Paul-Émile Colin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Colin et Colin.
Ne doit pas être confondu avec Paul Colin (affichiste).
Paul-Émile Colin
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Mouvement

Paul-Émile Colin, né le à Lunéville en Meurthe et mort à Bourg-la-Reine le 28 , est un graveur et peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de paysans qui s'installe à Nancy alors qu'il n'a que trois ans, Paul-Émile Colin part étudier en 1887 à l'école des arts décoratifs et à l'académie Colarossi[1]. C'est à cette occasion qu'il fait la connaisance de Charles Filiger[1]. Des problèmes de vue le font rapidemment revenir à Nancy, où il se met à peindre en parallèle d'études de médecine[1]. Il retourne à Paris à l'été 1890 puis le rejoint à Pont-Aven où il rencontre Paul Gauguin et Meyer de Haan[1].

Il expose pour la première fois au salon de Nancy de 1890, Un vieux voyeu, que l'Est Républicain rapproche de Raffaëlli[2], puis retourne à Paris pour y préparer une thèse. À partir de 1891, il met au point la technique de gravure au canif sur bois debout. Il présente au salon Lorrain de 1892 deux aquarelles et le jury lui refuse d'exposer plus d'œuvres[3]. Ses réalisations de 1890 à 1900 sont marquées par les innovations de l'école de Pont-Aven.

Il s'installe à Lagny-sur-Marne en 1894, pour y exercer la médecine — qu'il abandonnera définitivement en 1898, suite à une dépression[4]. Il se consacre alors à l'illustration de nombreux ouvrages : Les Philippe de Jules Renard, La Terre et l'Homme d'Anatole France, La Colline inspirée de Maurice Barrès ou les Histoires extraordinaires d'Edgar Allan Poe[5]. Il reste très attaché à ses origines lorraines dont les paysages, les villages et leurs habitants continuent à inspirer son œuvre.

Colin est l'un des membres fondateurs de la « Société de la gravure sur bois originale » (S.G.B.O.) en 1911. Il en est le vice-président de 1920 à 1935. Noël Clément-Janin établit le répertoire de ses gravures en 1912 et Jules Rais une monographie fournie en 1913 pour la revue des Arts graphiques modernes.

Après la Première Guerre mondiale, Colin poursuit son œuvre gravé d'illustrateur et se consacre davantage à la peinture.
À partir de 1920, il voyage en Italie, en Sicile, en Espagne, au Portugal, au Maroc. Ces visites sont la source d'inspiration de sa nouvelle approche de la couleur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Paul-Émile Colin a illustré de nombreux ouvrages d'Émile Zola, de Maurice Barrès, Georges Duhamel, Anatole France, Rudyard Kipling, Hippolyte Taine, Jean Yole, etc. Tous ces livres sont illustrés de bois, principalement en noir. Un seul livre est illustré par des bois en couleurs : Poèmes de France et d'Italie de Pierre de Nolhac (1923), un seul est illustré d'aquarelles : Séductions italiennes, de Clément-Janin, en 1929.

À partir de 1929 il ne participera plus qu'exceptionnellement à des publications d'autres éditeurs. Il s'éditera lui-même, à l'enseigne de Paul-Emile Colin, au Bourg-La-Reine.

Le musée des Beaux-Arts de Nancy conserve de lui le tableau Trois bergers sous la lune ainsi que 500 gravures[4].

Quelques livres illustrés[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Peinture et Art nouveau, Musée des Beaux-Arts de Nancy, (ISBN 2-7118-3839-0)
  2. Paul Willay, L'Est Républicain, 12 novembre 1890
  3. Jules Rey, L'Est républicain, 30 octobre 1892
  4. a et b « Nancy (54) : un tableau de Paul-Emile Colin entre au musée des Beaux-Arts », France 3,
  5. Jules Rais, Nouvelles, La Lorraine artiste, 7 avril 1895

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]