Gilles Ehrmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gilles Ehrmann
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Gilles Ehrmann (Metz, - [1]) est un photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gilles Ehrmann naît de parents domiciliés à Paris mais originaires de Moselle; il est le fils de Paul Georges Ehrmann (né en 1894 à Metz), secrétaire, et de Catherine Berthe Kirschmann (née en 1891 à Fontoy). Il est le frère cadet de la flûtiste Huguette Ehrmann (1926-1990).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Gilles Ehrmann se réfugie avec sa mère à Avignon, où il débute au théâtre (il joue dans Werther et est figurant dans Carmen).

De 1946 à 1949, il étudie à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Il fonde une troupe de théâtre d’avant-garde appelée « Ceux-là ». De ces années remonte sa rencontre avec le surréalisme, au travers des amis de Jacques Hérold, en particulier le poète Ghérasim Luca, avec qui il collabora à plusieurs publications.

Il commence un film, jamais achevé, La Rue plage, en 16 mm, dont il est producteur, scénariste et metteur en scène.

1950 marque ses débuts en photographie; il travaille avec un appareil grand-format, le Thornton Picard. Il entreprend son livre Provence noire. Il fait des portraits (Picasso, Chagall, etc.) pour l'hôtel La Colombe d'or à Saint-Paul-de-Vence. Il rencontre André Verdet.

En 1958, il rencontre Jacques Dumons, directeur artistique du magazine Réalités, ce qui lui permet de démarrer une collaboration régulière pour ce magazine (reportages « La Jalousie », « La mère de famille », etc.). Il débute aussi une collaboration avec la revue L'Architecture d'aujourd'hui grâce à André Bloc. Pour Réalités, il réalise trois reportages sur le théâtre, qu'il a redécouvert grâce au chorégraphe Maurice Béjart.

Il entreprend en 1960 avec Jean-Pierre Sudre un important travail pour le groupe Esthétique industrielle à la demande d'EDF.

Il effectue en 1962 un grand voyage en Laponie finlandaise.

Son livre majeur, Les Inspirés et leurs demeures, constitue un reportage photographique très recherché des collectionneurs, consacré aux réalisations relevant de l'art brut. Le livre obtient le prix Nadar en 1963.

En 1990, Patrick Van Antwerpen, qui fut son assistant, commence un documentaire sur le photographe, Gilles Ehrmann et la photographie, film qui reste inachevé du fait du décès du cinéaste[2].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Palais du Tau, Reims (exposition collective)
  • 2009 : Galerie Verdeau, Paris (exposition collective)

Collections[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]