Esley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Vosges
Cet article est une ébauche concernant une commune des Vosges.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Esley
Église Saint-André.
Église Saint-André.
Blason de Esley
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau (depuis le )[1]
Canton Darney
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saône et Madon
Maire
Mandat
Gérald Kislig
2014-2020
Code postal 88260
Code commune 88162
Démographie
Gentilé Aleysien(ne)s
Population
municipale
169 hab. (2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 13″ N 6° 03′ 30″ E / 48.1702777778, 6.0583333333348° 10′ 13″ Nord 6° 03′ 30″ Est / 48.1702777778, 6.05833333333
Altitude 337 m (min. : 314 m) (max. : 421 m)
Superficie 11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Esley

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Esley

Esley est une commune française située dans le département des Vosges, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Aleysiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Nom des lieu-dits : Bénie fontaine | Les Révillons | Le Landubois | Le Rond Bois | La Chapelle | Le Haut des Quarrés | La Voivre | La Planchotte | Le Broquelaux | Les Thaons | Les Pierrottes | Le Rupt d'Hervaux | La Justice | Les Champs Liébaut | Le Rambouchau | Le Blanc Meix | La Fourrière du Chêne | L'Hembotin | Grand Pré | La Quetiotte

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y avait à Escley une commanderie de l'ordre des Templiers fondée en 1100[2] par le comte Simon III et Wichard de Monthureux[3].

Sous l'Ancien Régime, Esley appartenait au bailliage de Darney. Son église, dédiée à saint André, était du diocèse de Saint-Dié, doyenné d’Escles. La cure était à la collation du seigneur du lieu.

De 1790 à l’an IX, Esley a fait partie du canton de Valfroicourt.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[4] :

  • total des produits de fonctionnement : 418 000 €, soit 2 360 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 477 000 €, soit 2 698 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 29 000 €, soit 165 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 31 000 €, soit 174 € par habitant.
  • endettement : 269 000 €, soit 1 521 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 21,26 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 12,88 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 18,12 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 19,50 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Albert Fäh[5] (1922-2007) Gaulliste Gérant de fromagerie
mars 2001 en cours
(au 18 février 2015)
Gérald Kislig    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 169 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
317 377 366 416 458 486 490 492 412
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
432 439 432 407 405 413 366 360 339
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
341 297 279 266 267 268 259 259 248
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 2013 -
184 174 189 189 178 178 169 169 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules, à la croix pattée d'argent chargée en cœur d'un besant du même.
Commentaires : La croix des Templiers rappelle la construction vers 1100 de la crypte attribuée, à tort semble-t-il, à l'Ordre des Templiers[10].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]