Battigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Battigny
Battigny
Église Saint-Germain
Blason de Battigny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Denis Thomassin
2020-2026
Code postal 54115
Code commune 54052
Démographie
Gentilé Battigniens [1]
Population
municipale
147 hab. (2018 en augmentation de 16,67 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 54″ nord, 5° 58′ 51″ est
Altitude Min. 296 m
Max. 469 m
Superficie 6,41 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Meine au Saintois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Battigny
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Battigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Battigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Battigny

Battigny est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fig 1 - Battigny (ban communal)

Village à flanc de coteau, Battigny est implanté aux sources d'affluents de la Velle[2] et du ruisseau du Moulin. D'après les données Corine land Cover, le territoire communal de 648 hectares se composait en 2011 de 34.5 % de forêts, 48.5 % de prairies et 17 % de terres agricoles.[3]

Communes limitrophes de Battigny
Gélaucourt Laloeuf
Favières Battigny Thorey-Lyautey
Vandeléville

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Battigny est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (65,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (65,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (48,5 %), forêts (26,3 %), zones agricoles hétérogènes (13,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,2 %), terres arables (3,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

(Garsirius de) Bateneis (1176) ; Betegnex (1248) ; Betegniex (1292) ; Betigney (1293) ; Batigneix (1295) ; Betegnix (1317) ; Bethegney (1399) ; Bettegney (1398) ; Baptigney (1408) ; Baptigny (1487) ; Batigney (1500)  sont les graphies recensées par le dictionnaire topographique de Meurthe[11].

Le pouillé du père Picart utilise la forme latinisée Battiniacus et cite les écarts de Grolot, Giroué et Vermillière dont seul ce dernier semble aujourd'hui situé sur le territoire communal moderne, toutefois les historiens postérieurs sont unanimes à lier les 3 hameaux de Lalœuf, Puxe, Velle et Souveraincourt et Gélaucourt, ou l'on retrouve ces lieux-dits, dans leurs notices.

Histoire[modifier | modifier le code]

Beaupré précise dans sont répertoire archéologique[12]:

«En Chazeaù (Chaseau sur la carte), vers 1856, la charrue brisa une urne funéraire renfermant des ossements»

Bien que l'abbé Grosse déplorait en 1822 de ne pas retrouver la hameau de Battigny sur les cartes à sa disposition lors de la rédaction de son ouvrage[13], un titre de l'abbaye de Clairlieu mentionne un seigneur Garsirius de Bateneis en 1176, ce qui fait écrire à Lepage[14] que, bien qu'il ne soit fait mention de ce village que dans un titre de 1556, son origine est beaucoup plus ancienne ; les comtes de Vaudémont, du domaine desquels il faisait partie, y avaient déjà, au Xe siècle, un château.

Il précise aussi anecdotiquement : « L'état du domaine nous apprend que les habitants de ce lieu, ainsi que ceux de Gelaucourt, qui dépendaient, avec eux, d'une seule mairie, étaient forcés d'assister aux exécutions de justice ; qu'ils devaient annuellement, en temps de paix, pour l'entretien des deux guets au château de Vaudémont, une rente de 46 fr. et qu'en temps de guerre, ils étaient tenus de se trouver en personne dans ce château pour en faire la garde, chaque fois ils en étaient requis par le capitaine. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Antoine Vautrin    
mars 2001 En cours Denis Thomassin[15],[16]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ancien cadre

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2018, la commune comptait 147 habitants[Note 3], en augmentation de 16,67 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
374372413404400411380347354
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
345371350338329285262254222
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
205222196177147143116116112
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
97941049491103105107126
2018 - - - - - - - -
147--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Henri Lepage et E. Grosse donnent quelques indications à caractère économique dans leurs ouvrages de 1836[13] et 1843[14] sans s'accorder sur la surface totale de la commune :

« Surf.territ.: de 320 à 830  hect.; 200 à 286 en terres lab., 41 à 50 en prés, 4 en vignes de qualité médiocre, .. »

indiquant tous deux le caractère agricole voire modestement viticole de l'activité, l'un des deux historiens précise toutefois les rendements à cette époque : l'hectare semé en blé peut rapporter 15  hectolitres., en orge 12, en seigle et en avoine 15; planté en vignes 90. On y élève principalement des chevaux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne maison-forte médiévale.
  • Église Saint-Germain, objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 2013[21] : clocher XIIe siècle, avec vestiges de baies géminées, chevet XVIe siècle, nef remaniée XVIIIe siècle. Une campagne de sondages, effectuée en 2002, a permis de constater que l'église était couverte de peintures murales datant de la période située entre les XVe et XVIe siècles qui constituent un témoignage significatif de l'essor des peintures murales et du culte des saints à la fin du Moyen Âge[21].
  • Presbytère XVIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Le Pois (1525-1578), médecin, savant et antiquaire, possédait un fief à Battigny[14].
  • Antoni Moreau (né en 1837 à Battigny; mort en 1903), brasseur à Vézelise et Saint-Nicolas-de-Port.
  • Pierre-Juste Cadiot, (né le 13 juillet 1858 à Battigny et décédé le 20 octobre 1934 à Paris) vétérinaire.
  • .. Henry, instituteur, admis membre à la société savante de Nancy en 1876[22]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Battigny Blason
Burelé d'argent et de sable, à la bande de gueules chargée de trois abeilles d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Ruisseau de velle [A5400760] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le 19 septembre 2019).
  3. BRGM, « Fiche ma commune », sur SIGES (consulté le 19 septembre 2019).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  12. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, A. Crépin-Leblond, (OCLC 458681864, lire en ligne), p. 25.
  13. a et b E. Grosse, Dictionnaire statistique du département de la Meurthe : contenant une introduction historique..., Nabu Press, (réimpr. 2012) (1re éd. 1836), 972 p. (ISBN 978-1-278-24895-0 et 1-278-24895-1, OCLC 936241814, lire en ligne), p. 53.
  14. a b et c Henri Lepage, Le Département de la Meurthe. Première partie : statistique historique et administrative, Nancy, Imprimerie PEIFFER, 1843, p. 50 - https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96225005
  15. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 10 août 2020).
  16. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 août 2020).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. a et b « Église Saint-Germain », notice no PA00105998, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Bulletin de la société savante de Nancy pour 1876 - https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k337576 page 106