Anne-Marie Steckler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anne-Marie Steckler
Anne-Marie Krumpholtz.jpg
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
MetzVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités
Conjoint
Enfant
Fanny Krumpholtz Pittar (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement
Instrument

Anne-Marie Steckler (1766- c.1824) était une virtuose de la harpe sous la Révolution et le 1er Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne-Marie Steckler naît à Haute-Vigneulles en Moselle, le 10 octobre 1766. Fille du facteur de clavecin Christian Steckler et de Marie Bâillon, la jeune Anne-Marie apprit très jeune la musique. Installé à Metz en 1770, son père fabriquait des clavecins et des piano-forte réputés[1]. Douée pour la musique, Anne-Marie est remarquée par le compositeur Jean-Baptiste Krumpholtz qui l'emmène à Paris en 1777. Elle connaît un succès immédiat, jouant même, à l'âge de 13 ans, devant la reine Marie-Antoinette d'Autriche. Anne-Marie Steckler épouse finalement son Pygmalion en 1783 et donna naissance à trois enfants. Mariée trop jeune, Anne-Marie délaisse bientôt son époux pour le pianiste Jan Ladislav Dussek. En 1788, les deux amants fuient vers l’Angleterre, où Anne-Marie Steckler s'installe finalement. Elle publia une méthode de piano en 1796 et continua à donner des concerts outre-Manche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le roi Stanislas possédait un instrument Steckler dans son château de Lunéville.(Tribout de Morembert, ANM, 1959)

Sources[modifier | modifier le code]

  • H. Tribout de Morembert : Une virtuose de la harpe au XVIIIe siècle, Anne-Marie Steckler, in Académie nationale de Metz, 1959-1961 (pp.130-141)