraine[29]. Crainte que semble partager, pour d'autres raisons, François Rabelais, médecin stipendié de la ville de Metz en 1545, qui fait dire à Panurge dans un commentaire sur les braguettes "armées" des gens de guerre : « Exceptez-moy les horificques couilles de Lorraine, lesquelles à bride avalée descendent au fond des chausses, abborrent le mannoir des braguettes haultaines et sont hors toute méthode: tesmoing Viardière, le noble Valentin, lequel un premier jour de may, pour plus guorgias estre, je trouvay à Nancy, descrotant ses couilles extendues sus une table, comme une cape à l’hespaignole »[30].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine lorraine.

Plusieurs recettes font la réputation de la gastronomie lorraine dont certaines charcuteries fumées comme le fuseau. On peut citer le pâté lorrain, la quiche, la potée lorraine ou encore le cochon de lait de Metz.

Parmi les fromages originaires de la région on trouve le brouère, le carré de l'Est, le crème de brie de Meaux et le munster géromé des Vosges.

La bergamote est un petit bonbon rectangulaire jaune originaire de Nancy. Les madeleines proviennent de Commercy. Le macaron est également d'origine lorraine. La mirabelle, fruit emblématique de la Lorraine, est utilisée dans de nombreux desserts et en eau de vie. Dans les Vosges les myrtilles sont appelées des brimbelles, d'où la tarte aux brimbelles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette étude consiste à explorer les propriétés de certaines solutions du système différentiel sans le résoudre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christiane Pignon-Feller, L’invention de l’art roman et ses avatars en Moselle 1838-1870.
  2. J.-M. Leniaud, L'invention du roman, L’invention de l’art roman au XIXe siècle, l’époque romane vue par le XIXe siècle, Revue d’Auvergne, n° 4, Clermont-Ferrand, page 24, 1999.
  3. La Lorraine : ensembles ruraux de Wallonie, p. 36, éditions Mardaga, 1983
  4. http://www.culture.gouv.fr/culture/sites-sdaps/sdap55/maison.html
  5. http://www.maisons-paysannes.org/delegations/un-chantier-en-moselle-la-maison-d-emilie.html Maisons à pans de bois de la Moselle sur MFP57
  6. « Le puits Sainte-Fontaine », sur http://lorraine.charbon.free.fr/
  7. « Le puits Cuvelette Nord », sur http://lorraine.charbon.free.fr/
  8. « Le puits Cuvelette Sud », sur http://lorraine.charbon.free.fr/
  9. Origines, article Chant grégorien de la wikipédia.
  10. Association d’étude pour la coordination des activités musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Editions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 978-2-87692-093-4)
  11. Légendes lorraines de Mémoire celte, Roger Wadier 2004
  12. [1]
  13. Biographie de Léon IX faite par l'historien Michel Parisse, page 81 et suivantes dans Il papato e l'Europa de Gabriele de Rosa et Giorgio Cracco
  14. Jean-Louis Kupper, Liège et l'église impériale, XIe – XIIe siècle, éd. Droz, 1981, p. 322, extrait en ligne
  15. (de) Stephan Freund, Stephan IX, in Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon, vol. X, col. 1357-1360, 1995, article en ligne
  16. Le Républicain Lorrain, article "Pèlerinage de la Pentecôte" du 16 juin 2011.
  17. Le Républicain Lorrain, "Thicourt, L'abbé Kamin entouré de fidèles", article du 20 août 2013.
  18. Le Républicain Lorrain, "Flocourt, Pèlerinage de Saint Blaise", article du 6 janvier 2012.
  19. Le Républicain Lorrain, "L'Hôpital, Messe à la grotte Notre-Dame de Lourdes", article du 4 juin 2012.
  20. [2] carte des chemins de Saint-Jacques en Lorraine
  21. Jacques Allières, La Formation de la langue française, que sais-je, éditions PUF 1982. p. 123 - 124.
  22. Pierre-André Taguieff, Julien Freund : Au cœur du politique (Broché)
  23. Archives de Paris, État-civil numérisé du 14e arrondissement, registre des décès de l'année 1862, acte N°1212, vue 12/31 de la numérisation. Le savant décède à son domicile situé 118 rue d'Enfer.
  24. Archives de Paris, État-civil numérisé du 16e arrondissement, registre des décès de l'année 1887, acte N°701, vue 2/31 de la numérisation. Le rentier nonagénaire décède à son domicile situé au no 78 Rue de la Tour. Il était fils d'Élie Terquem et de Guitton Cahen, et époux de Louise May.
  25. Pierre Rousseau, Histoire de la science, Fayard, 1945 p. 531.
  26. a et b Aristide Guilbert: Histoire des villes de France, avec une introduction générale pour chaque province, tome IV, Furne, Perotin, Fournier, 1845 (p.619).
  27. Louis Barré: Complément du dictionnaire de l'académie française, Firmin Dodot frères, Paris, 1842 (p.715).
  28. Hütet euch vor den Lothringern : "Gardez-vous des Lorrains", en dialecte alsacien.
  29. Laurence Winter: Ciel! Mon mari est muté en Alsace, La nuée bleue, Strasbourg, 2000 (p.84).
  30. François Rabelais: Tiers livre, ch. VIII "Comment la braguette est première pièce de harnois entre gens de guerre", Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Bruges (p.356).